Archives mensuelles : septembre 2020

C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 2. Le néo-libéralisme des néo-libéraux

Après avoir dans un premier billet souligné comment la qualification d’une époque contribue à en forger la mémoire, je continue la réflexion sur le néo-libéralisme en en proposant une première histoire, celle du néo-libéralisme, vu par les néo-libéraux.

L’introuvable néo-libéral

Dans un texte récent sur le néo-libéralisme (et non sans ironie), James (2020, 485-486) rappelle que le terme est d’abord utilisé par ses détracteurs dans un certain flou à tel point que rare sont celles et ceux qui s’identifient comme tel. Il y a donc une forme de paradoxe dans ce billet.

La solution est peut-être de prendre celles et ceux qui sont définis comme néo-libéraux et de comprendre pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait. La semaine Margaret Thatcher lors des Grandes Traversées d’été de France Culture fournit de ce point de vue des témoignages éclairant les raisonnements à l’oeuvre et les pratiques.

Le néo-libéralisme : libération et responsabilisation de l’individu

Dans une fameuse interview de 1987 à Woman’s Own (dont on trouve un extrait traduit ici), Thatcher indique sa façon de comprendre sa pratique de la liberté individuelle :

« There is living tapestry of men and women and people and the beauty of that tapestry and the quality of our lives will depend upon how much each of us is prepared to take responsibility for ourselves and each of us prepared to turn round and help by our own efforts those who are unfortunate. And the worst things we have in life, in my view, are where children who are a great privilege and a trust—they are the fundamental great trust, but they do not ask to come into the world, we bring them into the world, they are a miracle, there is nothing like the miracle of life—we have these little innocents and the worst crime in life is when those children, who would naturally have the right to look to their parents for help, for comfort, not only just for the food and shelter but for the time, for the understanding, turn round and not only is that help not forthcoming, but they get either neglect or worse than that, cruelty. »

https://www.margaretthatcher.org/document/106689

Cette conception de la responsabilité individuelle doit être resituée dans son époque : elle ne constitue pas une idée tombée du ciel, mais bien une réponse à l’Etat Providence en pointant ses limites. La libération promise à l’individu sous forme de baisse d’impôt et d’intervention moindre de l’Etat est compensée par une responsabilisation de chacune et chacun. L’individu ne doit plus rien attendre de l’Etat.

De « there is no such thing as society » à l’émancipation néo-libérale

Cette phrase, on peut d’abord l’entendre dans le deuxième épisode sur France Culture cet été (à 1h19 et 47 secondes).

On y entend la fameuse phrase « there is no such thing as society » (la société n’existe pas) qui peut se lire, me semble-t-il, de deux façons.

La première lecture, la plus littérale, consiste à voir dans cette phrase une négation d’un intérêt commun propre à la société. Cette phrase semble absurde prise littéralement. Sans évoquer la question sociale, Margaret Thatcher, par sa participation même au Protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone la même année (1987) signifie bien qu’il y a un intérêt commun et qu’une société existe.

La deuxième lecture consiste à voir dans la phrase, non une description de la réalité, mais plutôt un effet de la pratique néo-libérale : la société qui n’existe pas est plutôt l’effet du thatcherisme qu’une réalité pré-existante (la phrase deviendrait alors « there will be no such thing as society »). Le potentiel émancipateur de cette conception est assez évident puisque dans un XXe siècle rempli d’idéologies (communistes, nazis, fascistes, bourgeoises etc.), le néo-libéralisme propose une voie, la liberté individuelle.

L’ouvrage de Dean et Zamora (2019) fournit à ce propos un salutaire rappel des conditions de compréhension du néo-libéralisme de Foucault (et notamment son premier chapitre). Son cours Naissance de la biopolitique de 1979 qui est fréquemment mobilisé comme référence par des critiques n’est publié qu’en 2004, au moment où la critique du néo-libéralisme émerge. Les auteurs rappellent plusieurs points : les leçons se finissent un mois avant l’élection de Thatcher, son éditeur François Ewald eut lui-même une carrière post académique néo-libérale et il exista des ponts avec Gary Becker.

Aussi, voir le néo-libéralisme comme une possibilité d’émancipation fut une réelle option à la fin des années 70 et au début des années 80, sur une génération marquée par 1968, même si une telle idée paraît aujourd’hui étrange (notamment pour ceux s’intéressant peu à l’histoire). Pour le comprendre, on peut distinguer entre trois néo-libéralismes :

« It was an idea, became a phenomenon, and morphed into an incantation. »

James (2020, p.485)

L’idée, c’est celle qui émerge dès l’entre-deux-guerres et se poursuit par exemple jusqu’au Foucault et à sa lecture par Dean et Zamora (2019) ou par exemple celle dont Denord (2016) souligne les mutations. Le phénomène, c’est celui de Thatcher, de Reagan à partir des années 1980. Et l’incantation, c’est sa qualification par la gauche et la pensée critique pour le dénoncer. On peut largement douter que les sens ainsi mélangés ne soient pas porteurs de beaucoup de malentendus.

L’entreprise réduite à son profit : le néo-libéralisme comme solution

Ce mouvement de libération des individus et de responsabilisation rejoint le tournant pris par la théorie de la firme dans les années 1970. Le titre de l’article de Friedman apparaît aujourd’hui trivial tant il paraît avoir été inculqué à des générations d’étudiants en microéconomie :

« The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits« 

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Ce titre doit être lu en creux : la responsabilité de l’entreprise ne porte ni sur le sort de ces salariés, ni sur l’impact qu’elle a dans et sur la société. Et pour cause, la société n’existe pas au sens thatchérien.

La conception du fameux article de Jensen et Meckling (1976) accentue encore le trait. Au lieu d’une entreprise lieu de rencontre de parties prenantes (actionnaires, créanciers, salariés, clients, fournisseurs, Etat etc.), elle réduit ce lien à un contrat entre actionnaires et dirigeants, reléguant de fait les autres parties prenantes à un rôle secondaire, au nom d’un risque supplémentaire que prendraient les actionnaires. Dans un travail récent, Gindis (2020) en retrace tant l’émergence que l’influence intellectuelle dans les années 1980.

Mais, il ne me semble pas que ce soit là le plus intéressant : face à la crise de 1973 qui qui touche d’abord l’industrie, la théorie de la firme fournit une merveilleuse armature intellectuelle pour réorienter le capital de l’industrie vers d’autres secteurs (et notamment la finance) au nom de la rentabilité plus importante de cette dernière. Le capital n’est plus entre les mains des dirigeants, mais des actionnaires qui réorientent ainsi le capitalisme. Dit autrement, le néo-libéralisme contribue à donner la légitimité de l’efficacité qui accélère le déclin de l’industrie (pas assez rentable) et la montée de la finance (permettant une allocation plus efficace du capital).

Le monde des dirigeants rendant compte à leurs ouvriers dans des rituels paternalistes comme les médailles du travail (Floquet et Labardin, 2013, 2015) peut s’effondrer, comme l’industrie et les ouvriers. Un autre épisode des grandes traversées de France Culture rend également compte de ce déclin industriel et notamment de la baisse de rentabilité des mines outre-Manche (cf. ici après 2 minutes 50) qu’il faut fermer.

Dans un des premiers billets de ce carnet, j’avais déjà essayé de montrer à partir du cas de Manufrance comment cette lecture s’incarnait dans les conflits sociaux de la désindustrialisation, formant le corpus idéologique de la droite conservatrice à partir des années 1980.

Il ne faut pas perdre de vue qu’il fournit pour une partie de la population une nouvelle activité économique (les services, la finance etc.) et vient atténuer le choc de la désindustrialisation. Il suffit, par exemple, d’aller aujourd’hui en Moselle sur les anciennes terres industrielles des Wendel pour voir comment le Luxembourg et son industrie financière a modifié les structures d’emploi. Et c’est un succès (qui n’est pas sans poser de questions mais ce n’est pas ici le sujet) pour un néo-libéral qu’il faut regarder en face.

Pierre Labardin

Références

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Gindis, D. (2020). On the Origins, Meaning and Influence of Jensen and Meckling’s Definition of the Firm. Oxford Economic Papers, forthcoming. https://academic.oup.com/oep/advance-article/doi/10.1093/oep/gpaa012/5899892#207048361

James, H. (2020). Neoliberalism and its Interlocutors. Capitalism: A Journal of History and Economics1(2), 484-518.