Archives de catégorie : Années 80, néo-libéralisme

C’était quoi les années 80 (pour l’entreprise) ? 3. Les années 80 vus des années 90

Je continue la série entamée ici et ici pour arriver à la perception que laissent les années 80 dans les années 90. Pour comprendre cette construction, il faut se rappeler le contraste entre les économies occidentales libérales d’une part et l’ancien monde communiste d’autre part. Ce qui n’est pas encore nommé néo-libéralisme apparaît ainsi par contraste comme la supériorité de l’ouest sur l’est. Les chercheurs sont tentés de chercher dans les années 80 ce qui a pu expliquer l’effondrement d’un système centralisé (le communisme) et au contraire la vitalité des économies occidentales.

Ecrire le passé pour définir l’avenir

J’avais expliqué ici en reprenant notamment le numéro spécial coordonné par Descamps et Quenouëlle-Corre (2018) la tentation de plaquer les périodisations américaines et anglaises sur le cas français. Cette redéfinition du passé n’est pas que querelle historique, elle permet également de définir ce qu’il faut faire à l’avenir. C’est ainsi que le courant Law and Finance (La Porta et alii, 1998) se développe à partir notamment de travaux historiques. Il s’agit de montrer que le cadre légal impacte l’efficacité économique et ces travaux mettent en évidence la supériorité d’un système de droit commun anglo-saxon.

Le nombre de citations (23048 pour ce seul article au 12/11/2020) démontre son influence. On se retrouve ici face à un paradoxe : des recherches historiques ultérieures ont largement contesté ces travaux (par exemple Musachio et Turner, 2013). Mais ces travaux n’empêchent pas l’idée de se répandre que le cadre légal impacte l’efficacité et justifie donc de modifier l’existant pour favoriser l’efficacité économique. On peut comprendre ainsi la mutation proposée par Holthausen et Watts (2001) de la théorie positive de la comptabilité (étudier les pratiques comptables) vers une théorie normative (tirer de ces résultats des prescriptions), le même mouvement historique.

Cette réécriture du passé rejoint la dimension organisatrice de l’histoire (Wadhwani et alii, 2018). Définir un passé auquel on donne un sens commun contribue non seulement à définir une identité (ici, nous sommes libéraux et non communistes), mais aussi un projet pour l’avenir (ici, nous voulons nous transformer pour ressembler aux anglo-saxons).

Les années 80 comme matrice de l’efficacité ou d’une autre forme de gouvernement ?

Un autre courant de recherche ancré autour des travaux de Michel Foucault donne une autre lecture de cette dynamique historique. Les travaux autour de Peter Miller (Miller et Rose, 1990, Miller et Napier, 1993) contribuent à développer l’idée de la force de cadrage de la comptabilité sur les pratiques, ce qui n’est pas sans rappeler les thèses de La Porta et alii (1998). On retrouve ici les parentés entre néo-libéraux et foucaldiens évoqués dans le dernier billet et que Dean et Zamora (2019) ont creusé.

Mais la différence qu’offre cette lecture est de ne pas discuter ce cadrage en terme d’efficacité, mais plutôt en terme de façon de gouverner. Dans ces mêmes années 90, se diffuse l’idée que les outils de gestion cadrent les comportements dans les organisations et sont construits historiquement (par exemple Miller, 1991 pour la VAN en Grande-Bretagne).

Cette lecture est riche. Elle permet de comprendre comment un champ de savoir par sa structuration, amène une idée à s’imposer comme vrai et à produire des effets tout à fait réel comme le néo-libéralisme. Et un petit peu comme la Révolution Française a contribué à créer une origine dans les Lumières (Chartier, 1989), le néo-libéralisme par ses effets, trouve à partir des années 2000, ses origines dans les années 80.

Il me semble que c’est ainsi que l’on peut comprendre le titre de Bernard Colasse sur la résistible ascension des IASC/IASB ou celui de Michel Capron sur les normes comptables, instrument du capitalisme financier. Selon où l’on se situe, on peut les lire comme l’histoire vus par les perdants ou par ceux qui contribuent à construire les fondements de futures résistances.

Pierre Labardin

Capron, M. (2005). Les normes comptables, instrument du capitalisme financier. La découverte.

Chartier, R. (1989). Les origines culturelles de la Révolution française. Seuil.

Colasse, B. (2004). Harmonisation comptable internationale. De la résistible ascension de l’IASC/IASB. Gérer et comprendre75, 30-40.

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138).

Holthausen, R. W., & Watts, R. L. (2001). The relevance of the value-relevance literature for financial accounting standard setting. Journal of accounting and economics31(1-3), 3-75.

La Porta, R., Lopez-de-Silanes, F., Shleifer, A., & Vishny, R. W. (1998). Law and finance. Journal of political economy106(6), 1113-1155.

Miller, P. (1991). Accounting innovation beyond the enterprise: problematizing investment decisions and programming economic growth in the UK in the 1960s. Accounting, Organizations and Society16(8), 733-762.

Miller, P., & Napier, C. (1993). Genealogies of calculation. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 631-647.

Miller, P., & Rose, N. (1990). Governing economic life. Economy and society19(1), 1-31.

Musacchio, A., & Turner, J. D. (2013). Does the law and finance hypothesis pass the test of history?. Business History55(4), 524-542.

Wadhwani, R. D., Suddaby, R., Mordhorst, M., & Popp, A. (2018). History as organizing: Uses of the past in organization studies, Organization Studies, 39(12), 1663-1683.

C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 2. Le néo-libéralisme des néo-libéraux

Après avoir dans un premier billet souligné comment la qualification d’une époque contribue à en forger la mémoire, je continue la réflexion sur le néo-libéralisme en en proposant une première histoire, celle du néo-libéralisme, vu par les néo-libéraux.

L’introuvable néo-libéral

Dans un texte récent sur le néo-libéralisme (et non sans ironie), James (2020, 485-486) rappelle que le terme est d’abord utilisé par ses détracteurs dans un certain flou à tel point que rare sont celles et ceux qui s’identifient comme tel. Il y a donc une forme de paradoxe dans ce billet.

La solution est peut-être de prendre celles et ceux qui sont définis comme néo-libéraux et de comprendre pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait. La semaine Margaret Thatcher lors des Grandes Traversées d’été de France Culture fournit de ce point de vue des témoignages éclairant les raisonnements à l’oeuvre et les pratiques.

Le néo-libéralisme : libération et responsabilisation de l’individu

Dans une fameuse interview de 1987 à Woman’s Own (dont on trouve un extrait traduit ici), Thatcher indique sa façon de comprendre sa pratique de la liberté individuelle :

There is living tapestry of men and women and people and the beauty of that tapestry and the quality of our lives will depend upon how much each of us is prepared to take responsibility for ourselves and each of us prepared to turn round and help by our own efforts those who are unfortunate. And the worst things we have in life, in my view, are where children who are a great privilege and a trust—they are the fundamental great trust, but they do not ask to come into the world, we bring them into the world, they are a miracle, there is nothing like the miracle of life—we have these little innocents and the worst crime in life is when those children, who would naturally have the right to look to their parents for help, for comfort, not only just for the food and shelter but for the time, for the understanding, turn round and not only is that help not forthcoming, but they get either neglect or worse than that, cruelty.”

https://www.margaretthatcher.org/document/106689

Cette conception de la responsabilité individuelle doit être resituée dans son époque : elle ne constitue pas une idée tombée du ciel, mais bien une réponse à l’Etat Providence en pointant ses limites. La libération promise à l’individu sous forme de baisse d’impôt et d’intervention moindre de l’Etat est compensée par une responsabilisation de chacune et chacun. L’individu ne doit plus rien attendre de l’Etat.

De “there is no such thing as society” à l’émancipation néo-libérale

Cette phrase, on peut d’abord l’entendre dans le deuxième épisode sur France Culture cet été (à 1h19 et 47 secondes).

On y entend la fameuse phrase “there is no such thing as society” (la société n’existe pas) qui peut se lire, me semble-t-il, de deux façons.

La première lecture, la plus littérale, consiste à voir dans cette phrase une négation d’un intérêt commun propre à la société. Cette phrase semble absurde prise littéralement. Sans évoquer la question sociale, Margaret Thatcher, par sa participation même au Protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone la même année (1987) signifie bien qu’il y a un intérêt commun et qu’une société existe.

La deuxième lecture consiste à voir dans la phrase, non une description de la réalité, mais plutôt un effet de la pratique néo-libérale : la société qui n’existe pas est plutôt l’effet du thatcherisme qu’une réalité pré-existante (la phrase deviendrait alors “there will be no such thing as society”). Le potentiel émancipateur de cette conception est assez évident puisque dans un XXe siècle rempli d’idéologies (communistes, nazis, fascistes, bourgeoises etc.), le néo-libéralisme propose une voie, la liberté individuelle.

L’ouvrage de Dean et Zamora (2019) fournit à ce propos un salutaire rappel des conditions de compréhension du néo-libéralisme de Foucault (et notamment son premier chapitre). Son cours Naissance de la biopolitique de 1979 qui est fréquemment mobilisé comme référence par des critiques n’est publié qu’en 2004, au moment où la critique du néo-libéralisme émerge. Les auteurs rappellent plusieurs points : les leçons se finissent un mois avant l’élection de Thatcher, son éditeur François Ewald eut lui-même une carrière post académique néo-libérale et il exista des ponts avec Gary Becker.

Aussi, voir le néo-libéralisme comme une possibilité d’émancipation fut une réelle option à la fin des années 70 et au début des années 80, sur une génération marquée par 1968, même si une telle idée paraît aujourd’hui étrange (notamment pour ceux s’intéressant peu à l’histoire). Pour le comprendre, on peut distinguer entre trois néo-libéralismes :

“It was an idea, became a phenomenon, and morphed into an incantation.”

James (2020, p.485)

L’idée, c’est celle qui émerge dès l’entre-deux-guerres et se poursuit par exemple jusqu’au Foucault et à sa lecture par Dean et Zamora (2019) ou par exemple celle dont Denord (2016) souligne les mutations. Le phénomène, c’est celui de Thatcher, de Reagan à partir des années 1980. Et l’incantation, c’est sa qualification par la gauche et la pensée critique pour le dénoncer. On peut largement douter que les sens ainsi mélangés ne soient pas porteurs de beaucoup de malentendus.

L’entreprise réduite à son profit : le néo-libéralisme comme solution

Ce mouvement de libération des individus et de responsabilisation rejoint le tournant pris par la théorie de la firme dans les années 1970. Le titre de l’article de Friedman apparaît aujourd’hui trivial tant il paraît avoir été inculqué à des générations d’étudiants en microéconomie :

The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Ce titre doit être lu en creux : la responsabilité de l’entreprise ne porte ni sur le sort de ces salariés, ni sur l’impact qu’elle a dans et sur la société. Et pour cause, la société n’existe pas au sens thatchérien.

La conception du fameux article de Jensen et Meckling (1976) accentue encore le trait. Au lieu d’une entreprise lieu de rencontre de parties prenantes (actionnaires, créanciers, salariés, clients, fournisseurs, Etat etc.), elle réduit ce lien à un contrat entre actionnaires et dirigeants, reléguant de fait les autres parties prenantes à un rôle secondaire, au nom d’un risque supplémentaire que prendraient les actionnaires. Dans un travail récent, Gindis (2020) en retrace tant l’émergence que l’influence intellectuelle dans les années 1980.

Mais, il ne me semble pas que ce soit là le plus intéressant : face à la crise de 1973 qui qui touche d’abord l’industrie, la théorie de la firme fournit une merveilleuse armature intellectuelle pour réorienter le capital de l’industrie vers d’autres secteurs (et notamment la finance) au nom de la rentabilité plus importante de cette dernière. Le capital n’est plus entre les mains des dirigeants, mais des actionnaires qui réorientent ainsi le capitalisme. Dit autrement, le néo-libéralisme contribue à donner la légitimité de l’efficacité qui accélère le déclin de l’industrie (pas assez rentable) et la montée de la finance (permettant une allocation plus efficace du capital).

Le monde des dirigeants rendant compte à leurs ouvriers dans des rituels paternalistes comme les médailles du travail (Floquet et Labardin, 2013, 2015) peut s’effondrer, comme l’industrie et les ouvriers. Un autre épisode des grandes traversées de France Culture rend également compte de ce déclin industriel et notamment de la baisse de rentabilité des mines outre-Manche (cf. ici après 2 minutes 50) qu’il faut fermer.

Dans un des premiers billets de ce carnet, j’avais déjà essayé de montrer à partir du cas de Manufrance comment cette lecture s’incarnait dans les conflits sociaux de la désindustrialisation, formant le corpus idéologique de la droite conservatrice à partir des années 1980.

Il ne faut pas perdre de vue qu’il fournit pour une partie de la population une nouvelle activité économique (les services, la finance etc.) et vient atténuer le choc de la désindustrialisation. Il suffit, par exemple, d’aller aujourd’hui en Moselle sur les anciennes terres industrielles des Wendel pour voir comment le Luxembourg et son industrie financière a modifié les structures d’emploi. Et c’est un succès (qui n’est pas sans poser de questions mais ce n’est pas ici le sujet) pour un néo-libéral qu’il faut regarder en face.

Pierre Labardin

Références

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Gindis, D. (2020). On the Origins, Meaning and Influence of Jensen and Meckling’s Definition of the Firm. Oxford Economic Papers, forthcoming. https://academic.oup.com/oep/advance-article/doi/10.1093/oep/gpaa012/5899892#207048361

James, H. (2020). Neoliberalism and its Interlocutors. Capitalism: A Journal of History and Economics1(2), 484-518.

C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 1. Faire l’époque

Ce texte part d’un agacement de chercheur : celui de voir dans la sphère publique, chez des chercheurs critiques ou mainstream, l’idée de la prédominance indiscutable et sans nuance du modèle néo-libéral et financier anglo-saxon depuis les années 1980. Présenté comme acquis, il est devenu comme hors de l’histoire. Pensé comme souhaitable par les uns (il aurait réduit la pauvreté dans le monde) ou critiquable pour d’autres (il aurait augmenté les inégalités), il apparaît comme d’abord politique, Reagan et Thatcher ayant en quelques sorte enfanté partout à travers le monde une ribambelle de descendants ultra-libéraux dont les nuances ne seraient que peu de choses à côté de ce qui les unit. Je crois, au contraire, que ces différences sont moins négligeables qu’on ne le croit et ne concernent pas que des débats d’historiens pinailleurs.

L’époque vécue, l’époque nommée

La relecture du passé par les chercheurs consiste à caractériser a posteriori un moment comme un point de bascule historique pour beaucoup de travaux de sciences sociales. Cette opération de qualification historique s’intègre d’abord à un débat et aboutit à une forme de consensus historique. Les acteurs qui y ont participé ont une conscience partielle de leur fonction historique.

Un exemple de ce hiatus entre la dénomination d’une époque et sa conscience par celles et ceux qui la vivent, est celui de la Révolution Industrielle. Les acteurs n’ont pas forcément conscience du mouvement historique auquel ils participent et n’en voit qu’une partie : ainsi au XIXe siècle, la Révolution Industrielle n’apparaît qu’a posteriori aux historiens comme un phénomène global. Au contraire, les contemporains voient davantage les effets de mutations plus immédiates comme le développement des machines, le système usinier ou les mouvements sociaux de lutte. Comme le note Ravelli (2019), le premier usage du terme date de 1838, bien après de multiples mouvements sociaux résultat de lutte contre le capitalisme industriel. La qualification permet d’agréger des dimensions multiples pour en faire époque.

Le même phénomène opère pour les Trente Glorieuses comme le notent Angeletti, Deluermoz et Galonnier (2019) : en nommant une époque, on contribue à en façonner la mémoire (dans ce cas une histoire positive). En reprenant cette qualification de Trente Glorieuses, cette périodisation passe par exemple sous silence une histoire environnementale moins positive.

Les années 1980 comme époque

Les années 1980 constitue un changement programmatique vers des politiques néo-libérales : Thatcher en 1979 au Royaume-Uni et Reagan l’année suivante aux Etats-Unis fournissent ainsi le point de départ à la reconstruction historique d’une rupture. Cette lecture du passé est par exemple celle proposée par David Harvey (2005, traduction française de 2014) dans sa brève histoire du néo-libéralisme. Ce livre, cité au 16 juin 2020, 28634 fois, a de quoi faire envie à beaucoup de chercheurs par la reconnaissance dont il bénéficie.

La première phrase de l’introduction paraît ainsi anodine : ” les historiens de l’avenir regarderont sans doute les années 1970-80 comme un tournant révolutionnaire dans l’histoire économique et sociale du monde” (p.15). Lu ainsi par celles et ceux s’intéressant de loin à l’histoire, cette phrase peut paraître frappée du sceau de l’évidence. Mais, comme Blanqui en 1838 pour la Révolution Industrielle, cette phrase est aussi une façon de faire époque, de qualifier et délimiter un mouvement : donc simplement de dire ce qu’il faut voir et retenir de cette époque (et donc en oublier). Dès la page 15, suit un double mouvement qui définit le néo-libéralisme : politique avec l’arrivée de nouveaux dirigeants (Deng Xiao Ping, Thatcher, Reagan) articulée au primat des marchés et de la finance comme mode de régulation.

En une page, Harvey écrit un scénario simple de ce qui peut définir l’époque (les années 80), c’est-à-dire la conversion assez brutale à une nouvelle doctrine. Cette lecture, par la place laissée à des catégories sociales dominantes et aux mécanismes de pouvoir peut largement s’appuyer sur les pensées d’auteurs majeurs de sciences sociales comme Marx, Foucault ou Bourdieu (Laval, 2018).

Cette thèse simpliste et universaliste n’est pas nouvelle, et on peut malheureusement facilement réduire Harvey à cela (alors qu’il y a beaucoup plus). Son ouvrage apparaît comme une référence faisant consensus chez les auteurs critiques en sciences sociales, quinze ans après sa parution. La profondeur historique (vingt-cinq ans au moment de sa publication) que prend le néo-libéralisme, imprégnant progressivement de multiples strates de la société contribuent à réaliser l’importance des évènements des années 1980. Et d’une certaine façon, ce livre a contribué à faire l’époque.

Le poids du néolibéralisme universaliste, le choc des diversités nationales

Survolé ainsi, Harvey sert de référence à une vision simpliste : le néo-libéralisme serait d’abord une renonciation politique qui aurait donné sa force à un mouvement auquel il faut résister. Et en simplifiant le schéma historique, on prend le risque d’écrire des choses factuellement fausses.. Il ne manque pourtant pas de travaux ayant souligné les multiples formes du néo-libéralisme.

A commencer par Harvey lui-même, beaucoup de recherches ont montré que le schéma de diffusion du néo-libéralisme est plus complexe qu’il n’y paraît. La brillante préface de l’édition française de Denord (2014, 7-9) tord ainsi le cou à trois idées reçues :

  1. l’anti-étatisme du néo-libéralisme, alors que le néo-libéralisme consiste au contraire à (im)poser ses règles à l’Etat ;
  2. le primat anglo-saxon est relativisée à travers par exemple l’expérience chilienne des années 1970 ;
  3. la tendance à gommer les traditions nationales. Et particulièrement, la résistance d’un modèle allemand, japonais ou français.

Dans ce dernier cas que je connais mieux (la France), la complexité de la définition de l’époque renvoie à plusieurs questions. D’abord, l’histoire du néo-libéralisme est aussi une histoire intellectuelle qui remonte aux années 1930 (Denord, 2016). Faire époque des années 1980 autour du néo-libéralisme, c’est implicitement y rattacher d’autres évènements antérieurs. Dans le tournant néo-libéral daté des années 1980, il faut bien y voir une convention pour définir un mouvement par la période où il passe du monde des idées au monde social.

Assez étrangement, ce discours simplificateur se développe en revendiquant l’héritage d’auteurs comme Foucault. Pourtant, Foucault distinguait déjà entre l’ordolibéralisme allemand et le néolibéralisme américain (Laval 2018, 47-55), ce qu’oublient parfois celles et ceux qui le revendiquent. Ce risque d’une théorisation surplombante est bien de masquer le réel : le même problème s’était déjà posé pour la réception de Surveiller et Punir (Fabre et Labardin, 2019). Entre une sur-théorisation voyant le néo-libéralisme comme unique et une recherche restant au ras du terrain pour laquelle rien n’est généralisable, il existe un moyen terme mêlant approche globale et tradition locale.

La conséquence de cette sur-théorisation est d’étendre le néo-libéralisme et la financiarisation à un phénomène englobant et totalitaire au mépris des sources. C’est contre une telle emprise qu’on peut lire le numéro de Vingtième siècle dirigée par Florence Descamps et Laure Quenouëlle-Corre (et notamment son introduction, Descamps et Quenouelle-Corre, 2018) : 1983, le tournant de la rigueur ? En montrant que le fameux tournant de 1983 est moins évident qu’il n’y paraît chez les technocrates (Descamps, 2018), que les réformes financières de 1982 et 1985 inclient moins vers la finance que certains l’affirment (Quenouelle-Corre, 2018), ce numéro offre un regard à contre courant d’un néo-libéralisme universaliste.

Il permet une discussion originale montrant que le néo-libéralisme n’est pas passé par les mêmes voies en France que dans les pays anglo-saxons : dit simplement, ni Mitterrand, ni Fabius n’ont été Thatcher ou Reagan. Mais, plutôt qu’une négation du mouvement néo-libéral, il peut aussi se lire comme une invitation à creuser d’autres mécanismes de diffusion propres à chaque pays.

Le vol de l’histoire (du néo-libéralisme)

L’écriture d’une histoire calquée sur les périodisations anglo-saxonnes avec les mécanismes fondés sur les seuls cas anglo-saxons contribuant à une histoire simpliste du néo-libéralisme est un piège où s’enferment beaucoup de celles et ceux voulant porter un discours critique. En exagérant la force du néo-libéralisme anglo-saxon par une réduction du poids des histoires nationales, on accentue encore les mécanismes de soumission à un ordre anglo-saxon, perçu comme indépassable. Et il est paradoxal que certaines et certains posent la question de la résistance à un ordre qu’ils contribuent à forger.

Jack Goody (2006, traduction française de 2010) commence ainsi Le vol de l’histoire pour critiquer l’ethnocentrisme de l’histoire :

” Le “vol de l’histoire” dont il est question dans le titre désigne la mainmise de l’Occident sur l’histoire. J’entends par là une manière de conceptualiser et de présenter le passé où l’on part des évènements qui se sont produits à l’échelle provinciale de l’Europe – occidentale, le plus souvent – pour les imposer au reste du monde” (p.13).

Ne peut-on voir ici un parallèle entre les catégories imposées par l’Europe au reste du monde pendant longtemps (capitalisme, civilisation etc.) et celles imposées par les anglo-saxons sur notre histoire du néo-libéralisme ? Dit plus brutalement, en écrivant une histoire du néo-libéralisme calquée sur le modèle anglo-saxon avec nos figures nationales (Fabius remplaçant Mauroy comme Reagan avait remplacé Carter et Thatcher les travaillistes), ne consentons-nous pas à nous faire voler notre histoire comme d’autres peuples colonisés dont nous avons volé l’histoire ? Et si la réappropriation de notre histoire était le début de l’émancipation ?

Angeletti, T., Deluermoz, Q., & Galonnier, J. (2019). Qu’est-ce qu’une époque?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 7-25. https://journals.openedition.org/traces/9628

Denord (2014). Préface à la Brève histoire du néolibéralisme, Les prairies ordinaires.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Descamps, F. (2018). Les technocrates du ministère des Finances et le tournant de la rigueur de 1983. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 33-47.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138) 5-15.

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Goody, J. (2006). The theft of history. Cambridge University Press. Traduction de 2010 sous le titre Le vol de l’histoire, Folio.

Harvey, D. (2005). A brief history of neoliberalism. Oxford University Press, USA. Traduction de 2014 sous le titre Brève histoire du néo-libéralisme, Les prairies ordinaires.

Laval, C. (2018). Foucault, Bourdieu et la question néolibérale. La Découverte.

Quennouëlle-Corre, L. (2018). Les réformes financières de 1982 à 1985. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 65-78.

Ravelli, Q. (2019). Le capitalisme a-t-il une date de naissance?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 29-57. https://journals.openedition.org/traces/9428

De quoi l’archive comptable est-elle le nom ?

Suite au premier billet, un collègue m’interrogeait sur le poids que Bernard Tapie a pu exercer dans les années 1980 en général et dans le cas de Manufrance en particulier. Cette interrogation rejoint les échanges sympathiques que j’avais eu avec Jean-Paul Benetière sur la fin de Manufrance dans le cas de son travail de thèse sur l’union départementale CFDT de la Loire et sa curiosité autour de la fin de Manufrance[1].

Dans les deux cas, on attend de l’archive comptable qu’elle permette de trancher la responsabilité de Bernard Tapie et d’un historien de la comptabilité qu’il attribue les (bons et mauvais) points dans une quantification aussi bien morale qu’économique. On perçoit bien dans les conflits sociaux, restructurations, fermetures d’usine depuis les années 1970 que la question de la rentabilité ou non est un enjeu rhétorique central : pour les dirigeants ou actionnaires, il s’agit de légitimer une décision, quand il s’agit pour les syndicats de la contester. L’archive comptable peut apparaître ainsi comme une ressource pour dire qui dit vrai ou faux et l’historien de la comptabilité peut devenir une forme de juge a posteriori.

Le cas de Manufrance fournit (malheureusement) une illustration des difficultés à apporter une réponse simple à une question simple. Devant les volontés de démembrement de Tapie, la CGT majoritaire, avec l’appui de la mairie communiste, crée une coopérative qui reprend les seules activités de production déficitaire en juin 1981. La coopérative fait faillite en avril 1985. A certains égards, la demande que l’on peut faire à un historien de la comptabilité peut se lire dans l’opposition des deux reportages.

On retrouve ici deux lectures de la désindustrialisation : d’un côté, celui de l’absence de calcul de coût, de pratiques marketing déficientes, bref celui de la nécessité de la restructuration qui précède la désindustrialisation. Et, de l’autre celui des conséquences de la désindustrialisation. En caricaturant, on pourrait écrire un reportage de droite et un de gauche.

Aucune de ces thèses n’apparaît fausse et l’histoire de la comptabilité ne tranche pas entre ses lectures. Elle aide plutôt à les comprendre et à les resituer.

D’un côté, le reportage de Michel Chevalet, dans son style déjà caractéristique, reprend le rapport de la CEGOS de 1971 sur Manufrance[2]. Pris isolément, l’exemple du prix de revient non calculé et des produits peu adaptés corroborent ce rapport. Le rapport fait ressortir les disparités de rentabilité entre les secteurs que vient illustrer le reportage. Ce que le journaliste n’indique pas est la dimension sociale (et potentiellement explosive) derrière ses questions : la mairie est un actionnaire important et les usines sont localisées à Saint-Etienne[3]. Diminuer le coût, c’est délocaliser et donc fermer les usines. Et demander à la mairie de le porter est impensable, a fortiori pour un maire communiste.

D’un autre côté, la thèse défendue (et qui n’est pas fausse non plus) est la suivante : la réussite de Bernard Tapie se fait largement aux dépens des ouvriers licenciés. Certaines opérations (la revente des magasins), une pratique (des transports en jet privé) apparaissent au spectateur moralement (voire légalement) discutables. On retrouve trace de ces éléments en archives. Au-delà d’une certaine imprécision de vocabulaire (mais qui vise à une vulgarisation de sujets techniques), on peut valider ces points. La revente de l’immobilier a été documenté plus précisément, via la création d’une foncière ex-nihilo dont le gain a pu être quantifié[4]. L’opération garde une part d’opacité, car on ignore si le dirigeant de la foncière, qui avait bénéficié d’une caution de 50 millions de francs, n’effectuait pas une opération de portage pour une banque (le reportage cite le Crédit Lyonnais, ce qui n’est pas impossible). On retrouve également en archives la facturation des vols en jet privé[5].

Ce n’est finalement pas le détail des faits cités qui pose ici question. C’est la lecture qu’il induit et ce qu’il dissimule. En historicisant cette lutte sociale sous l’angle de l’action de Tapie, les journalistes dissimulent le rôle des acteurs et choisissent des témoins (l’ancien maire communiste, les syndicalistes CGT) ayant eux-mêmes des choses à cacher. Le maire, Joseph Sanguedolce peut déclarer toute la méfiance que lui inspire Tapie, il n’avait pas les mêmes prévenances en juillet 1980 quand ce dernier arrive à Saint-Etienne (Le Monde, 24 et 30 juillet 1980). Nulle critique du nouveau dirigeant et même l’approbation du transfert de propriété qui permet ensuite à Bernard Tapie de déployer sa stratégie. Rétrospectivement, il paraît avoir été berné, ce qui est évidemment peu avouable. Que dire de la CGT à l’initiative d’une coopérative qui se fonde sur des aides publiques et les économies des salariés licenciés ? Lourdement épinglé à la faillite de la coopérative de 1985 dans un rapport de commissaires aux comptes (il est question de « gestion hasardeuse » et de « survie artificielle » pour expliquer leur faillite[6]), il leur est plus facile de témoigner sur les roublardises de Bernard Tapie (ce qui ne signifie pas que cela soit faux) que sur leur responsabilité dans l’hasardeuse opération coopérative. Cette dernière apparaît a posteriori davantage une initiative politique qu’économique qui n’a survécu que grâce aux subventions publiques[7].

En fait, l’angle de ce type de reportage permet de nourrir des thèses apparemment contradictoires : on peut tout à la fois souligner avec justesse l’écart entre le nombre de licenciements et le train de vie fastueux de Bernard Tapie ou ses transferts d’actifs douteux[8]. On peut tout aussi bien souligner les erreurs de gestion nombreuses de la coopérative ouvrière et l’utilité de l’épouvantail Tapie pour dédouaner les syndicats de leurs propres responsabilités. Au final, plutôt que de répondre à la question simple (c’est la faute à qui ?), il est probablement plus juste de juxtaposer ces dimensions pour donner à voir le fait dans sa totalité.

A défaut de répondre à la question de la responsabilité de Tapie ou des syndicats, il y a peut-être plus intéressant : montrer comment le comportement de Tapie a participé à une historicisation victimaire de la désindustrialisation et comment l’échec de la coopérative ouvrière a construit une historicisation de l’efficacité de Tapie (qui n’a plus guère de défenseur aujourd’hui). L’archive comptable s’avère ainsi un redoutable contrepoint aux récits ainsi véhiculés[9].

Pierre Labardin


[1] Benetière, Jean-Paul (2016). L’Union Départementale de la Loire de la CFTC-CFDT de la Loire : mutation, développement et crise d’une organisation syndicale (1944-1988), thèse de doctorat, Rennes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01262484

[2] Rapport disponible aux Archives de la Loire. 63J290

[3] Joly, Hervé (2011). Manufrance: une société anonyme trop fermée?, L’épopée Manufrance (1885-1985) : Que reste-t-il de nos amours ?. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00750964

[4] Jerman, L., & Labardin, P. (2018). D’une instrumentalisation de la prudence. La revente du parc immobilier de Manufrance (années 1970-années 1980). Entreprises et histoire, (3), 59-72.

[5] Archives de la Loire. 236J40. Le 17 février 1981, Bernard Tapie demande le remboursement de 355 534 francs facturés par sa propre société pour les transports du 26 juin 1980 à fin décembre. Les syndics refuseront la prise en compte de 104 949 francs (les vols ayant lieu avant la prise de fonction). Devant les montants, les syndics refuseront ensuite la prise en charge de plusieurs vols le 19 juin 1981 suite à une demande de remboursement de 219 743,67 francs. Les demandes seront rares ensuite, mis à part un remboursement au cabinet Borloo le 14 novembre 1983 de 77 621,62 francs. Ces sommes, pour être importantes, demeurent largement inférieures aux dettes de l’entreprise. Elles paraissent ici plus choquantes moralement que décisives dans l’explication de la fin de Manufrance.

[6] Rapport synthétique au Tribunal de Commerce de Philippe Maillard et Robert Priouret le 18 juillet 1986. Disponible aux Archives de la Loire. 236J44.

[7] Dans le même rapport, Maillard et Priouret notent qu’avec « les concours financiers externes auxquels ont normalement accès les entreprises », la coopérative n’aurait pas survécu au-delà de 1982 (sachant que son activité commence en juin 1981).

[8] Le mot douteux traduit la frustration que peut fournir l’archive. Prenons l’observation de la société foncière. On peut légitimement s’interroger sur les garanties conséquentes (50 millions de francs de caution) dont dispose le fondateur. Elle semble traduire un entregent certain ou une affaire de portage qui, n’ayant pas été indiqué au tribunal de commerce, serait illégal. Mais prouver ce point est évidemment illusoire à moins d’une chance inouïe : si l’affaire est illégale, les archives ne seront évidemment pas au tribunal et encore moins dans les archives bancaires.

[9] Ce texte développe ces idées en les détaillant. Labardin, P. (2019), « Le visible et l’invisible. Une histoire de la fin de Manufrance », Revue du Rhin Supérieur, 1, 105-116.

Le venin dans la plaie (industrielle)

Le dernier ouvrage de Gérard Noiriel[1] sur le parallèle entre l’islamophobie d’Eric Zemmour et l’antisémitisme d’Edouard Drumont à la fin du XIXe siècle connaît un succès médiatique. En proposant une historicisation du discours porté par Eric Zemmour, il montre tout à la fois les effets sociaux de son discours, en même temps qu’il rappelle les nombreuses inexactitudes et postulats idéologiques sur lequel il est fondé.

L’ouvrage de Noiriel interroge indirectement son lecteur sur la responsabilité d’une catégorie professionnelle (dénommés selon les moments pamphlétaires, éditorialistes, journalistes d’opinion etc.) vis-à-vis de la société. Assez étrangement, cette interrogation demeure largement cantonnée au champ politique, comme si la responsabilité de celle ou celui qui écrit dans la presse économique n’existait pas. Ce petit texte voudrait explorer cette question en interrogeant les effets que produit ce type de discours d’une part et le rapport du journalisme aux faits.

Il est ici question de la fin d’une entreprise emblématique, Manufrance. Au même titre que la sidérurgie ou le textile, Manufrance se trouve en difficultés dès les années 1970. Les dirigeants se succèdent, et, finalement Bernard Tapie est nommé PDG.

https://player.ina.fr/player/embed/CAA8001165401/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Durant les années qui suivent, il liquide les actifs de l’entreprise, entraînant une réaction ouvrière faite de grèves, d’occupation d’usines et finalement la création d’une coopérative qui tente de reprendre la production. Cette dernière tentative aboutit à une faillite en 1985 en dépit d’un soutien public.

https://player.ina.fr/player/embed/CAB8501199401/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Dans ce contexte, paraissent une multitude d’articles traitant du conflit social, des licenciements, mais aussi du repreneur Bernard Tapie. Deux quotidiens locaux (La Tribune Le Progrès et Loire-Matin) traitent largement cette actualité : au milieu des années 1970, Manufrance a compté jusqu’à 4000 salariés dont une partie importante sur la ville de Saint-Etienne.

Prenons ici l’article d’Hélène Pilichowski, intitulé « Moi, je fais des bénéfices », le 9 décembre 1983, publié dans Loire-Matin. Cet article, annoncé en première page, relate une rencontre entre la journaliste et Bernard Tapie. Dès le début de l’article, le prix de la Rolls est rappelé au lecteur (1.250.000 francs) comme le montant des bénéfices (60 millions de francs) sans parler du jet privé. Et le ton continue sur un modèle qui évoque l’imaginaire d’un feuilleton américain : « l’allure plutôt sportive et l’air franchement décontracté, il lance un « salut belle dame » avant de nous inviter à monter en toute simplicité dans sa corvette personnelle ». On retrouve dans le style de la journaliste beaucoup d’appréciations personnelles (« il accepte de répondre, sans jouer la star, parce qu’il sait qu’il en est une », « son talent de gestionnaire et son ardeur à la tâche ») ou des descriptions mélioratives (« il travaille 20 heures par jour »). Et si l’on évoque les emplois supprimés, c’est pour en parler comme des « inévitables licenciements » pour « alléger les charges ». L’iconographie, une journaliste souriante posant à côté de Tapie, accompagne l’ensemble. Le 23 novembre 1984, dans le même journal, la même journaliste s’enthousiasme pour les œuvres de charité de Bernard Tapie : il « estime que toutes les petites Suzy ont droit au travail » parce que « le zorro de l’industrie a un grand cœur ».

Evidemment, ces deux articles ne véhiculent pas le même ressentiment identitaire qu’Eric Zemmour ou Edouard Drumont avant lui. Mais en héroïsant une figure (l’entrepreneur Tapie), il crée un spectaculaire contraste avec la réalité matérielle des ouvriers. Là où le discours réactionnaire de Zemmour choisit ses cibles pour les désigner d’abord et les exclure ensuite de sa société, le discours économique sur l’entrepreneur fonctionne à rebours : il crée un mythe (l’entrepreneur) et renvoie ceux qui ne s’y intègrent pas à leur déchéance matérielle. La victime n’est pas nommée et exclue, elle est ici ignorée et renvoyée au silence.

C’est ici que les travaux sur la désindustrialisation française sont d’un grand intérêt. Ils interrogent non seulement les mécanismes de la désindustrialisation, mais largement sa production politique, sociale et spatiale[2]. En exposant ainsi la réussite d’une seule personne face à des milliers de futurs chômeurs, ce type d’article contribue à la « stigmatisation sociale des vaincus » qu’évoquent Fontaine et Vigna[3]. Pendant que des ouvriers se retrouvent licenciés ou sur le point de l’être, le succès est mis en scène avec des sommes d’argent (le montant des bénéfices, le prix de la Rolls, le jet privé) que les ouvriers ne peuvent même rêver d’avoir. Argent facile contre chômage, vie de rêve contre misère, exhibition publique contre honte dissimulée. Ne demeure que la charité pour les « petites Suzy » présentée comme une alternative aux politiques publiques.

Le discours d’expertise économique qui envahit les années 80 a contribué à légitimer ce type d’articles de presse[4]. La bonne gestion se substituerait aux anciens errements et les licenciements seraient inévitables. Hélène Pilichowski en reprend les codes en présentant Tapie comme « le Zorro de l’industrie », un « bon capitaine d’équipe qui réunit ce qu’il y a de mieux dans le management actuel » ou en évoquant « son talent de gestionnaire » comme une évidence. Ses propos traduisent l’incompréhension profonde de ce que fait Tapie. Comme le montrent les archives, les profits dont parle Tapie sont liées à des artifices comptables qui traduisent une gestion liquidative des actifs[5]. Si l’on voulait comprendre ce qu’il se passait, il valait mieux lire La Tribune Le Progrès : « il ne s’agit pas là de bénéfices commerciaux, mais d’une simple gestion immobilière ou de contrats de location-gérance avec différentes entreprises » ainsi que le note Jérôme Buisson le 28 novembre 1984.

Trente-cinq ans plus tard, la société a livré son verdict pour paraphraser Didier Eribon[6] : Hélène Pilichowski est éditorialiste dans divers médias (RTL, France 5 etc.) et peut livrer à tout un chacun son opinion comme en 2015 sur les chercheurs grenoblois « sur les pistes de ski ou dans les clubs de tennis »[7] ou en 2017 sur les chiffres des viols « faux » ou « excessifs »[8]. Nous n’avons pas trouvé trace de Jérôme Buisson. Pas sûr qu’il soit dans une Rolls ou sur un plateau télé.

[1] Noiriel, G. (2019). Le venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République. La Découverte.

[2] La production récente témoigne de son intérêt. Cf. Pascal Raggi (2019). La désindustrialisation de la Lorraine du Fer. Classique Garnier. La revue 20&21 et la Revue du Rhin Supérieur consacrent chacun un numéro à la désindustrialisation cette année.

[3] Fontaine, M. & Vigna X. (2019). « La désindustrialisation, une histoire en cours ? », 20&21Revue d’histoire, 144, 2-17.

[4] Cusset, F. (2013). La décennie: le grand cauchemar des années 1980. La Découverte.

[5] Jerman, L., & Labardin, P. (2018). D’une instrumentalisation de la prudence. La revente du parc immobilier de Manufrance (années 1970-années 1980). Entreprises et histoire, (3), 59-72. Labardin P. (2019), Le visible et l’invisible. Une histoire de la fin de Manufrance. Revue du Rhin Supérieur.

[6] Eribon, D. (2013). La société comme verdict. Fayard.

[7] http://www.genevieve-fioraso.com/2015/10/02/mon-indignation-apres-les-propos-infamants-tenus-dans-lemission-c-dans-lair-sur-les-chercheurs-grenoblois/

[8] https://www.lexpress.fr/actualite/medias/une-journaliste-cousine-de-hollande-minimise-le-nombre-de-viols-sur-itele_1872286.html