Archives mensuelles : août 2020

De la « responsabilité historique » des entreprises françaises

Dans un éditorial récent du Monde, le quotidien du soir revenait sur la nécessité pour les entreprises françaises à assumer leur « passé négrier », pointant à côté de la Responsabilité Sociale et Environnementale, une responsabilité historique. Le journal publiait le même jour une enquête sur le passé peu connu des entreprises françaises en la matière que l’éditorial faisait contraster avec le cas anglais beaucoup mieux documenté.

En portant un tel jugement, on peut d’abord mesurer combien le modèle anglo-saxon de la responsabilité des organisations a remplacé celle de l’Etat, traditionnellement forte en France. Le journaliste n’interroge pas la place de la puissance publique (à travers des lois mémorielles) ou de jugements tels que ceux-ci ont pu exister autrefois. Il enjoint aux entreprises de s’emparer du sujet, laissant de fait l’Etat hors de ce débat. Ce constat ne doit pas pour autant masquer la façon dont ce problème est posé à notre société.

L’esclavagisme comme enjeu de savoir et enjeu social

On comprend à la lecture de l’enquête du monde que le passé des entreprises en question est plus complexe qu’il n’y paraît : le commerce négrier aurait permis l’accumulation de fortunes considérables qui auraient ensuite été réinvesties dans les grandes sociétés. Ce discours contribue à justifier une revendication sociale sur les conséquences de tels comportements.

Il témoigne tout d’abord d’une mutation du savoir historique que Dumoulin (2003) avait déjà envisagé pour les historiens de la Seconde Guerre Mondiale notamment quant à la spoliation des juifs. L’historien n’a plus la simple fonction de produire une connaissance, mais cette connaissance peut servir à fonder des décisions de justice et devient lieu de débat public.

La logique sous-tendant l’écriture de cette histoire n’est plus la même quand on passe d’une écriture qui se veut équilibrée à la résolution de conflits juridiques ou sociaux. Il est vrai que ces débats se déroulent dans des espaces sociaux très différents : pour les mouvements sociaux, il s’agit de reconnaître par une importance historique la légitimité de revendications sociales, quand, pour les historiens, il s’agit d’une tentative d’écrire une histoire globale des dynamiques à l’oeuvre. Parce qu’elles se situent dans des espaces sociaux différents, aux règles et aux objectifs radicalement différents, cela peut évidemment générer de fortes tensions.

L’esclavagisme et les origines du capitalisme : un débat contemporain

Dans le cas de la revendication des mouvements sociaux contemporains, une thèse défendue par certains (cf. Burnard et Riello 2020 pour une présentation du débat) est le fait que l’esclavage constituerait une condition nécessaire du capitalisme américain.C’est par exemple la thèse développée par Rosenthal (2020) : le travail des esclaves serait une forme de premier capital non monétaire qui aurait permis l’accumulation de celui-ci et le développement du capitalisme.

Pris dans la presse, on retrouve il y a plus d’une dizaine d’années ce raisonnement simplifié. Ce lien permet d’argumenter l’importance de l’esclavage parce qu’il fonderait notre prospérité contemporaine et que théorise finalement Rosenthal.

L’argument du développement du capitalisme porté par l’esclavagisme se heurte à des arguments de plusieurs sortes.

D’abord, et en acceptant l’idée que la profitabilité supérieure explique la persistance du modèle esclavagiste (ce qui est cohérent avec des lectures marxistes et libérales qui voit dans le taux de profit le moteur de l’économie), cette profitabilité n’est attestée que jusqu’aux années 1820 dans le monde anglo-saxon (Burnard et Riello 2020, 233). Les travaux de Daudin (2004) et McWatters (2008) ont pu documenter la rentabilité du commerce transatlantique esclavagiste au XVIIIe siècle français. Mais, après 1820, aucune étude ne vient attester ce phénomène (mais on pourrait arguer que l’accumulation est antérieure).

Ensuite, elle implique de considérer l’esclavagisme comme plus important que l’industrialisation et ce n’est pas le moindre des arguments pour la plupart des historiens (Burnard et Riello 2020).

Toujours, à rebours de cet argument, on lira avec intérêt Margairaz, Lemarchand et Gervais (2014), qui, à partir de données françaises, montrent notamment que la comptabilité servait bien davantage à une gestion des recouvrements de dettes qu’à un calcul de profit (sous-entendant que le profit comme moteur des comportements est un argument contestable puisque ce profit n’était pas même calculé). En démontrant ce point, ils remettent en cause l’idée d’un taux de profit moteur du capitalisme et les travaux de Fleischman, Oldroyd et Tyson (2011) dans les plantations américaines soulignent également la faible importance du calcul comptable.

Un dernier argument plus original vient des travaux de Stanziani (2013) sur le travail forcé dont l’esclavage n’est qu’une forme. Il en souligne les ambiguïtés à l’époque moderne, la liberté du travail s’appréciant plutôt comme un continuum et le travail libre apparaissant plutôt une utopie. Le rôle des bagnes où le travailleur était tout à la fois privé de sa liberté et déplacé physiquement comme l’esclave tout en se voyant assigné à des tâches rudes qui mettaient en péril sa vie interroge en regard de l’esclavage : à supposer cette vision de l’esclavagisme moteur du capitalisme fondée, elle demanderait à être décentrée de la seule question des plantations américaines et décentrée du seul esclavagisme pour étudier les bagnes (cf. par exemple le blog de l’International Review of Social History).

Les bagnes ont aussi été un lieu d’exploitation de la main d’oeuvre avec des objectifs économiques au détriment de la main d’oeuvre. En Guyane Française (Sanchez, 2009 ; Fabre et Labardin, 2019), en Nouvelle-Calédonie (Barbançon, 2003), au Sénégal (Tiquet, 2019) et mériteraient le même regard que les pratiques esclavagistes. Cela n’est pas propre à la France et concernent de nombreux autres pays et pas seulement ceux anglo-saxons : on lira avec intérêt le texte de Schauwers (2020) sur les expériences hollandaises en la matière. En ne souscrivant pas au lien entre esclavagisme et capitalisme, on peut paradoxalement montrer la diversité et l’importance des pratiques de travail forcé. Et donc la force des stratifications sociales qui en résultent.

Plutôt que cette lecture économicisante de l’influence de la pratique esclavagiste, une autre interprétation me paraît plus convaincante. L’esclavagisme n’a pas forcément l’importance que certains veulent bien lui donner dans la dynamique capitaliste. Mais en créant des catégories clairement différenciées avec une stratification sociale claire (le maître et l’esclave, le blanc et le noir) fondée sur la couleur de peau, elle façonne le regard de notre monde moderne : le noir occupe une position déclassée quand le blanc occupe une position socialement valorisante. Et la répétition dans le temps de cette stratification a habitué notre regard pour ne plus nous en étonner. Cet état de fait s’est évidemment doublé d’un discours naturalisateur parfois habillé en savoir mobilisant des figures comme celles du sauvage (cf. par exemple Bullard 1998) et de la nécessaire civilisation qu’apporte évidemment le blanc pour en définir les contours (Goody, 2006).

Cela amène à poser des questions différentes. La voix des esclaves, des bagnards a été peu souvent collecté dans les archives et la lire, la reconstituer à partir d’éléments parcellaires comme l’autobiographie de Crafts paraît faire sens.

Un passé très présent

La réponse des entreprises peut dès lors se situer à deux niveaux : d’abord en éclaircissant leur propre passé et beaucoup d’universitaires sont prêts à y participer. Cela passe évidemment par l’ouverture des archives et cela fonctionne autour de l’idée de construire un savoir inclusif des diversités et des voix négligées (donc celles des esclaves) parce que les sources sont justement plus rares.

Ensuite, en montrant que les mêmes effets de catégorisation de populations issues de l’esclavagisme n’existent plus dans les pratiques actuelles. Au-delà des principes souvent revendiqués, ces entreprises, plus que d’autres, ont par leur histoire une responsabilité plus importante pour montrer que la diversité s’exprime et d’abord dans la hiérarchie.

Ces débats ne concernent pas que l’entreprise, elles concernent aussi les universitaires qui ont vocation à produire et transmettre le savoir. Depuis les années 1970 et 1980, au nom d’une idéologie fondée sur la transcription de l’économie financière nord-américaine (cf. Jovanovic, 2020), la prédominance de la question de l’efficacité s’est imposée en gestion, ma propre discipline. La recherche devait concourir à la question de l’efficacité, d’où des discours indiquant que les recherches sur ces organisations étaient inutile (cf ici).

Découvrir qu’à de (trop) rares exceptions, les débats sur l’histoire du management se déroule hors de notre discipline dénotent d’un manque de réflexivité de celle-ci : trop longtemps, le management de l’horreur (qui ne se limite pas au passé négrier qui n’en est qu’une modalité) a été peu étudié au nom d’une conception singulièrement datée de l’histoire déjà évoquée ici.

Ce n’est pas d’un savoir pour l’entreprise dont notre monde a besoin, mais d’un savoir sur l’entreprise. Et cette question sur la responsabilité historique des entreprises en témoigne. Elle est l’occasion de réinterroger la fonction sociale de ce que nous produisons comme connaissance, comme de ce que nous transmettons.

Barbançon, L. J. (2003). L’Archipel des forçats: Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931) (Vol. 831). Presses Univ. Septentrion.

Bullard, A. (1998). Becoming savage? The first step toward civilization and the practices of intransigence in New Caledonia. History and Anthropology10(4), 319-374.

Burnard, T., & Riello, G. (2020). Slavery and the new history of capitalism. Journal of Global History15(2), 225-244.

Daudin, G. (2004). Profitability of Slave and Long-Distance Trading in Context: the case of eighteenth-century France. The Journal of Economic History64(1), 144-171.

Dumoulin, O. (2003). Le rôle social de l’historien. Albin Michel.

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Fleischman, R. K., Oldroyd, D., & Tyson, T. N. (2011). Plantation accounting and management practices in the US and the British West Indies at the end of their slavery eras 1. The Economic History Review64(3), 765-797.

Goody, J. (2006). The theft of history. Cambridge University Press. Traduction de 2010 sous le titre Le vol de l’histoire, Folio.

Jovanovic, F. (2020). Les gestionnaires français et l’organisation de l’économie financière pendant les années 1970-1980. Revue Internationale de Psychosociologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO).

Margairaz, D., Lemarchand, Y., & Gervais, P. (Eds.). (2015). Merchants and Profit in the Age of Commerce, 1680–1830. Routledge.

McWatters, C. S. (2008). Investment returns and la traite négrière: Evidence from eighteenth-century France. Accounting, Business & Financial History18(2), 161-185.

Rosenthal, C. (2020). Capitalism when Labor was Capital: Slavery, Power, and Price in Antebellum America. Capitalism: A Journal of History and Economics1(2), 296-337.

Sanchez, J. L. (2009). La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953 Thèse de doctorat.

Schrauwers, A. (2020). Colonies of benevolence: A carceral archipelago of empire in the greater Netherlands. History and Anthropology, 31(3): 352-370.

Stanziani, A. (2013). Introduction: Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, Seventeenth–Early Twentieth Centuries. In Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries (pp. 1-26). Brill.

Tiquet, R. (2019). Connecting the “Inside” and the “Outside” World: Convict Labour and Mobile Penal Camps in Colonial Senegal (1930s–1950s). International Review of Social History64(3), 473-491.