Archives mensuelles : mai 2020

Le coût de la médaille

On a pu voir surgir ces derniers jours une curieuse initiative de la part du gouvernement : distribuer des médailles aux soignants pour les remercier de leurs efforts. Derrière ce geste, on peut évidemment voir la tentative de ressusciter les vieilles traditions de la Troisième République qui gouvernait par les honneurs les individus en distinguant les bons citoyens pour leur mérite (Ihl, 2004).

Cette proposition a vite suscité soit l’opposition, soit l’ironie. Chacun devine bien l’intention de remerciement que peut porter la médaille, mais l’absence d’accompagnement de ladite médaille d’autres mesures concrètes donne un autre sens : celui d’une réponse purement symbolique à une demande monétaire, mettant en balance la reconnaissance symbolique (pour les hospitaliers) et financière (pour les banques et les marchés financiers).

L’histoire des médailles du travail permet de comprendre les mécanismes à l’oeuvre et la contestation qu’engendre cette mesure (Floquet et Labardin, 2013 et 2015).

Les médailles du travail, du paternalisme à la désindustrialisation

La mise en place des médailles du travail en 1886 s’accompagne dans la sidérurgie notamment d’un débordement du cadre républicain. Dans certaines entreprises (Schneider au Creusot ou De Wendel en Lorraine), la médaille est remise par l’entreprise dans une certaine confusion des genres. Les patrons desdites entreprises étaient aussi des élus locaux et ces entreprises disposaient d’un ancrage local souvent fort.

La remise de la médaille du travail devient un véritable rite. Réunion dans une salle ou un stade, discours du dirigeant, mais aussi cadeaux de l’entreprise (cigare, petite enveloppe payée par l’entreprise etc.). Et, pendant les guerres, c’est par exemple le lieu où les familles viennent réclamer un emploi quand le mari, ouvrier ou mineur, est emprisonné en Allemagne.

La technicisation du discours qui explique les difficultés du secteur dès les années 1960 rompt cette efficacité : l’ouvrier participait au rite, non pour être informé, mais pour participer à la célébration d’un succès individuel (la récompense de sa carrière) à travers son incarnation symbolique et monétaire (les cadeaux, le serrement de main etc.). La substitution du dirigeant historique par des dirigeants anonymes et changeant casse la symbolique. Finalement, les médailles du travail deviennent dans les années 1970 un lieu de contestation : elles sont renvoyées par les syndicalistes dans des petits tombeaux au Président de la République.

Les médailles et l’efficacité symbolique

Bourdieu (1982) a probablement le mieux expliqué l’efficacité des rites et ce qui suit en est largement inspiré. La remise de la médaille à un fonctionnaire, un salarié est un acte d’acceptation de du récipiendaire au remettant. Soit, cet acte va de soi parce que le récipiendaire est convaincu et nous sommes dans le cas des médailles militaires. Soit, cet acte ne va pas de soi, mais le remettant accompagne la médaille de gestes matériels et humains qui correspondent à ce que les récipiendaires souhaitent. Les gestes sont là pour incarner physiquement une reconnaissance et leur absence signifie au contraire une forme de mépris. Le récipiendaire accepte alors, dans le cadre d’une forme d’échange, la hiérarchie.

La disparition de la symbolique des remises de médaille du travail dans la sidérurgie dans les années 1970, la remise de médailles au personnel soignant aujourd’hui illustrent le même piège : en tentant de se réapproprier un rite qui donne au patron une place centrale (et donc une légitimité qui leur fait défaut), les dirigeants de la sidérurgie hier, le pouvoir politique aujourd’hui, oublient les conditions de l’efficacité symbolique du rite. La remise de médailles implique une reconnaissance préalable de la légitimité du remettant au récipiendaire : une fois seulement cette légitimité acquise (ou conquise), la médaille produit son effet, à savoir perpétuer une relation de pouvoir. Sans cette reconnaissance, elle n’est qu’un outil de contestation. Gouverner par la médaille a donc un coût autre que celui de sa fabrication : soit celui de donner des avantages matériels comme le faisaient les patrons paternalistes, soit celui d’en supporter la contestation.

Le refus pour s’émanciper

Je voulais finir ce petit texte par un souvenir personnel. Recevoir une médaille, c’est d’abord pour le récipiendaire reconnaître la légitimité du remettant. La refuser peut donc devenir un acte d’émancipation.

En 1989, ma mère travaillait aux impôts et le président François Mitterrand fit éditer une médaille du Bicentenaire. Dans la plupart des cas, la médaille était envoyée au domicile. Mais dans son cas, son directeur (elle était cadre) demanda à chacun de ces adjoints de venir dans son bureau recevoir sa médaille. Ma mère refusa, considérant que si elle méritait cette distinction, elle n’avait pas à faire une telle démarche. Elle fut une des rares à faire ce geste, ce qui, encore enfant, m’impressionna.

Bourdieu, P. (1982). Langage et pouvoir symbolique. Édition du Seuil.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Ihl, O. (2004). Gouverner par les honneurs. Genèses, (2), 4-26.

Pourquoi vivons-nous dans un monde de chiffres (2) Le chiffre vu d’en bas

Ce billet constitue une suite du précédent qui essayait d’esquisser brièvement comment s’était construit un monde de chiffres en insistant sur son poids pour l’Etat et les entreprises pour appréhender le réel et diriger. La conscience de la fonction de gouvernance par le chiffre tend à générer un discours contestataire qui pointe la gouvernance comptable responsable des maux que nous vivons.

La faiblesse de cette lecture est de percevoir le chiffre comme une contrainte imposée d’en haut. De Trip advisor pour les restaurants à Yuka pour l’alimentaire, comme consommateur, chacun de nous prescrit et subit tout à la fois le chiffre dans son quotidien (Jeacle et Carter 2011) dans un mouvement schizophrénique. Les limites d’un tel discours ont pu être soulignées récemment par Clarence Bluntz dans le cadre de son travail de thèse en cours (ici et ici). Et un discours contestataire définissant toujours autrui comme oppresseur dit à la fois une partie du réel, tout en en masquant une autre : nous basculons facilement comme individu d’un rôle à un autre.

La montée en puissance du chiffre et de ses usages relève certes d’une dynamique historique vue d’en haut (cf. billet précédent) mais aussi vue d’en bas et ceci est plus rarement souligné. La mobilisation des chiffres n’est pas seulement une pratique descendante du pouvoir : ce n’est pas une élite qui l’imposerait à une société contre son gré. C’est aussi l’histoire d’une société qui s’est construite autour du chiffre pour représenter le réel. Ce chiffre va bien au-delà de la seule comptabilité ou statistique, et influe par exemple sur le droit, même s’il est ici essentiellement question de comptabilité.

Le chiffre, une production progressivement déclassée

La première façon de comprendre le chiffre est de souligner qu’il a d’abord été longtemps l’apanage d’une élite, celle qui savait lire, écrire et compter.

Les femmes de négociant, leurs enfants et quelques commis sont ceux qui y travaillent dès le Moyen-Âge (Favier, 1987) et à l’époque moderne (Labardin, 2007). Le commis (l’employé du bureau plus tard, l’administratif ou la fonction support aujourd’hui) est rare et très bien payé dans l’échelle des salaires. Cette proximité des producteurs du chiffre avec ceux qui décident est d’abord une proximité sociale : celui qui tient les comptes est payé cher pas uniquement pour sa rareté dans un rapport d’offre et de demande. Il est payé cher parce que son salaire exprime un statut social.

Le grand changement s’amorce dans la deuxième moitié du XIXe siècle dans l’entreprise : les emplois de bureau se multiplient, se spécialisent. La littérature d’histoire sociale a fourni de nombreux ouvrages éclairant cette période: Gardey (2001) en France, Wilson (1998) à Glasgow ou Heller (2011) à Londres. On y retrouve des caractéristiques communes : une même augmentation numérique du nombre d’emplois de bureau et un déclassement progressif même s’il a été relativisé (Heller, 2008), cette relativisation ayant été elle-même contestée (Seltzer, 2010).

La massification des services comptables (Labardin, 2007) a généré une structuration d’une véritable fonction d’entreprise avec sa hiérarchie (aide-comptable, comptable, chef-comptable) et sa division du travail. Cette massification passe aussi par la multiplication de postes nécessitant essentiellement des compétences de lecture, écriture et calcul qui, avec l’instruction, peuvent être plus largement pourvus.

Ce déclassement n’est pas chose négligeable : il va de pair avec l’objet sur lequel travaille une partie de ce personnel administratif déclassé, le chiffre. Une partie importante de la population participe désormais de son élaboration: Chenu (2005), en reprenant les recensements de 1982 et 1999 dénombre à près d’un demi-million en France en 1999 (53) : une grande partie (337 000 en 1999) sont de simples aides-comptables, traduisant ce déclassement.

On se tromperait profondément en déconnectant le lent déclassement du producteur de chiffres et la croyance populaire dans le même chiffre. A force d’avoir déclassé un métier et pas seulement au travers du salaire (Labardin, 2014), on déclasse la croyance de la société dans le chiffre. On peut voir dans cette mutation la même dynamique que traduit, par exemple, l’effondrement de la croyance religieuse et des rites traditionnels que Bourdieu éclaire notamment dans Langage et pouvoir symbolique. Une des conséquences est l’émergence de contestation du chiffre dans les espaces sociaux où on le présente. Par exemple, les discours de remise de médailles du travail où l’on parlait aussi de la santé financière de l’entreprise (Floquet et Labardin, 2015) sont devenus des espaces de contestation à partir des années 70.

Cette imbrication entre les conditions de production du chiffre et la croyance en son efficacité ne concerne pas la seule croyance dans la comptabilité des entreprises. Des travaux de Desrosières (2008) ou de Touchelay (1993) permettent par exemple de réinterroger les mutations de production de la statistique publique.

Les producteurs de chiffre dans la culture populaire

Une autre dimension de cette popularisation du chiffre tient à son inscription dans la culture populaire. Le comptable devient une figure commune, un français moyen, souvent associée à des caractéristiques ambiguës : d’un côté, il est fidèle, méticuleux et précis, mais, de l’autre, il est comme émanté par le passé dans un métier fait de lenteur et d’archaïsme ou parfois même de médiocrité. Il n’est plus, loin s’en faut, le personnage privilégié qu’il était. Plusieurs recherches ont mis en évidence dans le cas français ces éléments que ce soit dans le roman (Labardin, 2010), les représentations graphiques (Lamendour et Lemarchand, 2012) ou la bande dessinée et notamment le personnage de Gaston Lagaffe (Rocher, 2019). Le travail de Czarniawska (2012) sur les romans policiers américains des années 1940 reprend ces caractéristiques.

Gaston Lagaffe, le jeune de soixante ans - Le Blog de Sylvain ...

Si produire du chiffre n’est plus au XXe siècle une activité extra-ordinaire ou prestigieuse dans la société, l’imaginaire social véhiculé par la culture est également déclassé.

Le chiffre, une injonction sociale et une lente imprégnation

Le déclassement des producteurs de chiffre n’est pas la seule raison de la diffusion du chiffre à l’ensemble de la société. Son usage s’est également diffusé à l’ensemble de la société parce qu’il pouvait servir à orienter les comportements.

Ainsi, dans une France encore largement rurale, dès le début du XIXe siècle, apparaissent des mouvements visant à utiliser la comptabilité pour rationaliser la production agricole (Depecker et Joly, 2015). Le travail de Joly (2016) met notamment en évidence le rôle des manuels dans la formation d’un paysan idéal qui intégrerait ces dimensions. Notons au passage que ce mouvement n’est pas seulement français comme le montrent Lampe et Sharp (2017) à propos de l’Allemagne et du Danemark. Fondamentalement, c’est la volonté d’introduire un calcul de coût sur le modèle de l’industrie qui apparaît comme la caractéristique du raisonnement économique que l’on cherche à introduire dans les comportements individuels (Lemarchand, 2019). C’est ce même raisonnement que ciblent les industriels dans le développement des engrais pour montrer l’intérêt du calcul économique (cf. ci-dessous). Il reste beaucoup à faire néanmoins pour identifier l’articulation entre cette volonté normalisatrice du raisonnement agricole et sa mise en oeuvre qui paraît plus tardive.

Societe de St. Gobain en 2020 | Engrais, Affiche vintage et Affiche

Cette injonction sociale dépasse d’ailleurs le seul cas de l’activité d’entreprise. Nombre de manuels préconisent l’usage de la comptabilité aux ouvriers pour se discipliner eux-mêmes au XIXe siècle et il ne manque pas d’ouvrages préconisant aux ménagères le même usage du chiffre (Le Texier 2012).

Ainsi en est-il de Christine Frédérick, femme au foyer américaine dont L’organisation ménagère moderne est traduit en 1927 chez Dunod. Parmi ces préconisations aux bonnes ménagères, on retrouve la comptabilité:

« J’entends d’ici une femme me dire: « Oh, mais c’est mon mari qui paie le loyer, et moi je ne m’occupe que de la nourriture, des vêtements et des dépenses du ménage; est-ce que cela n’embrouillera pas tout si je fais les comptes? » Certes non, il se trouve que c’est vous, la ménagère, qui faîtes les comptes, parce qu’il est plus commode qu’il en soit ainsi; mais les articles que dépense le mari devraient être portés sur le livre de comptes au même titre que ceux de la femme » (p.107).

On retrouve ici ces mêmes injonctions universalistes quant à l’usage de la comptabilité. Notons au passage l’ambiguïté du rôle de la comptabilité. D’un côté, l’argument naturel pour expliquer que c’est à la femme de faire cette tâche, vieille rengaine des discours de soumission de l’épouse ; mais, de l’autre, le pouvoir que donne la comptabilité à celle ou celui qui l’exerce. On retrouve ici la même répartition des tâches que dans le commerce (Labardin et Robic, 2008). Et, dans le cas des boulangères lyonnais du XIXe siècle, Angleraud (2000) avait montré le pouvoir que cette fonction donnait aux femmes dans les relations sociales, notamment via l’attribution ou nom du crédit dans le quartier. Tenir les comptes, connaître les chiffres est tout à la fois un instrument de soumission de la femme, en même temps qu’il peut être un outil d’émancipation.

Déclassement des comptables, démystification du chiffre

Depuis le XIXe siècle, de multiples façons (et ce texte n’a pas la prétention de les identifier toutes), le chiffre s’est diffusé dans la société et s’est imposé à tous les niveaux. D’une pratique d’élite, réservée à un petit nombre de privilégiés, il est devenu courant. Tout un chacun s’en empare désormais, là, où, le chiffre jouissait auparavant d’un prestige liée à la position sociale qu’occupaient ceux qui le maniaient.

Le chiffre a ainsi basculé d’un temps du savoir où il était rare et débattu entre spécialistes issus de l’élite et cru a priori par le reste de la population à un autre temps, celui de la démocratie : le chiffre est abondant, circule dans toutes les strates de la société. Il est cru ou décrié (on invoque alors sa manipulation). Il est surtout traité comme un objet démocratique (on le juge au travers de ce que l’on en pense) et plus seulement un objet de savoir (sa véracité et ses limites). D’une société où l’on cachait le chiffre, source de pouvoir, nous sommes entrés dans un monde où les chiffres sont démutipliés, chacun pouvant retenir celui qui convient le mieux à sa vision du monde.

Pierre Labardin

Angleraud B. (2000), « La boutique boulangère de quartier à Lyon au XIXe siècle », in Coquery N. (2000), La boutique et la ville, Tours, Publications de l’Université François Rabelais.

Bourdieu, P. (1982). Langage et pouvoir symbolique. Points Essais.

Chenu, A. (2005). Sociologie des employés. Repères.

Czarniawska, B. (2012). Accounting and detective stories: an excursion to the USA in the 1940s. Accounting, Auditing & Accountability Journal25(4), 659-672.

Depecker, T., & Joly, N. (2015). La terre et ses manufacturiers. L’introduction d’une raison gestionnaire dans les domaines agricoles (1800-1850). Entreprises et histoire, (2), 12-23.

Desrosières, A. (2008). L’argument statistique I et II. Presses des Mines via OpenEdition. https://books.openedition.org/pressesmines/341 et https://books.openedition.org/pressesmines/901

Favier, J. (1987). De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’Affaires au Moyen-Âge. Pluriel.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Gardey, D. (2001). La Dactylographe et l’expéditionnaire: histoire des employés de bureau 1890-1930. Belin.

Heller, M. (2008). Work, income and stability: The late Victorian and Edwardian London male clerk revisited. Business History50(3), 253-271.

Heller, M. (2011). London clerical workers, 1880–1914: development of the labour market. Pickering & Chatto.

Jeacle, I., & Carter, C. (2011). In TripAdvisor we trust: Rankings, calculative regimes and abstract systems. Accounting, Organizations and Society36(4-5), 293-309.

Joly, N. (2016). Educating in economic calculus: the invention of the enlightened peasant via manuals of agriculture, 1830–1870. Accounting History Review26(2), 131-160.

Labardin, P. (2007) La surveillance des comptables en France (fin du XVIIIe siècle – Entre-deux-guerres) : le passé d’une nécessité illusoire. Gérer et Comprendre 88 : 36-46.

Labardin, P. (2010). Du teneur de livres au comptable–Le regard de quelques écrivains européens. Comptabilité-Contrôle-Audit16(2), 49-68.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Labardin, P., & Robic, P. (2008). Epouses et petites entreprises. Revue française de gestion, (8), 97-117.

Lamendour, E., & Lemarchand, Y. (2012). L’image des comptables. 33 ème Congrès de l’Association francophone de comptabilité.

Le Texier, T. (2012). Homemade Economics : The Managerial Rationalization of Women’s Everyday Life in America, 1820-1920. Working paper. http://www.letexier.org/article.php3?id_article=107

Lemarchand, Y. (2019). The birth of industrial accounting in France: some curious paradoxes. Accounting History Review29(2), 221-241.

Lampe, M., & Sharp, P. (2017). A quest for useful knowledge: the early development of agricultural accounting in Denmark and Northern Germany. Accounting History Review27(1), 73-99.

Rocher, S. (2019). L’expert-comptable dans la culture populaire: une image ambiguë. ACCRA, (1), 65-88.

Seltzer, A. J. (2010). Salaries and promotion opportunities in the English banking industry, 1890–1936. Business History52(5), 737-759.

Touchelay, B. (1993). L’INSEE des origines à 1961: évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale (Doctoral dissertation, Paris 12).

Wilson, R. G. (1998). Disillusionment or New Opportunities?. The Changing Nature of Work in Offices, Glasgow, 1880–1914, Ashgate.