Archives mensuelles : juillet 2020

Itinéraire d’une idée gâtée. De la réception de Surveiller et Punir par les historiens et les chercheurs en sciences de gestion au gouvernement par les chiffres.

(Ce billet prolonge la réflexion entamée ici et sur les fonctions historiques du chiffre. En partant de la réception de Surveiller et Punir, j’essaie d’en définir une lecture qui m’est propre et doit beaucoup à l’encadrement de la thèse d’Antoine Fabre, et évidemment à sa lecture finale).

Dans un texte récent portant sur le gouvernement par les chiffres de Cahen, Cavallin et Ruiz lors de la crise du COVID-19, on retrouve ce paragraphe incisif à propos des doutes suscités par les chiffres produits par l’Etat :

« On retrouve ici les traits d’une certaine pensée « néo-foucaldienne » et à certains égards « néo-desrosiérienne », qui tend à déceler dans toute opération de quantification un instrument de pouvoir, un outil (nécessairement performatif et efficace) de contrôle et de répression. Nous ne souhaitons pas, loin s’en faut, nier les apports intellectuels des travaux de Michel Foucault ou d’Alain Desrosières. Mais figer ainsi leur pensée (pensée marquée par son époque, pensée pleine de mouvement et parfois de contradictions) en un système entièrement cohérent, sinon en une vulgate, pose problème. Plaquer sans précaution un tel prisme analytique empêche de voir combien l’opacité statistique peut être un outil tout aussi puissant de contrôle […], et conduit à considérer comme anecdotiques les éventuels bénéfices que procurent des matériaux quantitatifs même « imparfaits » » (p.23-24).

Cahen F., Cavalin C., Ruiz, E (2020). Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crise sanitaire. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document

L’agacement perceptible des chercheurs devant la critique du chiffre et sa capacité à représenter a priori le réel renvoie à une tradition qui a pris forme après la publication de Surveiller et Punir : le chiffre serait un moyen non de représenter le réel, mais de diriger et contrôler les sociétés. En creusant cette hypothèse, on arme ainsi des chercheurs méfiant à l’égard de la vérité des chiffres. Ce petit texte voudrait revenir sur la réception de Surveiller et Punir dans deux disciplines, l’histoire et les sciences de gestion pour montrer comment ces réceptions dessinent un Foucault utilisable aujourd’hui et mobilisant le gouvernement par les chiffres.

Un texte en son époque

La pensée de Michel Foucault est marquée par plusieurs caractéristiques, que le temps finit par faire oublier. Ainsi, un lecteur manque-t-il quelque chose en ne prenant le livre que comme une entité indépendante. Surveiller et Punir s’inscrit dans une oeuvre (celle de Foucault sur l’histoire des savoirs) et une époque (celle des années 1970 marquée par la contestation). Et pour s’en convaincre, il suffit de lire Foucault lui-même qui écrit dans l’Archéologie du Savoir sur les unités à considérer :

 » Les unités qu’il faut mettre en suspens sont celles qui s’imposent de la façon la plus immédiate : celles du livre et de l’oeuvre. En apparence, peut-on les effacer sans un extrême artifice ? Ne sont-elles pas données de la façon la plus certaine ? Individualisation matérielle du livre, qui occupe un espace déterminé, qui a une valeur économique, et qui marque de soi-même, par un certain nombre de signes les limites de son commencement et de sa fin; établissement d’une oeuvre qu’on reconnaît et qu’on délimite en attribuant un certain nombre de textes à un auteur. Et pourtant, dès qu’on y regarde de plus près les difficultés commencent. Unité matérielle du livre? Est-ce bien la même s’il s’agit d’une anthologie de poèmes, d’un recueil de fragments posthumes […] ? En d’autres termes l’unité matérielle du volume n’est-elle pas une unité faible, accessoire au regard de l’unité discursive à laquelle elle donne support ? Mais cette unité discursive, à son tour est-elle homogène et uniformément applicable? » (p.35-36).

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Tel.

Autre caractéristique foucaldienne : depuis Les mots et les choses, Foucault cherche à écrire un travail réellement transdisciplinaire en ne prenant pas les frontières actuelles pour acquises. En considérant que dans une histoire comparée (langage, économie, biologie), il y a quelque chose de commun à la rationalité de chaque époque. Et ce commun est propre à une épistémé. En procédant ainsi, il tend invariablement à gommer les spécificités disciplinaires pour y chercher les grands traits qui les dépassent.

Et on retrouve ce projet dans Surveiller et Punir. Quand il explique « l’art des répartitions » (p.166-175), il note ainsi :

« Je choisirai les exemples dans les institutions militaires, médicales, scolaires et industrielles. D’autres exemples auraient pu être pris dans la colonisation, l’esclavage, les soins à la première enfance » (p.166).

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Tel.

Autrement dit, les mécanismes qu’il met en évidence (dans un ouvrage sur la prison pourtant) ne porte pas tant sur la prison en elle-même que sur son débordement à d’autres organisations, utilisant l’époque comme unité de compréhension de rationalités à l’oeuvre.

Enfin, Surveiller et Punir paraît à beaucoup de contemporains défendre une conception de l’histoire de la prison pessimiste par rapport à l’idéal républicain. Dans la question de Chancel à 35 minutes 34, on sent ce besoin de se rassurer sur le progrès de la prison républicaine et la difficulté qu’il y a à répondre à une telle question sans faire l’apologie des supplices d’Ancien Régime :

Ce type d’interrogation paraît surannée aujourd’hui ; il suffit de rechercher la couverture de l’époque pour voir que c’est l’angle de compréhension du livre dans le débat public.

La réception historienne de Surveiller et Punir

Cette section doit beaucoup au travail d’Antoine Fabre dont on peut lire la thèse avec profit ici et, pour ce qui peut nous intéresser ici, un papier publié (Fabre et Labardin, 2019).

La réception de Foucault fut assez chaotique et on ne peut que regretter que France Culture ne permette plus d’entendre Michelle Perrot raconter le colloque organisé à La Sorbonne autour de Surveiller et Punir. Evidemment, tous les historiens n’eurent pas les mêmes répugnances vis-à-vis de Foucault et, parmi d’autres, Artières (2013) le rappelle clairement.

L’essentiel du conflit vient ici du niveau d’analyse envisagé : comme souligné dans Fabre et Labardin (2019, 2-3), Foucault ne décrit pas tant le quotidien de la pratique dans les prisons, que l’intention normalisatrice. La réponse de Léonard (1980) qui conteste la thèse foucaldienne parce qu’elle n’est pas effective dans les pratiques d’enfermement au XIXe siècle en France n’est donc pas contradictoire à ce qu’écrit Foucault : un changement de rationalité dans la punition ne signifie pas un changement dans les pratiques du quotidien, ce que ne questionnent pas alors les historiens du social et du pénal.

On peut aussi relire outre-Manche l’historien anglais Ignatieff (1978). Il souligne que, de son vivant, le fameux panoptique de Bentham (109-113) n’eut pas l’effet escompté sur les constructions de prison au grand dam de Bentham lui-même. Et dans sa conclusion (alors que Foucault n’est pas mentionné dans le reste du livre), il attaque Foucault sur le pessimisme foucaldien en soulignant perfidement que le succès même de son livre contredit la thèse foucaldienne :

« It would be fatalistic to conclude that such sciences exclusively define the modes of public perception or that they have driven from our cognitive field any possibility of alternative vision. This would appear to be the conclusion of Michel Foucault’s Discipline and Punish, his account of the coming of the penitentiary in France; and yet of course his own work is a triumphant demonstration of the falsity of his own fatalism » (p.220).

Ignatieff, M. (1978). A Just Measure of Pain: The Penitentiary in the Industrial Revolution, 1750-1850. London: Macmillan.

Lire cette critique historienne de Foucault, c’est finalement repenser la place de la prison. Celle dont Foucault parle n’est pas une prison vécue par des prisonniers (celle des historiens du social et du pénal), mais la prison intellectualisée, celle qui colonise les rationalités et les imaginaires utopiques. Lire Foucault comme un miroir des pratiques à l’oeuvre au XIXe siècle est un trompe-l’oeil tant pour certains historiens mais aussi pour les collègues d’autres sciences humaines qui voudraient lire dans Foucault une histoire du quotidien de la pratique pénitentiaire faite de surveillance indépassable.

On pourrait d’ailleurs renvoyer celles et ceux qui veulent voir dans Foucault une histoire d’un réel vécu (par une surveillance totalisante à laquelle on ne peut échapper), Foucault lui-même, qui note lui-même l’échec dans la pratique dans la partie IV chapitre 2 intitulée « illégalismes et délinquance » (Fabre et Labardin 2019, 2-3).

Une réception gestionnaire tardive

Une des forces de Foucault dans sa pratique de l’histoire reste l’interdisciplinarité et sa capacité à briser les frontières académiques traditionnelles. Mais, justement, vue des années 1970 et au début des années 1980, à un moment où la gestion se constitue comme discipline académique, il s’agit d’être la discipline de la pratique, de l’efficacité. En contrepoint à l’Université de Vincennes (où Foucault enseigne), la gestion s’incarne à Paris-Dauphine, comme deux visions irréconciliables. Ce contexte obstrue la réception de Michel Foucault, vu comme un chercheur en sciences sociales, ne pouvant guère apporter à la pratique des entreprises.

La pénétration de Michel Foucault en gestion passe par les anglo-saxons et étrangement les comptables (parce qu’il n’est pas question de comptabilité chez Foucault). Il s’agit d’abord des textes fondateurs de Hoskin et MacVe (1986, 1988) qui voient dans le chiffre comptable un outil de surveillance. Cette relecture de la comptabilité comme outil de surveillance donne lieu plus de dix ans à des positions qui apparaissent comme des décalques des débats ayant eu lieu chez les historiens : à une « new accounting history » qui (dans les mots) affirme sa modernité face à une tradition (Miller, Hopper et Laughlin, 1991), s’opposent ceux les tenants de l’ancien qui accusent les foucaldiens de révisionnisme (Tyson, 1993).

Comme pour Fayol qui a dû attendre la consécration par les américains pour retrouver une légitimité en France, Foucault paraît avoir suivi le même chemin de consécration par l’étranger, du moins en sciences de gestion. Le chemin emprunté par les anglo-saxons qui a contribué à questionner la production du chiffre a été relayé en France par les travaux d’Alain Desrosières, sur l’histoire de la statistique notamment.

Il est pourtant curieux que des pans entiers de Foucault restent peu lus ou mobilisés alors qu’ils fournissent une boîte à outils formidable pour catégoriser et dresser des parallèles. Ainsi, l’espace moderne foucaldien est clairement défini dès Surveiller et Punir, sans rapport à la gouvernementalité, et que ce soit pour aujourd’hui ou des pratiques passées, son usage d’un espace moderne défini par quatre principes (clôture, quadrillage, emplacements fonctionnels et rang) est peu utilisé alors qu’il permet d’étendre notre compréhension du monde, comme dans le cas du déclassement spatial (Labardin, 2014), trop souvent réduit à une question pécuniaire.

Le gouvernement par les chiffres et Foucault aujourd’hui

J’aurais pu ajouter à l’histoire et aux sciences de gestion le droit tel qu’il est lu par Supiot. Ces cours au Collège de France ajoutent encore à la multiplication des réceptions possibles dans les différentes disciplines. Et dans cette véritable interdisciplinarité, c’est-à-dire à produire un discours duplicable dans de multiples sciences sociales, il y a là quelque chose de remarquable.

Ce petit texte a essayé de revenir sur une lecture de Foucault qui m’est propre. Voir dans le chiffre un outil de gouvernance et d’oppression (et rien que cela) ne dit qu’une partie du réel. Voir Foucault comme un historien du monde réel vécu me semble aussi une erreur. Il est plutôt celui qui guette, dans chaque moment historique, ce qui change dans la façon d’exercer le pouvoir, sa rationalité.

Le chiffre est aussi une tentative de résumer le monde pour aider à décider. Refuser de considérer le chiffre comme un moyen de comprendre le réel, c’est comme, pour un historien, refuser de considérer une archive parce qu’elle est écrite par quelqu’un impliqué dans sa production. Cette conception maximaliste et soupçonneuse me paraît aussi dangereuse que la confusion entre le chiffre et le réel.

Pour reprendre le texte de Cahen, Cavallin et Ruiz (2020), on peut effectivement voir dans toute opération quantificatrice, un instrument de pouvoir. Mais, il s’agit d’une tentative (pas forcément d’une réussite). Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un instrument de pouvoir que cela exclut d’autres fonctions (comme la représentation de la réalité). Et enfin le contrôle que peut permettre le chiffre peut générer des effets positifs.

Là où l’oeuvre de Foucault et de Desrosières aident à penser le chiffre, c’est dans leur capacité à voir les tactiques, de voir comment les agencements peuvent produire des effets etc. Bref, il nous évite la naïveté scientiste (c’est un chiffre donc c’est vrai) que les institutions qui produisent le chiffre tendent à accentuer pour des raisons de légitimation. Foucault et Desrosières sont peut-être (d’abord) de formidables critiques du chiffre, ouvrant la porte à un pendant à la critique des sources écrites par les historiens. Le travail de thèse d’Antoine Fabre (2019) ouvre cette voie, souhaitons-lui beaucoup de successeurs.

Artières, P. (2013). Un historien foucaldien?. Revue d’histoire moderne contemporaine, (4), 156-161.

Cahen F., Cavalin C., Ruiz, E (2020). Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crise sanitaire. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document

Fabre, A. (2019). Quantification comptable et limites du gouvernement à distance: le cas de la comptabilité dans les bagnes coloniaux de Guyane (1859-1873) (Doctoral dissertation, Paris Sciences et Lettres).

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Tel.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Tel.

Hoskin, K. W., & Macve, R. H. (1986). Accounting and the examination: a genealogy of disciplinary power. Accounting, Organizations and Society11(2), 105-136.

Hoskin, K. W., & Macve, R. H. (1988). The genesis of accountability: the West Point connections. Accounting, Organizations and Society13(1), 37-73.

Ignatieff, M. (1978). A Just Measure of Pain: The Penitentiary in the Industrial Revolution, 1750-1850. London: Macmillan.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Leonard, J. (1980). “L’historien et Le Philosophe.” In L’impossible Prison: Recherches Sur Le Système Pénitentiaire Au XIXe Siècle et Débat Avec Michel Foucault, edited by M. Perrot, 9–28. Paris: Seuil. L’Univers Historique.

Miller, P., Hopper, T., & Laughlin, R. (1991). The new accounting history: an introduction. Accounting, Organizations and Society16(5-6), 395-403.

Tyson, T. (1993). Keeping the record straight: Foucauldian revisionism and nineteenth century US cost accounting history. Accounting, Auditing & Accountability Journal6(2).