Archives de catégorie : Généraliste

Des (mauvaises) raisons de critiquer l’utilité de l’histoire de la comptabilité

Il y a quelques années, un professeur de management à la notoriété certaine affirmait d’un ton qui ne souffrait la contestation et dans un contexte qui n’appelait pas de réponses : « Je ne vois vraiment pas à quoi cela sert de faire des recherches sur les comptables au XVIIe siècle ». Si ce type de discours n’est pas très agréable à entendre pour un historien de la comptabilité (ni d’ailleurs très constructif), il a longtemps constitué un poncif sur l’inutilité de l’histoire en management (et donc en comptabilité). Loin de servir la discipline du management, il a contribué à sortir de son champ les recherches sur l’histoire de notre discipline, cette dernière s’indignant ensuite que des historiens la fassent à notre place (cf. par exemple ce type de critique de l’ouvrage de Chapoutot). Comme sur beaucoup de problématiques, l’historicisation de ce type de discours permet d’en comprendre les ressorts et les contradictions.

Le postulat de ce discours repose sur la séparation apparemment claire entre un passé et un présent. Ainsi, le passé n’aurait rien à nous apprendre d’aujourd’hui : un élément de contexte radicalement nouveau voire plusieurs (la mondialisation, l’Intelligence artificielle, la fair value, la concurrence etc.) est ainsi convoqué rhétoriquement par celui qui veut invalider l’histoire pour montrer que la situation d’aujourd’hui diffèrerait radicalement du passé, renvoyant l’étude de ce même passé aux seuls historiens. Ainsi, la comptabilité du XVIIe siècle est un sujet d’historiens, non de gestionnaires.

Hors de la discipline gestionnaire, ce raisonnement apparaît déjà curieux. Les disciplines connexes ont toutes intégré en leur sein leur propre histoire. On fait de l’histoire de l’économie en économie, de l’histoire du droit en droit, de l’histoire de la sociologie en sociologie. Mais on ne ferait pas d’histoire du management en management.

Cette conception semble en fait relever d’une conception du savoir gestionnaire datée : la gestion devrait être une discipline pratique, formulant des préconisations managériales. En suivant l’héritage d’un Taylor ou d’un Fayol, ces universitaires se voient en successeur de praticiens, capable d’une forme d’abstraction. En cela, le savoir gestionnaire serait, non une science sociale, mais une science d’ingénieurs. On voit mal néanmoins dans quel corpus de savoir il tirerait une telle théorie générale, le savoir établi paraissant instable : il n’est guère besoin d’avoir suivi beaucoup de course de théorie des organisations pour voir la critique de Mayo des biais tayloriens, faisant douter de la scientificité d’un tel savoir.

L’histoire même de la recherche comptable confirme de tels doutes. Dans le cours sur les courants de la recherche en comptabilité financière qu’il donna jusqu’à sa retraite en Master 124, Bernard Colasse distinguait trois courants principaux[1] : le courant descriptif (Littleton en fournissant un bon exemple[2]), le courant normatif ou prescriptif (Chambers en fournissant un exemple[3]) et le courant cognitif (ayant pour visée l’explication de la pratique comptable) ; ce dernier courant se subdivisant lui-même en deux courants : l’un, positiviste, inspiré par l’économie classique, l’autre, socio-organisationnel inspiré par les sciences sociales. La victoire du courant cognitif sur ceux qui l’ont précédé se trouve matérialisée par les revues dominantes dès les années 1980. Les revues aujourd’hui adoptent une telle visée explicative, les éventuelles implications managériales n’en étant que la conséquence.

La domination d’une visée explicative remet-elle en cause la place de l’histoire dans les recherches en comptabilité ? Ce n’est évidemment pas le cas des études socio-organisationnelles dont certaines empruntent explicitement à l’histoire ou à la socio-histoire. La place de l’histoire n’est pas moins importante dans les revues d’inspiration économique. Ainsi, Watts et Zimmermann[4] (1979) mobilisent l’histoire de la comptabilité pour attaquer les conceptions de Chambers et prôner un savoir visant à expliquer le réel plutôt qu’à le prescrire. Néanmoins, l’usage du passé semble davantage relever de la justification que de l’interrogation historique telle que des recherches ultérieures le requestionnèrent avec plus de précisions[5]. Et, on trouve plus récemment des concepts comme le conservatisme comptable réinterroger dans leur historicité[6].

Les principales revues d’histoire de la comptabilité se mettent d’ailleurs en place pendant la période d’émergence de ce courant (Accounting Historians Journal en 1976, Accounting Business and Financial History en 1990 devenu Accounting History Review en 2011, Accounting History en 1996). Elles contribuent à ancrer l’idée que la connaissance du passé est légitime en soi dans une discipline. L’AFC et la revue Comptabilité Contrôle Audit en France ont d’ailleurs suivi très tôt cette option, matérialisant un flair certain : le premier numéro de la revue est un article d’histoire de la comptabilité[7]. Faut-il s’étonner que le rédacteur en chef de l’époque ait été Bernard Colasse ?

Les débats autour de la New Accounting History dans les années 1990 montrent la vigueur de tels débats. Cette interrogation sur les mécanismes à l’œuvre peut déboucher dans certains cas sur des préconisations normatives. Watts et Holthausen[8] (2001) ont défendu cette articulation entre explications et préconisations. A certains égards d’ailleurs, la thèse de Watts et Holthausen (2001) peut s’analyser comme un retour au marché aux excuses au sens de Watts et Zimmermann (1979).

Ces différents éléments nous ramènent à l’inanité de cette distinction apparemment évidente entre passé et présent. La discipline comptable n’a pas de méthode propre : elle emprunte à d’autres sciences sociales ses méthodes et l’histoire (comme l’économie, la sociologie etc.) y contribuent. Le passé nous offre deux façons de repenser le réel aujourd’hui : soit, dans une tradition économique, en mettant en évidence des configurations qui ont existé (et qui n’existent plus aujourd’hui) pour mettre en évidence leur efficacité ou leur inefficacité ; soit, dans une tradition sociologique, en montrant comment le passé a contribué à forger les structures actuelles.

Pierre Labardin

PS : un grand merci à Bernard Colasse pour sa relecture et ses commentaires. L’opinion et les erreurs pouvant subsister reste de mon seul fait.


[1] On retrouve cette distinction notamment dans l’introduction générale de : Chantiri R., Colasse B. (2019). Normaliser la comptabilité des entreprises : enjeux socio-organisationnels et jeux d’acteurs. Editions EMS : 12-24.

[2] Littleton, A. C. (1933). Accounting evolution to 1900. University of Alabama Press.

[3] Chambers, R. J. (1955). Blueprint for a Theory of Accounting. Accounting research, 6(1), 17-25.

[4] Watts, R. L., & Zimmerman, J. L. (1979). The demand for and supply of accounting theories: The market for excuses. Accounting Review, 273-305.

[5] Edwards, J. R. (1986). Depreciation and fixed asset valuation in British railway company accounts to 1911. Accounting and Business Research16(63), 251-263. Bryer, R. A. (1993). The late nineteenth-century revolution in financial reporting: Accounting for the rise of investor or managerial capitalism?. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 649-690.

[6]Francis, J., & Schipper, K. (1999). Have financial statements lost their relevance?. Journal of accounting Research, 37(2), 319-352. Balachandran, S., & Mohanram, P. (2011). Is the decline in the value relevance of accounting driven by increased conservatism?. Review of Accounting studies, 16(2), 272-301.

[7] Lemarchand, Y. (1995). 1880-1914, l’échec de l’unification des bilans. Le rendez-vous manqué de la normalisation. Comptabilité-Contrôle-Audit1(1), 7-24.

[8] Holthausen, R. W., & Watts, R. L. (2001). The relevance of the value-relevance literature for financial accounting standard setting. Journal of accounting and economics, 31(1-3), 3-75.

La mort des comptables ?

L’arrivée de l’intelligence artificielle et ses potentialités suscitent nombre d’articles suggérant un déclin des métiers autour de la comptabilité. On oscille entre des articles annonçant la disparition des comptables que la presse relaie complaisamment ou des articles plus nuancés annonçant les mutations du métier.

Beaucoup d’étudiants s’interrogent sur l’intérêt d’une orientation professionnelle autour des métiers de la comptabilité, du contrôle et de l’audit, imaginant une disparition de ces métiers et donc freinant l’attractivité de ces métiers, perçu comme n’ayant plus d’intérêt à l’avenir. Les choses paraissent plus compliquées : l’apparition de nouvelles technologies ne signifient pas la disparition de tous les emplois mais plutôt des mutations : délocalisation des emplois moins qualifiés (mais aussi de nouvelles coordinations à mettre en œuvre), nécessité d’adapter les métiers et les outils existants à la digitalisation etc.

Assez curieusement, le phénomène apparaît radicalement nouveau, comme si ce changement technologique était le premier alors que la comptabilité s’est déjà largement transformée au cours du seul XXe siècle[1]. Des grands livres de plusieurs kilos que l’on déplaçait entre les pupitres, la technique est passée par des livres à feuillets mobiles et à décalque au début du XXe siècle, puis à des machines à écrire et des machines comptables dans l’Entre-deux-guerres, à des ordinateurs à partir des années 1980[2].

Service comptable de Guillot-Pelletier (1909)

Service comptable de Goulet-Turpin (non daté, probablement années 1930 à 1950)

Des recherches menées depuis une trentaine d’années ont contribué à documenter un tel processus : aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne[3] ou en France[4]. Au-delà de ces changements et de ce qu’ils disent des mutations du travail comptable, on retrouve une matrice de discours entourant le changement technologique dans les métiers de la comptabilité.

Chacun de ces changements paraît tout d’abord exercer une fascination réelle où la technologie apparaît comme un mirage : aujourd’hui l’intelligence artificielle fait rêver à obtenir davantage d’informations à moindre coût comme hier la mécanisation à la réduction des frais généraux. Si les dirigeants d’entreprise ou de cabinets en rêvent, les salariés le redoutent. Les dynamiques historiques relativisent sensiblement un tel raisonnement : la technologie semble dans un premier temps générer une attraction très forte et la publicité fut utilisée comme outil de promotion de ces nouvelles techniques révolutionnaires mais qui n’ont guère laissée de traces.

Les nouvelles méthodes si efficaces apparaissent largement fantasmer un avenir qui n’existera jamais. Ces innovations n’ont guère eu de retentissements au-delà de ces seules publicités. Des changements sont certes apparus, mais loin des espoirs chimériques et idéalisés. Evidemment, l’histoire ne se répète pas, mais il y a fort à parier que l’apparition de l’intelligence artificielle n’entraîne pas une disparition totale des emplois de la comptabilité, mais plutôt leur mutation.

Aux jeunes qui hésitent à venir faire de la comptabilité : venez, il y aura du travail, mais ce ne sera pas le même ! Comme celui de vos parents différaient de celui de vos grands-parents. Et laissez derrière vous les mythes de la fin de la comptabilité. Un vieux fantasme ou une vieille peur selon le point de vue !

Pierre Labardin

Remerciement : un grand merci à Yannick Lemarchand pour les deux dernières images.


[1] Gardey, D. (2008), Ecrire, classer, compter. La Découverte.

[2] Labardin, P. (2012), Une histoire des bureaux comptables in Mélanges en l’honneur du Professeur Yannick Lemarchand, L’Harmattan, 207-225.

[3] On peut ainsi citer : Wootton, C. W., & Kemmerer, B. E. (2007). The emergence of mechanical accounting in the US, 1880–1930. Accounting Historians Journal34(1), 91-124 ;  Parker, L. D., & Jeacle, I. (2019). The Construction of the Efficient Office: Scientific Management, Accountability and the Neo‐Liberal State. Contemporary Accounting Research.

[4] Bonin, H. (2004). The development of accounting machines in French banks from the 1920s to the 1960s. Accounting, Business & Financial History14(3), 257-276.