Archives mensuelles : décembre 2020

Le dialogue interdisciplinaire à l’œuvre. Approche historique et postcoloniale autour de l’histoire du management dans le Sud. Quelques réflexions personnelles.

Mon laboratoire DRM organisait les 9 et 10 décembre un bel évènement regroupant approche historique et postcoloniale. L’idée partait d’un constat partagé sur les potentialités d’un tel croisement avec Hela Yousfi et Oussama Ouriemmi et a bénéficié d’un soutien de notre laboratoire DRM. A l’heure où certains veulent mettre les débats universitaires sous surveillance, ce rapprochement semble bienvenu pour rappeler que l’université est le lieu de la controverse.

D’un point de vue plus scientifique, l’intérêt paraît aujourd’hui assez évident. Pour des postcoloniaux, l’histoire (au sens d’évènements passés) apparaissait comme l’origine de rapports de domination dont notre modernité aurait du mal à s’émanciper. Et pour des historiens, c’est une occasion de voir comment des travaux fondés sur des empiries longues et minutieuses pouvaient trouver un débouché inattendu.

Le programme disponible ici offrait à voir des espaces différents : le Nigéria, le Burkina Faso, la Guyane, le Guadeloupe, l’Argentine, le Cameroun, l’Algérie, le Haut-Congo et même l’importation de ces problématiques peuvent être importés en métropole.

Regarder le même passé avec des lunettes différentes

Les échanges ont aussi mis en évidence deux conceptions du passé : pour les historiens, le passé quel qu’il soit, est d’intérêt par principe, dans l’objet de leur étude. Pour les postcoloniaux, l’intérêt est différent : il part d’une réalité actuelle (les conséquences de la colonisation) et adopte une démarche militante prenant parti du côté de catégories dominées pour en comprendre les mutations.

(Il serait évidemment assez malhonnête de ne pas écrire d’où l’on parle et dans mon cas, mon identité de chercheur est historienne et non postcoloniale).

Il existe donc bien une zone où peuvent se rencontrer ces approches : l’histoire de catégories dominées. Mais certaines questions n’ont parfois guère de réponses et le dialogue atteint ses limites : par exemple, demander à un historien de la traite négrière d’en cerner les conséquences aujourd’hui paraît comme déconnecté. Tout simplement parce que le passé borne parfois son intérêt, pouvant frustrer un postcolonial. A l’inverse, la vue de l’histoire par des postcoloniaux apparaît parfois singulièrement partiale : une lecture en terme de domination ne permet pas toujours d’appréhender la globalité d’un phénomène.

Une autre remarque me paraît ressortir de cette écoute : pour un certain nombre d’historiens, l’importance du matériau empirique vise à donner une histoire éclairée de multiples points de vue, y compris de catégories dominantes. Cette ambition intellectuelle peut être mal compris par des postcoloniaux qui peuvent voir dans le refus de partir d’un point de vue moral ou des conséquences actuelles, une coupable indifférence.

Inversement, on peut être surpris en écoutant certains postcoloniaux de la faiblesse (voire de l’inexistence) de l’empirie historique. Elle se borne à une critique théoriquement très étayée de travaux existants, mais finalement assez pauvre empiriquement : on critique ainsi des histoires officielles et la revendication d’histoire alternative semble parfois se substituer à la réalisation de ladite histoire alternative.

Parce que cette rencontre a souligné ces divergences d’approche, cette approche m’a paru riche. Elle a également soulevé des questions passionnantes sur la circulation entre nord et sud de pratiques. Si le Nord a importé ses catégories dans le Sud avec la colonisation, les mouvements migratoires ont aussi contribué à diffuser dans les anciennes métropoles des pratiques racistes venant des anciennes colonies. La mise en évidence de ces circulations est je trouve un grand apport à ces questions.

Je voudrais ici mentionner à défaut de conclusion le texte de Decker (2013) qui me paraît fournir un croisement original : requestionner les mécanismes de pouvoir dans la construction de l’archive, ce qu’esquissait le travail de Ferruccio Ricciardi à propos des contestations du pouvoir patronal.

Pierre Labardin

Decker, S. (2013). The silence of the archives: Business history, post-colonialism and archival ethnography. Management & Organizational History8(2), 155-173.