Archives mensuelles : février 2020

Déclassement économique, déclassement spatial

(Ce post mobilise un certain nombre de cartes de façon peu rigoureuse. Les notions mesurées et comparées ne sont pas toujours similaires, et donc sont critiquables. Je n’ai pas forcément toujours trouvé toutes les cartes que je cherchais pour les rendre comparable. Il ne me semble pas cependant que d’autres cartes altéreraient le propos. Je suis évidemment preneur d’autres liens)

La série d’ouvrages du géographe Christophe Guilluy (La France périphérique, Factures françaises etc.) a connu un intérêt médiatique important depuis une quinzaine d’années. Il pointe notamment la fracturation du pays entre des zones urbaines et très gentrifiées à qui profitent la mondialisation et une France périphérique qui n’en bénéficient pas. Cette opposition fondatrice lui permet notamment de rendre compte de la montée du populisme comme un retour aux sources. Et de plaider dans Fractures françaises tant pour un retour du peuple qu’à une limitation du multicuturalisme.

Les thèses de Guilluy ont fait l’objet de critiques sur plusieurs points : d’abord sur son assimilation entre classe et race qui laissait suggérer une ambiguïté autour du racisme. La défense des classes populaire se ferait contre le multiculturalisme. Une autre critique, moins politique et plus scientifique vient de l’unité de la catégorie même de France périphérique. Cette dernière regroupe aussi bien des campagnes éloignées de cette mondialisation que des banlieues (au sens où le terme est utilisé dans l’espace public). Reprenant cette critique à son compte, Benoît Coquard (2019) note ironiquement : « la promotion sans précédent dont a bénéficié cette thèse dans les grands médias a contribué à en faire un mot fourre-tout pour désigner tous les endroits qui, vus de Paris ou des grandes métropoles régionales sont perçus comme des « coins paumés » (p.7). La catégorie de France périphérique, se voulant être du côté des catégories populaires, est habilement renvoyé ainsi à une catégorie attrape-tout qui fait d’abord sens pour des catégories privilégiées que pour la France périphérique.

Un des intérêts de la catégorie de Guilluy est de porter le regard sur les perdants et de voir l’espace (national) différemment. Il permet notamment d’articuler le déclassement social et le déclassement spatial en les liant, le déclassement spatial redoublant le déclassement économique. Un éclairage historique permet de montrer que les espaces où il faut être (ou inversement, ceux caractérisant un déclassement) change dans le temps.

Repartons ainsi du XIXe siècle (source Twitter Gallica) :

Image

Presque un siècle plus tard, un article d’Abel Chatelain en 1955 sur la richesse des populations en France confirme le constat : si les villes (Paris et Lyon notamment) sont déjà le lieu de la au-dessus de la moyenne nationale, le nord-est du pays exerce une attraction qu’il conserve encore dans les Trente Glorieuses. L’industrie sidérugique lorraine, le textile vosgien, la bonneterie troyenne, autant de spécialisations qui donnaient à ses espaces une attractivité. Pascal Raggi (2019) rappelle ainsi que l’on parlait du Texas français à propos de la Lorraine de la sidérurgie pour bien symboliser son attractivité dans les années 1950.

Il n’est guère besoin de poser le contraste avec aujourd’hui pour le même nord-est. Le poids de la désindustrialisation sur des territoires entiers ne peut qu’apparaître impressionnant. Les nombreuses cartes disponibles montrent le déclin du nord-est (hors Alsace et zone frontalière avec la Suisse et l’Allemagne) dans cette dynamique spatiale :

Carte effectuée à partir des données INSEE.

Les zones déclassées (et reclassées réciproquement) sont historiquement mouvantes. La Bretagne fut ainsi longtemps cet espace pauvre dont il fallait s’enfuir pour fournir à la bonne bourgeoisie parisienne les bonnes recherchées et qu’incarna notamment l’image de Becassine. Si le constat ne paraît pas révolutionnaire, son intégration permet de souligner que les effets sociaux de mutations économiques (la désindustrialisation du nord est du pays) sont redoublés par la spatialité de ce phénomène. Ceux qui vivent dans ces régions ne vivent pas seulement un déclassement économique individuel, mais aussi un déclassement spatial.

Ce lien (déclassement économiqueet déclassement spatial) que des géographes ou sociologues ont ainsi souligné à l’échelle du territoire mérite d’être revu à l’échelle de l’histoire des pratiques managériales et comptables. A l’image d’Edwards et Walker (2010), dans le cas des comptables britanniques de la fin du XIXe siècle, l’espace peut participer d’une stratégie d’élévation sociale en copiant un mode de vie pour incarner ce que l’on veut être. A l’inverse, le déclassement peut s’incarner à travers une relégation spatiale, le décloisonnement des espaces et la surveillance. Le cas des comptables de Pont-à-Mousson traités comme de simples ouvriers d’une chaîne de production (Labardin, 2014).

L’histoire économique a souvent cherché à utiliser des séries de salaires pour mesurer ce phénomène de déclassement à l’image du débat entre Heller (2008) et Seltzer (2010) sur les salaires des employés de bureau au tournant du XXe siècle. Le déclassement est alorsréduit à un déclassement économique que l’on quantifie au moyen des salaires.

Des approches par l’espace permettraient d’enrichir cette notion de déclassement. Le sentiment de déclassement (dont peut témoigner une histoire culturelle par exemple) peut ne pas être confirmé par les séries de salaire. Cela ne signifie pas que ce déclassement n’a pas existé. Mais peut-être qu’il passe par d’autres moyens comme les espaces.

Pierre Labardin

Références

Chatelain, A. (1955). La répartition de la richesse des populations en France. Géocarrefour30(4), 291-308.

Coquard, B. (2019). Ceux qui restent: faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte.

Edwards, J. R., & Walker, S. P. (2010). Lifestyle, status and occupational differentiation in Victorian accountancy. Accounting, Organizations and Society35(1), 2-22.

Guilluy, C. (2010). Fractures françaises. Flammarion.

Guilluy, C. (2014). La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Flammarion.

Heller, M. (2008). Work, income and stability: The late Victorian and Edwardian London male clerk revisited. Business History50(3), 253-271.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Raggi, P. (2019). La Désindustrialisation de la Lorraine du fer. Classiques Garnier.

Seltzer, A. J. (2010). Salaries and promotion opportunities in the English banking industry, 1890–1936. Business History52(5), 737-759.