Archives de l’auteur : Pierre Labardin

C’était quoi les années 80 (pour l’entreprise) ? 3. Les années 80 vus des années 90

Je continue la série entamée ici et ici pour arriver à la perception que laissent les années 80 dans les années 90. Pour comprendre cette construction, il faut se rappeler le contraste entre les économies occidentales libérales d’une part et l’ancien monde communiste d’autre part. Ce qui n’est pas encore nommé néo-libéralisme apparaît ainsi par contraste comme la supériorité de l’ouest sur l’est. Les chercheurs sont tentés de chercher dans les années 80 ce qui a pu expliquer l’effondrement d’un système centralisé (le communisme) et au contraire la vitalité des économies occidentales.

Ecrire le passé pour définir l’avenir

J’avais expliqué ici en reprenant notamment le numéro spécial coordonné par Descamps et Quenouëlle-Corre (2018) la tentation de plaquer les périodisations américaines et anglaises sur le cas français. Cette redéfinition du passé n’est pas que querelle historique, elle permet également de définir ce qu’il faut faire à l’avenir. C’est ainsi que le courant Law and Finance (La Porta et alii, 1998) se développe à partir notamment de travaux historiques. Il s’agit de montrer que le cadre légal impacte l’efficacité économique et ces travaux mettent en évidence la supériorité d’un système de droit commun anglo-saxon.

Le nombre de citations (23048 pour ce seul article au 12/11/2020) démontre son influence. On se retrouve ici face à un paradoxe : des recherches historiques ultérieures ont largement contesté ces travaux (par exemple Musachio et Turner, 2013). Mais ces travaux n’empêchent pas l’idée de se répandre que le cadre légal impacte l’efficacité et justifie donc de modifier l’existant pour favoriser l’efficacité économique. On peut comprendre ainsi la mutation proposée par Holthausen et Watts (2001) de la théorie positive de la comptabilité (étudier les pratiques comptables) vers une théorie normative (tirer de ces résultats des prescriptions), le même mouvement historique.

Cette réécriture du passé rejoint la dimension organisatrice de l’histoire (Wadhwani et alii, 2018). Définir un passé auquel on donne un sens commun contribue non seulement à définir une identité (ici, nous sommes libéraux et non communistes), mais aussi un projet pour l’avenir (ici, nous voulons nous transformer pour ressembler aux anglo-saxons).

Les années 80 comme matrice de l’efficacité ou d’une autre forme de gouvernement ?

Un autre courant de recherche ancré autour des travaux de Michel Foucault donne une autre lecture de cette dynamique historique. Les travaux autour de Peter Miller (Miller et Rose, 1990, Miller et Napier, 1993) contribuent à développer l’idée de la force de cadrage de la comptabilité sur les pratiques, ce qui n’est pas sans rappeler les thèses de La Porta et alii (1998). On retrouve ici les parentés entre néo-libéraux et foucaldiens évoqués dans le dernier billet et que Dean et Zamora (2019) ont creusé.

Mais la différence qu’offre cette lecture est de ne pas discuter ce cadrage en terme d’efficacité, mais plutôt en terme de façon de gouverner. Dans ces mêmes années 90, se diffuse l’idée que les outils de gestion cadrent les comportements dans les organisations et sont construits historiquement (par exemple Miller, 1991 pour la VAN en Grande-Bretagne).

Cette lecture est riche. Elle permet de comprendre comment un champ de savoir par sa structuration, amène une idée à s’imposer comme vrai et à produire des effets tout à fait réel comme le néo-libéralisme. Et un petit peu comme la Révolution Française a contribué à créer une origine dans les Lumières (Chartier, 1989), le néo-libéralisme par ses effets, trouve à partir des années 2000, ses origines dans les années 80.

Il me semble que c’est ainsi que l’on peut comprendre le titre de Bernard Colasse sur la résistible ascension des IASC/IASB ou celui de Michel Capron sur les normes comptables, instrument du capitalisme financier. Selon où l’on se situe, on peut les lire comme l’histoire vus par les perdants ou par ceux qui contribuent à construire les fondements de futures résistances.

Pierre Labardin

Capron, M. (2005). Les normes comptables, instrument du capitalisme financier. La découverte.

Chartier, R. (1989). Les origines culturelles de la Révolution française. Seuil.

Colasse, B. (2004). Harmonisation comptable internationale. De la résistible ascension de l’IASC/IASB. Gérer et comprendre75, 30-40.

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138).

Holthausen, R. W., & Watts, R. L. (2001). The relevance of the value-relevance literature for financial accounting standard setting. Journal of accounting and economics31(1-3), 3-75.

La Porta, R., Lopez-de-Silanes, F., Shleifer, A., & Vishny, R. W. (1998). Law and finance. Journal of political economy106(6), 1113-1155.

Miller, P. (1991). Accounting innovation beyond the enterprise: problematizing investment decisions and programming economic growth in the UK in the 1960s. Accounting, Organizations and Society16(8), 733-762.

Miller, P., & Napier, C. (1993). Genealogies of calculation. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 631-647.

Miller, P., & Rose, N. (1990). Governing economic life. Economy and society19(1), 1-31.

Musacchio, A., & Turner, J. D. (2013). Does the law and finance hypothesis pass the test of history?. Business History55(4), 524-542.

Wadhwani, R. D., Suddaby, R., Mordhorst, M., & Popp, A. (2018). History as organizing: Uses of the past in organization studies, Organization Studies, 39(12), 1663-1683.

C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 2. Le néo-libéralisme des néo-libéraux

Après avoir dans un premier billet souligné comment la qualification d’une époque contribue à en forger la mémoire, je continue la réflexion sur le néo-libéralisme en en proposant une première histoire, celle du néo-libéralisme, vu par les néo-libéraux.

L’introuvable néo-libéral

Dans un texte récent sur le néo-libéralisme (et non sans ironie), James (2020, 485-486) rappelle que le terme est d’abord utilisé par ses détracteurs dans un certain flou à tel point que rare sont celles et ceux qui s’identifient comme tel. Il y a donc une forme de paradoxe dans ce billet.

La solution est peut-être de prendre celles et ceux qui sont définis comme néo-libéraux et de comprendre pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait. La semaine Margaret Thatcher lors des Grandes Traversées d’été de France Culture fournit de ce point de vue des témoignages éclairant les raisonnements à l’oeuvre et les pratiques.

Le néo-libéralisme : libération et responsabilisation de l’individu

Dans une fameuse interview de 1987 à Woman’s Own (dont on trouve un extrait traduit ici), Thatcher indique sa façon de comprendre sa pratique de la liberté individuelle :

« There is living tapestry of men and women and people and the beauty of that tapestry and the quality of our lives will depend upon how much each of us is prepared to take responsibility for ourselves and each of us prepared to turn round and help by our own efforts those who are unfortunate. And the worst things we have in life, in my view, are where children who are a great privilege and a trust—they are the fundamental great trust, but they do not ask to come into the world, we bring them into the world, they are a miracle, there is nothing like the miracle of life—we have these little innocents and the worst crime in life is when those children, who would naturally have the right to look to their parents for help, for comfort, not only just for the food and shelter but for the time, for the understanding, turn round and not only is that help not forthcoming, but they get either neglect or worse than that, cruelty. »

https://www.margaretthatcher.org/document/106689

Cette conception de la responsabilité individuelle doit être resituée dans son époque : elle ne constitue pas une idée tombée du ciel, mais bien une réponse à l’Etat Providence en pointant ses limites. La libération promise à l’individu sous forme de baisse d’impôt et d’intervention moindre de l’Etat est compensée par une responsabilisation de chacune et chacun. L’individu ne doit plus rien attendre de l’Etat.

De « there is no such thing as society » à l’émancipation néo-libérale

Cette phrase, on peut d’abord l’entendre dans le deuxième épisode sur France Culture cet été (à 1h19 et 47 secondes).

On y entend la fameuse phrase « there is no such thing as society » (la société n’existe pas) qui peut se lire, me semble-t-il, de deux façons.

La première lecture, la plus littérale, consiste à voir dans cette phrase une négation d’un intérêt commun propre à la société. Cette phrase semble absurde prise littéralement. Sans évoquer la question sociale, Margaret Thatcher, par sa participation même au Protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone la même année (1987) signifie bien qu’il y a un intérêt commun et qu’une société existe.

La deuxième lecture consiste à voir dans la phrase, non une description de la réalité, mais plutôt un effet de la pratique néo-libérale : la société qui n’existe pas est plutôt l’effet du thatcherisme qu’une réalité pré-existante (la phrase deviendrait alors « there will be no such thing as society »). Le potentiel émancipateur de cette conception est assez évident puisque dans un XXe siècle rempli d’idéologies (communistes, nazis, fascistes, bourgeoises etc.), le néo-libéralisme propose une voie, la liberté individuelle.

L’ouvrage de Dean et Zamora (2019) fournit à ce propos un salutaire rappel des conditions de compréhension du néo-libéralisme de Foucault (et notamment son premier chapitre). Son cours Naissance de la biopolitique de 1979 qui est fréquemment mobilisé comme référence par des critiques n’est publié qu’en 2004, au moment où la critique du néo-libéralisme émerge. Les auteurs rappellent plusieurs points : les leçons se finissent un mois avant l’élection de Thatcher, son éditeur François Ewald eut lui-même une carrière post académique néo-libérale et il exista des ponts avec Gary Becker.

Aussi, voir le néo-libéralisme comme une possibilité d’émancipation fut une réelle option à la fin des années 70 et au début des années 80, sur une génération marquée par 1968, même si une telle idée paraît aujourd’hui étrange (notamment pour ceux s’intéressant peu à l’histoire). Pour le comprendre, on peut distinguer entre trois néo-libéralismes :

« It was an idea, became a phenomenon, and morphed into an incantation. »

James (2020, p.485)

L’idée, c’est celle qui émerge dès l’entre-deux-guerres et se poursuit par exemple jusqu’au Foucault et à sa lecture par Dean et Zamora (2019) ou par exemple celle dont Denord (2016) souligne les mutations. Le phénomène, c’est celui de Thatcher, de Reagan à partir des années 1980. Et l’incantation, c’est sa qualification par la gauche et la pensée critique pour le dénoncer. On peut largement douter que les sens ainsi mélangés ne soient pas porteurs de beaucoup de malentendus.

L’entreprise réduite à son profit : le néo-libéralisme comme solution

Ce mouvement de libération des individus et de responsabilisation rejoint le tournant pris par la théorie de la firme dans les années 1970. Le titre de l’article de Friedman apparaît aujourd’hui trivial tant il paraît avoir été inculqué à des générations d’étudiants en microéconomie :

« The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits« 

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Ce titre doit être lu en creux : la responsabilité de l’entreprise ne porte ni sur le sort de ces salariés, ni sur l’impact qu’elle a dans et sur la société. Et pour cause, la société n’existe pas au sens thatchérien.

La conception du fameux article de Jensen et Meckling (1976) accentue encore le trait. Au lieu d’une entreprise lieu de rencontre de parties prenantes (actionnaires, créanciers, salariés, clients, fournisseurs, Etat etc.), elle réduit ce lien à un contrat entre actionnaires et dirigeants, reléguant de fait les autres parties prenantes à un rôle secondaire, au nom d’un risque supplémentaire que prendraient les actionnaires. Dans un travail récent, Gindis (2020) en retrace tant l’émergence que l’influence intellectuelle dans les années 1980.

Mais, il ne me semble pas que ce soit là le plus intéressant : face à la crise de 1973 qui qui touche d’abord l’industrie, la théorie de la firme fournit une merveilleuse armature intellectuelle pour réorienter le capital de l’industrie vers d’autres secteurs (et notamment la finance) au nom de la rentabilité plus importante de cette dernière. Le capital n’est plus entre les mains des dirigeants, mais des actionnaires qui réorientent ainsi le capitalisme. Dit autrement, le néo-libéralisme contribue à donner la légitimité de l’efficacité qui accélère le déclin de l’industrie (pas assez rentable) et la montée de la finance (permettant une allocation plus efficace du capital).

Le monde des dirigeants rendant compte à leurs ouvriers dans des rituels paternalistes comme les médailles du travail (Floquet et Labardin, 2013, 2015) peut s’effondrer, comme l’industrie et les ouvriers. Un autre épisode des grandes traversées de France Culture rend également compte de ce déclin industriel et notamment de la baisse de rentabilité des mines outre-Manche (cf. ici après 2 minutes 50) qu’il faut fermer.

Dans un des premiers billets de ce carnet, j’avais déjà essayé de montrer à partir du cas de Manufrance comment cette lecture s’incarnait dans les conflits sociaux de la désindustrialisation, formant le corpus idéologique de la droite conservatrice à partir des années 1980.

Il ne faut pas perdre de vue qu’il fournit pour une partie de la population une nouvelle activité économique (les services, la finance etc.) et vient atténuer le choc de la désindustrialisation. Il suffit, par exemple, d’aller aujourd’hui en Moselle sur les anciennes terres industrielles des Wendel pour voir comment le Luxembourg et son industrie financière a modifié les structures d’emploi. Et c’est un succès (qui n’est pas sans poser de questions mais ce n’est pas ici le sujet) pour un néo-libéral qu’il faut regarder en face.

Pierre Labardin

Références

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Friedman M. (1970) The Social Responsibility of Business is to Increase Its Profits , New York Times Magazine, 13 September, 32–33, 122–26.

Gindis, D. (2020). On the Origins, Meaning and Influence of Jensen and Meckling’s Definition of the Firm. Oxford Economic Papers, forthcoming. https://academic.oup.com/oep/advance-article/doi/10.1093/oep/gpaa012/5899892#207048361

James, H. (2020). Neoliberalism and its Interlocutors. Capitalism: A Journal of History and Economics1(2), 484-518.

De la « responsabilité historique » des entreprises françaises

Dans un éditorial récent du Monde, le quotidien du soir revenait sur la nécessité pour les entreprises françaises à assumer leur « passé négrier », pointant à côté de la Responsabilité Sociale et Environnementale, une responsabilité historique. Le journal publiait le même jour une enquête sur le passé peu connu des entreprises françaises en la matière que l’éditorial faisait contraster avec le cas anglais beaucoup mieux documenté.

En portant un tel jugement, on peut d’abord mesurer combien le modèle anglo-saxon de la responsabilité des organisations a remplacé celle de l’Etat, traditionnellement forte en France. Le journaliste n’interroge pas la place de la puissance publique (à travers des lois mémorielles) ou de jugements tels que ceux-ci ont pu exister autrefois. Il enjoint aux entreprises de s’emparer du sujet, laissant de fait l’Etat hors de ce débat. Ce constat ne doit pas pour autant masquer la façon dont ce problème est posé à notre société.

L’esclavagisme comme enjeu de savoir et enjeu social

On comprend à la lecture de l’enquête du monde que le passé des entreprises en question est plus complexe qu’il n’y paraît : le commerce négrier aurait permis l’accumulation de fortunes considérables qui auraient ensuite été réinvesties dans les grandes sociétés. Ce discours contribue à justifier une revendication sociale sur les conséquences de tels comportements.

Il témoigne tout d’abord d’une mutation du savoir historique que Dumoulin (2003) avait déjà envisagé pour les historiens de la Seconde Guerre Mondiale notamment quant à la spoliation des juifs. L’historien n’a plus la simple fonction de produire une connaissance, mais cette connaissance peut servir à fonder des décisions de justice et devient lieu de débat public.

La logique sous-tendant l’écriture de cette histoire n’est plus la même quand on passe d’une écriture qui se veut équilibrée à la résolution de conflits juridiques ou sociaux. Il est vrai que ces débats se déroulent dans des espaces sociaux très différents : pour les mouvements sociaux, il s’agit de reconnaître par une importance historique la légitimité de revendications sociales, quand, pour les historiens, il s’agit d’une tentative d’écrire une histoire globale des dynamiques à l’oeuvre. Parce qu’elles se situent dans des espaces sociaux différents, aux règles et aux objectifs radicalement différents, cela peut évidemment générer de fortes tensions.

L’esclavagisme et les origines du capitalisme : un débat contemporain

Dans le cas de la revendication des mouvements sociaux contemporains, une thèse défendue par certains (cf. Burnard et Riello 2020 pour une présentation du débat) est le fait que l’esclavage constituerait une condition nécessaire du capitalisme américain.C’est par exemple la thèse développée par Rosenthal (2020) : le travail des esclaves serait une forme de premier capital non monétaire qui aurait permis l’accumulation de celui-ci et le développement du capitalisme.

Pris dans la presse, on retrouve il y a plus d’une dizaine d’années ce raisonnement simplifié. Ce lien permet d’argumenter l’importance de l’esclavage parce qu’il fonderait notre prospérité contemporaine et que théorise finalement Rosenthal.

L’argument du développement du capitalisme porté par l’esclavagisme se heurte à des arguments de plusieurs sortes.

D’abord, et en acceptant l’idée que la profitabilité supérieure explique la persistance du modèle esclavagiste (ce qui est cohérent avec des lectures marxistes et libérales qui voit dans le taux de profit le moteur de l’économie), cette profitabilité n’est attestée que jusqu’aux années 1820 dans le monde anglo-saxon (Burnard et Riello 2020, 233). Les travaux de Daudin (2004) et McWatters (2008) ont pu documenter la rentabilité du commerce transatlantique esclavagiste au XVIIIe siècle français. Mais, après 1820, aucune étude ne vient attester ce phénomène (mais on pourrait arguer que l’accumulation est antérieure).

Ensuite, elle implique de considérer l’esclavagisme comme plus important que l’industrialisation et ce n’est pas le moindre des arguments pour la plupart des historiens (Burnard et Riello 2020).

Toujours, à rebours de cet argument, on lira avec intérêt Margairaz, Lemarchand et Gervais (2014), qui, à partir de données françaises, montrent notamment que la comptabilité servait bien davantage à une gestion des recouvrements de dettes qu’à un calcul de profit (sous-entendant que le profit comme moteur des comportements est un argument contestable puisque ce profit n’était pas même calculé). En démontrant ce point, ils remettent en cause l’idée d’un taux de profit moteur du capitalisme et les travaux de Fleischman, Oldroyd et Tyson (2011) dans les plantations américaines soulignent également la faible importance du calcul comptable.

Un dernier argument plus original vient des travaux de Stanziani (2013) sur le travail forcé dont l’esclavage n’est qu’une forme. Il en souligne les ambiguïtés à l’époque moderne, la liberté du travail s’appréciant plutôt comme un continuum et le travail libre apparaissant plutôt une utopie. Le rôle des bagnes où le travailleur était tout à la fois privé de sa liberté et déplacé physiquement comme l’esclave tout en se voyant assigné à des tâches rudes qui mettaient en péril sa vie interroge en regard de l’esclavage : à supposer cette vision de l’esclavagisme moteur du capitalisme fondée, elle demanderait à être décentrée de la seule question des plantations américaines et décentrée du seul esclavagisme pour étudier les bagnes (cf. par exemple le blog de l’International Review of Social History).

Les bagnes ont aussi été un lieu d’exploitation de la main d’oeuvre avec des objectifs économiques au détriment de la main d’oeuvre. En Guyane Française (Sanchez, 2009 ; Fabre et Labardin, 2019), en Nouvelle-Calédonie (Barbançon, 2003), au Sénégal (Tiquet, 2019) et mériteraient le même regard que les pratiques esclavagistes. Cela n’est pas propre à la France et concernent de nombreux autres pays et pas seulement ceux anglo-saxons : on lira avec intérêt le texte de Schauwers (2020) sur les expériences hollandaises en la matière. En ne souscrivant pas au lien entre esclavagisme et capitalisme, on peut paradoxalement montrer la diversité et l’importance des pratiques de travail forcé. Et donc la force des stratifications sociales qui en résultent.

Plutôt que cette lecture économicisante de l’influence de la pratique esclavagiste, une autre interprétation me paraît plus convaincante. L’esclavagisme n’a pas forcément l’importance que certains veulent bien lui donner dans la dynamique capitaliste. Mais en créant des catégories clairement différenciées avec une stratification sociale claire (le maître et l’esclave, le blanc et le noir) fondée sur la couleur de peau, elle façonne le regard de notre monde moderne : le noir occupe une position déclassée quand le blanc occupe une position socialement valorisante. Et la répétition dans le temps de cette stratification a habitué notre regard pour ne plus nous en étonner. Cet état de fait s’est évidemment doublé d’un discours naturalisateur parfois habillé en savoir mobilisant des figures comme celles du sauvage (cf. par exemple Bullard 1998) et de la nécessaire civilisation qu’apporte évidemment le blanc pour en définir les contours (Goody, 2006).

Cela amène à poser des questions différentes. La voix des esclaves, des bagnards a été peu souvent collecté dans les archives et la lire, la reconstituer à partir d’éléments parcellaires comme l’autobiographie de Crafts paraît faire sens.

Un passé très présent

La réponse des entreprises peut dès lors se situer à deux niveaux : d’abord en éclaircissant leur propre passé et beaucoup d’universitaires sont prêts à y participer. Cela passe évidemment par l’ouverture des archives et cela fonctionne autour de l’idée de construire un savoir inclusif des diversités et des voix négligées (donc celles des esclaves) parce que les sources sont justement plus rares.

Ensuite, en montrant que les mêmes effets de catégorisation de populations issues de l’esclavagisme n’existent plus dans les pratiques actuelles. Au-delà des principes souvent revendiqués, ces entreprises, plus que d’autres, ont par leur histoire une responsabilité plus importante pour montrer que la diversité s’exprime et d’abord dans la hiérarchie.

Ces débats ne concernent pas que l’entreprise, elles concernent aussi les universitaires qui ont vocation à produire et transmettre le savoir. Depuis les années 1970 et 1980, au nom d’une idéologie fondée sur la transcription de l’économie financière nord-américaine (cf. Jovanovic, 2020), la prédominance de la question de l’efficacité s’est imposée en gestion, ma propre discipline. La recherche devait concourir à la question de l’efficacité, d’où des discours indiquant que les recherches sur ces organisations étaient inutile (cf ici).

Découvrir qu’à de (trop) rares exceptions, les débats sur l’histoire du management se déroule hors de notre discipline dénotent d’un manque de réflexivité de celle-ci : trop longtemps, le management de l’horreur (qui ne se limite pas au passé négrier qui n’en est qu’une modalité) a été peu étudié au nom d’une conception singulièrement datée de l’histoire déjà évoquée ici.

Ce n’est pas d’un savoir pour l’entreprise dont notre monde a besoin, mais d’un savoir sur l’entreprise. Et cette question sur la responsabilité historique des entreprises en témoigne. Elle est l’occasion de réinterroger la fonction sociale de ce que nous produisons comme connaissance, comme de ce que nous transmettons.

Barbançon, L. J. (2003). L’Archipel des forçats: Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931) (Vol. 831). Presses Univ. Septentrion.

Bullard, A. (1998). Becoming savage? The first step toward civilization and the practices of intransigence in New Caledonia. History and Anthropology10(4), 319-374.

Burnard, T., & Riello, G. (2020). Slavery and the new history of capitalism. Journal of Global History15(2), 225-244.

Daudin, G. (2004). Profitability of Slave and Long-Distance Trading in Context: the case of eighteenth-century France. The Journal of Economic History64(1), 144-171.

Dumoulin, O. (2003). Le rôle social de l’historien. Albin Michel.

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Fleischman, R. K., Oldroyd, D., & Tyson, T. N. (2011). Plantation accounting and management practices in the US and the British West Indies at the end of their slavery eras 1. The Economic History Review64(3), 765-797.

Goody, J. (2006). The theft of history. Cambridge University Press. Traduction de 2010 sous le titre Le vol de l’histoire, Folio.

Jovanovic, F. (2020). Les gestionnaires français et l’organisation de l’économie financière pendant les années 1970-1980. Revue Internationale de Psychosociologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO).

Margairaz, D., Lemarchand, Y., & Gervais, P. (Eds.). (2015). Merchants and Profit in the Age of Commerce, 1680–1830. Routledge.

McWatters, C. S. (2008). Investment returns and la traite négrière: Evidence from eighteenth-century France. Accounting, Business & Financial History18(2), 161-185.

Rosenthal, C. (2020). Capitalism when Labor was Capital: Slavery, Power, and Price in Antebellum America. Capitalism: A Journal of History and Economics1(2), 296-337.

Sanchez, J. L. (2009). La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953 Thèse de doctorat.

Schrauwers, A. (2020). Colonies of benevolence: A carceral archipelago of empire in the greater Netherlands. History and Anthropology, 31(3): 352-370.

Stanziani, A. (2013). Introduction: Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, Seventeenth–Early Twentieth Centuries. In Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries (pp. 1-26). Brill.

Tiquet, R. (2019). Connecting the “Inside” and the “Outside” World: Convict Labour and Mobile Penal Camps in Colonial Senegal (1930s–1950s). International Review of Social History64(3), 473-491.

Itinéraire d’une idée gâtée. De la réception de Surveiller et Punir par les historiens et les chercheurs en sciences de gestion au gouvernement par les chiffres.

(Ce billet prolonge la réflexion entamée ici et sur les fonctions historiques du chiffre. En partant de la réception de Surveiller et Punir, j’essaie d’en définir une lecture qui m’est propre et doit beaucoup à l’encadrement de la thèse d’Antoine Fabre, et évidemment à sa lecture finale).

Dans un texte récent portant sur le gouvernement par les chiffres de Cahen, Cavallin et Ruiz lors de la crise du COVID-19, on retrouve ce paragraphe incisif à propos des doutes suscités par les chiffres produits par l’Etat :

« On retrouve ici les traits d’une certaine pensée « néo-foucaldienne » et à certains égards « néo-desrosiérienne », qui tend à déceler dans toute opération de quantification un instrument de pouvoir, un outil (nécessairement performatif et efficace) de contrôle et de répression. Nous ne souhaitons pas, loin s’en faut, nier les apports intellectuels des travaux de Michel Foucault ou d’Alain Desrosières. Mais figer ainsi leur pensée (pensée marquée par son époque, pensée pleine de mouvement et parfois de contradictions) en un système entièrement cohérent, sinon en une vulgate, pose problème. Plaquer sans précaution un tel prisme analytique empêche de voir combien l’opacité statistique peut être un outil tout aussi puissant de contrôle […], et conduit à considérer comme anecdotiques les éventuels bénéfices que procurent des matériaux quantitatifs même « imparfaits » » (p.23-24).

Cahen F., Cavalin C., Ruiz, E (2020). Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crise sanitaire. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document

L’agacement perceptible des chercheurs devant la critique du chiffre et sa capacité à représenter a priori le réel renvoie à une tradition qui a pris forme après la publication de Surveiller et Punir : le chiffre serait un moyen non de représenter le réel, mais de diriger et contrôler les sociétés. En creusant cette hypothèse, on arme ainsi des chercheurs méfiant à l’égard de la vérité des chiffres. Ce petit texte voudrait revenir sur la réception de Surveiller et Punir dans deux disciplines, l’histoire et les sciences de gestion pour montrer comment ces réceptions dessinent un Foucault utilisable aujourd’hui et mobilisant le gouvernement par les chiffres.

Un texte en son époque

La pensée de Michel Foucault est marquée par plusieurs caractéristiques, que le temps finit par faire oublier. Ainsi, un lecteur manque-t-il quelque chose en ne prenant le livre que comme une entité indépendante. Surveiller et Punir s’inscrit dans une oeuvre (celle de Foucault sur l’histoire des savoirs) et une époque (celle des années 1970 marquée par la contestation). Et pour s’en convaincre, il suffit de lire Foucault lui-même qui écrit dans l’Archéologie du Savoir sur les unités à considérer :

 » Les unités qu’il faut mettre en suspens sont celles qui s’imposent de la façon la plus immédiate : celles du livre et de l’oeuvre. En apparence, peut-on les effacer sans un extrême artifice ? Ne sont-elles pas données de la façon la plus certaine ? Individualisation matérielle du livre, qui occupe un espace déterminé, qui a une valeur économique, et qui marque de soi-même, par un certain nombre de signes les limites de son commencement et de sa fin; établissement d’une oeuvre qu’on reconnaît et qu’on délimite en attribuant un certain nombre de textes à un auteur. Et pourtant, dès qu’on y regarde de plus près les difficultés commencent. Unité matérielle du livre? Est-ce bien la même s’il s’agit d’une anthologie de poèmes, d’un recueil de fragments posthumes […] ? En d’autres termes l’unité matérielle du volume n’est-elle pas une unité faible, accessoire au regard de l’unité discursive à laquelle elle donne support ? Mais cette unité discursive, à son tour est-elle homogène et uniformément applicable? » (p.35-36).

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Tel.

Autre caractéristique foucaldienne : depuis Les mots et les choses, Foucault cherche à écrire un travail réellement transdisciplinaire en ne prenant pas les frontières actuelles pour acquises. En considérant que dans une histoire comparée (langage, économie, biologie), il y a quelque chose de commun à la rationalité de chaque époque. Et ce commun est propre à une épistémé. En procédant ainsi, il tend invariablement à gommer les spécificités disciplinaires pour y chercher les grands traits qui les dépassent.

Et on retrouve ce projet dans Surveiller et Punir. Quand il explique « l’art des répartitions » (p.166-175), il note ainsi :

« Je choisirai les exemples dans les institutions militaires, médicales, scolaires et industrielles. D’autres exemples auraient pu être pris dans la colonisation, l’esclavage, les soins à la première enfance » (p.166).

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Tel.

Autrement dit, les mécanismes qu’il met en évidence (dans un ouvrage sur la prison pourtant) ne porte pas tant sur la prison en elle-même que sur son débordement à d’autres organisations, utilisant l’époque comme unité de compréhension de rationalités à l’oeuvre.

Enfin, Surveiller et Punir paraît à beaucoup de contemporains défendre une conception de l’histoire de la prison pessimiste par rapport à l’idéal républicain. Dans la question de Chancel à 35 minutes 34, on sent ce besoin de se rassurer sur le progrès de la prison républicaine et la difficulté qu’il y a à répondre à une telle question sans faire l’apologie des supplices d’Ancien Régime :

Ce type d’interrogation paraît surannée aujourd’hui ; il suffit de rechercher la couverture de l’époque pour voir que c’est l’angle de compréhension du livre dans le débat public.

La réception historienne de Surveiller et Punir

Cette section doit beaucoup au travail d’Antoine Fabre dont on peut lire la thèse avec profit ici et, pour ce qui peut nous intéresser ici, un papier publié (Fabre et Labardin, 2019).

La réception de Foucault fut assez chaotique et on ne peut que regretter que France Culture ne permette plus d’entendre Michelle Perrot raconter le colloque organisé à La Sorbonne autour de Surveiller et Punir. Evidemment, tous les historiens n’eurent pas les mêmes répugnances vis-à-vis de Foucault et, parmi d’autres, Artières (2013) le rappelle clairement.

L’essentiel du conflit vient ici du niveau d’analyse envisagé : comme souligné dans Fabre et Labardin (2019, 2-3), Foucault ne décrit pas tant le quotidien de la pratique dans les prisons, que l’intention normalisatrice. La réponse de Léonard (1980) qui conteste la thèse foucaldienne parce qu’elle n’est pas effective dans les pratiques d’enfermement au XIXe siècle en France n’est donc pas contradictoire à ce qu’écrit Foucault : un changement de rationalité dans la punition ne signifie pas un changement dans les pratiques du quotidien, ce que ne questionnent pas alors les historiens du social et du pénal.

On peut aussi relire outre-Manche l’historien anglais Ignatieff (1978). Il souligne que, de son vivant, le fameux panoptique de Bentham (109-113) n’eut pas l’effet escompté sur les constructions de prison au grand dam de Bentham lui-même. Et dans sa conclusion (alors que Foucault n’est pas mentionné dans le reste du livre), il attaque Foucault sur le pessimisme foucaldien en soulignant perfidement que le succès même de son livre contredit la thèse foucaldienne :

« It would be fatalistic to conclude that such sciences exclusively define the modes of public perception or that they have driven from our cognitive field any possibility of alternative vision. This would appear to be the conclusion of Michel Foucault’s Discipline and Punish, his account of the coming of the penitentiary in France; and yet of course his own work is a triumphant demonstration of the falsity of his own fatalism » (p.220).

Ignatieff, M. (1978). A Just Measure of Pain: The Penitentiary in the Industrial Revolution, 1750-1850. London: Macmillan.

Lire cette critique historienne de Foucault, c’est finalement repenser la place de la prison. Celle dont Foucault parle n’est pas une prison vécue par des prisonniers (celle des historiens du social et du pénal), mais la prison intellectualisée, celle qui colonise les rationalités et les imaginaires utopiques. Lire Foucault comme un miroir des pratiques à l’oeuvre au XIXe siècle est un trompe-l’oeil tant pour certains historiens mais aussi pour les collègues d’autres sciences humaines qui voudraient lire dans Foucault une histoire du quotidien de la pratique pénitentiaire faite de surveillance indépassable.

On pourrait d’ailleurs renvoyer celles et ceux qui veulent voir dans Foucault une histoire d’un réel vécu (par une surveillance totalisante à laquelle on ne peut échapper), Foucault lui-même, qui note lui-même l’échec dans la pratique dans la partie IV chapitre 2 intitulée « illégalismes et délinquance » (Fabre et Labardin 2019, 2-3).

Une réception gestionnaire tardive

Une des forces de Foucault dans sa pratique de l’histoire reste l’interdisciplinarité et sa capacité à briser les frontières académiques traditionnelles. Mais, justement, vue des années 1970 et au début des années 1980, à un moment où la gestion se constitue comme discipline académique, il s’agit d’être la discipline de la pratique, de l’efficacité. En contrepoint à l’Université de Vincennes (où Foucault enseigne), la gestion s’incarne à Paris-Dauphine, comme deux visions irréconciliables. Ce contexte obstrue la réception de Michel Foucault, vu comme un chercheur en sciences sociales, ne pouvant guère apporter à la pratique des entreprises.

La pénétration de Michel Foucault en gestion passe par les anglo-saxons et étrangement les comptables (parce qu’il n’est pas question de comptabilité chez Foucault). Il s’agit d’abord des textes fondateurs de Hoskin et MacVe (1986, 1988) qui voient dans le chiffre comptable un outil de surveillance. Cette relecture de la comptabilité comme outil de surveillance donne lieu plus de dix ans à des positions qui apparaissent comme des décalques des débats ayant eu lieu chez les historiens : à une « new accounting history » qui (dans les mots) affirme sa modernité face à une tradition (Miller, Hopper et Laughlin, 1991), s’opposent ceux les tenants de l’ancien qui accusent les foucaldiens de révisionnisme (Tyson, 1993).

Comme pour Fayol qui a dû attendre la consécration par les américains pour retrouver une légitimité en France, Foucault paraît avoir suivi le même chemin de consécration par l’étranger, du moins en sciences de gestion. Le chemin emprunté par les anglo-saxons qui a contribué à questionner la production du chiffre a été relayé en France par les travaux d’Alain Desrosières, sur l’histoire de la statistique notamment.

Il est pourtant curieux que des pans entiers de Foucault restent peu lus ou mobilisés alors qu’ils fournissent une boîte à outils formidable pour catégoriser et dresser des parallèles. Ainsi, l’espace moderne foucaldien est clairement défini dès Surveiller et Punir, sans rapport à la gouvernementalité, et que ce soit pour aujourd’hui ou des pratiques passées, son usage d’un espace moderne défini par quatre principes (clôture, quadrillage, emplacements fonctionnels et rang) est peu utilisé alors qu’il permet d’étendre notre compréhension du monde, comme dans le cas du déclassement spatial (Labardin, 2014), trop souvent réduit à une question pécuniaire.

Le gouvernement par les chiffres et Foucault aujourd’hui

J’aurais pu ajouter à l’histoire et aux sciences de gestion le droit tel qu’il est lu par Supiot. Ces cours au Collège de France ajoutent encore à la multiplication des réceptions possibles dans les différentes disciplines. Et dans cette véritable interdisciplinarité, c’est-à-dire à produire un discours duplicable dans de multiples sciences sociales, il y a là quelque chose de remarquable.

Ce petit texte a essayé de revenir sur une lecture de Foucault qui m’est propre. Voir dans le chiffre un outil de gouvernance et d’oppression (et rien que cela) ne dit qu’une partie du réel. Voir Foucault comme un historien du monde réel vécu me semble aussi une erreur. Il est plutôt celui qui guette, dans chaque moment historique, ce qui change dans la façon d’exercer le pouvoir, sa rationalité.

Le chiffre est aussi une tentative de résumer le monde pour aider à décider. Refuser de considérer le chiffre comme un moyen de comprendre le réel, c’est comme, pour un historien, refuser de considérer une archive parce qu’elle est écrite par quelqu’un impliqué dans sa production. Cette conception maximaliste et soupçonneuse me paraît aussi dangereuse que la confusion entre le chiffre et le réel.

Pour reprendre le texte de Cahen, Cavallin et Ruiz (2020), on peut effectivement voir dans toute opération quantificatrice, un instrument de pouvoir. Mais, il s’agit d’une tentative (pas forcément d’une réussite). Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un instrument de pouvoir que cela exclut d’autres fonctions (comme la représentation de la réalité). Et enfin le contrôle que peut permettre le chiffre peut générer des effets positifs.

Là où l’oeuvre de Foucault et de Desrosières aident à penser le chiffre, c’est dans leur capacité à voir les tactiques, de voir comment les agencements peuvent produire des effets etc. Bref, il nous évite la naïveté scientiste (c’est un chiffre donc c’est vrai) que les institutions qui produisent le chiffre tendent à accentuer pour des raisons de légitimation. Foucault et Desrosières sont peut-être (d’abord) de formidables critiques du chiffre, ouvrant la porte à un pendant à la critique des sources écrites par les historiens. Le travail de thèse d’Antoine Fabre (2019) ouvre cette voie, souhaitons-lui beaucoup de successeurs.

Artières, P. (2013). Un historien foucaldien?. Revue d’histoire moderne contemporaine, (4), 156-161.

Cahen F., Cavalin C., Ruiz, E (2020). Des chiffres sans qualités ? Gouvernement et quantification en temps de crise sanitaire. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02659791/document

Fabre, A. (2019). Quantification comptable et limites du gouvernement à distance: le cas de la comptabilité dans les bagnes coloniaux de Guyane (1859-1873) (Doctoral dissertation, Paris Sciences et Lettres).

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Tel.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Tel.

Hoskin, K. W., & Macve, R. H. (1986). Accounting and the examination: a genealogy of disciplinary power. Accounting, Organizations and Society11(2), 105-136.

Hoskin, K. W., & Macve, R. H. (1988). The genesis of accountability: the West Point connections. Accounting, Organizations and Society13(1), 37-73.

Ignatieff, M. (1978). A Just Measure of Pain: The Penitentiary in the Industrial Revolution, 1750-1850. London: Macmillan.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Leonard, J. (1980). “L’historien et Le Philosophe.” In L’impossible Prison: Recherches Sur Le Système Pénitentiaire Au XIXe Siècle et Débat Avec Michel Foucault, edited by M. Perrot, 9–28. Paris: Seuil. L’Univers Historique.

Miller, P., Hopper, T., & Laughlin, R. (1991). The new accounting history: an introduction. Accounting, Organizations and Society16(5-6), 395-403.

Tyson, T. (1993). Keeping the record straight: Foucauldian revisionism and nineteenth century US cost accounting history. Accounting, Auditing & Accountability Journal6(2).

C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 1. Faire l’époque

Ce texte part d’un agacement de chercheur : celui de voir dans la sphère publique, chez des chercheurs critiques ou mainstream, l’idée de la prédominance indiscutable et sans nuance du modèle néo-libéral et financier anglo-saxon depuis les années 1980. Présenté comme acquis, il est devenu comme hors de l’histoire. Pensé comme souhaitable par les uns (il aurait réduit la pauvreté dans le monde) ou critiquable pour d’autres (il aurait augmenté les inégalités), il apparaît comme d’abord politique, Reagan et Thatcher ayant en quelques sorte enfanté partout à travers le monde une ribambelle de descendants ultra-libéraux dont les nuances ne seraient que peu de choses à côté de ce qui les unit. Je crois, au contraire, que ces différences sont moins négligeables qu’on ne le croit et ne concernent pas que des débats d’historiens pinailleurs.

L’époque vécue, l’époque nommée

La relecture du passé par les chercheurs consiste à caractériser a posteriori un moment comme un point de bascule historique pour beaucoup de travaux de sciences sociales. Cette opération de qualification historique s’intègre d’abord à un débat et aboutit à une forme de consensus historique. Les acteurs qui y ont participé ont une conscience partielle de leur fonction historique.

Un exemple de ce hiatus entre la dénomination d’une époque et sa conscience par celles et ceux qui la vivent, est celui de la Révolution Industrielle. Les acteurs n’ont pas forcément conscience du mouvement historique auquel ils participent et n’en voit qu’une partie : ainsi au XIXe siècle, la Révolution Industrielle n’apparaît qu’a posteriori aux historiens comme un phénomène global. Au contraire, les contemporains voient davantage les effets de mutations plus immédiates comme le développement des machines, le système usinier ou les mouvements sociaux de lutte. Comme le note Ravelli (2019), le premier usage du terme date de 1838, bien après de multiples mouvements sociaux résultat de lutte contre le capitalisme industriel. La qualification permet d’agréger des dimensions multiples pour en faire époque.

Le même phénomène opère pour les Trente Glorieuses comme le notent Angeletti, Deluermoz et Galonnier (2019) : en nommant une époque, on contribue à en façonner la mémoire (dans ce cas une histoire positive). En reprenant cette qualification de Trente Glorieuses, cette périodisation passe par exemple sous silence une histoire environnementale moins positive.

Les années 1980 comme époque

Les années 1980 constitue un changement programmatique vers des politiques néo-libérales : Thatcher en 1979 au Royaume-Uni et Reagan l’année suivante aux Etats-Unis fournissent ainsi le point de départ à la reconstruction historique d’une rupture. Cette lecture du passé est par exemple celle proposée par David Harvey (2005, traduction française de 2014) dans sa brève histoire du néo-libéralisme. Ce livre, cité au 16 juin 2020, 28634 fois, a de quoi faire envie à beaucoup de chercheurs par la reconnaissance dont il bénéficie.

La première phrase de l’introduction paraît ainsi anodine :  » les historiens de l’avenir regarderont sans doute les années 1970-80 comme un tournant révolutionnaire dans l’histoire économique et sociale du monde » (p.15). Lu ainsi par celles et ceux s’intéressant de loin à l’histoire, cette phrase peut paraître frappée du sceau de l’évidence. Mais, comme Blanqui en 1838 pour la Révolution Industrielle, cette phrase est aussi une façon de faire époque, de qualifier et délimiter un mouvement : donc simplement de dire ce qu’il faut voir et retenir de cette époque (et donc en oublier). Dès la page 15, suit un double mouvement qui définit le néo-libéralisme : politique avec l’arrivée de nouveaux dirigeants (Deng Xiao Ping, Thatcher, Reagan) articulée au primat des marchés et de la finance comme mode de régulation.

En une page, Harvey écrit un scénario simple de ce qui peut définir l’époque (les années 80), c’est-à-dire la conversion assez brutale à une nouvelle doctrine. Cette lecture, par la place laissée à des catégories sociales dominantes et aux mécanismes de pouvoir peut largement s’appuyer sur les pensées d’auteurs majeurs de sciences sociales comme Marx, Foucault ou Bourdieu (Laval, 2018).

Cette thèse simpliste et universaliste n’est pas nouvelle, et on peut malheureusement facilement réduire Harvey à cela (alors qu’il y a beaucoup plus). Son ouvrage apparaît comme une référence faisant consensus chez les auteurs critiques en sciences sociales, quinze ans après sa parution. La profondeur historique (vingt-cinq ans au moment de sa publication) que prend le néo-libéralisme, imprégnant progressivement de multiples strates de la société contribuent à réaliser l’importance des évènements des années 1980. Et d’une certaine façon, ce livre a contribué à faire l’époque.

Le poids du néolibéralisme universaliste, le choc des diversités nationales

Survolé ainsi, Harvey sert de référence à une vision simpliste : le néo-libéralisme serait d’abord une renonciation politique qui aurait donné sa force à un mouvement auquel il faut résister. Et en simplifiant le schéma historique, on prend le risque d’écrire des choses factuellement fausses.. Il ne manque pourtant pas de travaux ayant souligné les multiples formes du néo-libéralisme.

A commencer par Harvey lui-même, beaucoup de recherches ont montré que le schéma de diffusion du néo-libéralisme est plus complexe qu’il n’y paraît. La brillante préface de l’édition française de Denord (2014, 7-9) tord ainsi le cou à trois idées reçues :

  1. l’anti-étatisme du néo-libéralisme, alors que le néo-libéralisme consiste au contraire à (im)poser ses règles à l’Etat ;
  2. le primat anglo-saxon est relativisée à travers par exemple l’expérience chilienne des années 1970 ;
  3. la tendance à gommer les traditions nationales. Et particulièrement, la résistance d’un modèle allemand, japonais ou français.

Dans ce dernier cas que je connais mieux (la France), la complexité de la définition de l’époque renvoie à plusieurs questions. D’abord, l’histoire du néo-libéralisme est aussi une histoire intellectuelle qui remonte aux années 1930 (Denord, 2016). Faire époque des années 1980 autour du néo-libéralisme, c’est implicitement y rattacher d’autres évènements antérieurs. Dans le tournant néo-libéral daté des années 1980, il faut bien y voir une convention pour définir un mouvement par la période où il passe du monde des idées au monde social.

Assez étrangement, ce discours simplificateur se développe en revendiquant l’héritage d’auteurs comme Foucault. Pourtant, Foucault distinguait déjà entre l’ordolibéralisme allemand et le néolibéralisme américain (Laval 2018, 47-55), ce qu’oublient parfois celles et ceux qui le revendiquent. Ce risque d’une théorisation surplombante est bien de masquer le réel : le même problème s’était déjà posé pour la réception de Surveiller et Punir (Fabre et Labardin, 2019). Entre une sur-théorisation voyant le néo-libéralisme comme unique et une recherche restant au ras du terrain pour laquelle rien n’est généralisable, il existe un moyen terme mêlant approche globale et tradition locale.

La conséquence de cette sur-théorisation est d’étendre le néo-libéralisme et la financiarisation à un phénomène englobant et totalitaire au mépris des sources. C’est contre une telle emprise qu’on peut lire le numéro de Vingtième siècle dirigée par Florence Descamps et Laure Quenouëlle-Corre (et notamment son introduction, Descamps et Quenouelle-Corre, 2018) : 1983, le tournant de la rigueur ? En montrant que le fameux tournant de 1983 est moins évident qu’il n’y paraît chez les technocrates (Descamps, 2018), que les réformes financières de 1982 et 1985 inclient moins vers la finance que certains l’affirment (Quenouelle-Corre, 2018), ce numéro offre un regard à contre courant d’un néo-libéralisme universaliste.

Il permet une discussion originale montrant que le néo-libéralisme n’est pas passé par les mêmes voies en France que dans les pays anglo-saxons : dit simplement, ni Mitterrand, ni Fabius n’ont été Thatcher ou Reagan. Mais, plutôt qu’une négation du mouvement néo-libéral, il peut aussi se lire comme une invitation à creuser d’autres mécanismes de diffusion propres à chaque pays.

Le vol de l’histoire (du néo-libéralisme)

L’écriture d’une histoire calquée sur les périodisations anglo-saxonnes avec les mécanismes fondés sur les seuls cas anglo-saxons contribuant à une histoire simpliste du néo-libéralisme est un piège où s’enferment beaucoup de celles et ceux voulant porter un discours critique. En exagérant la force du néo-libéralisme anglo-saxon par une réduction du poids des histoires nationales, on accentue encore les mécanismes de soumission à un ordre anglo-saxon, perçu comme indépassable. Et il est paradoxal que certaines et certains posent la question de la résistance à un ordre qu’ils contribuent à forger.

Jack Goody (2006, traduction française de 2010) commence ainsi Le vol de l’histoire pour critiquer l’ethnocentrisme de l’histoire :

 » Le « vol de l’histoire » dont il est question dans le titre désigne la mainmise de l’Occident sur l’histoire. J’entends par là une manière de conceptualiser et de présenter le passé où l’on part des évènements qui se sont produits à l’échelle provinciale de l’Europe – occidentale, le plus souvent – pour les imposer au reste du monde » (p.13).

Ne peut-on voir ici un parallèle entre les catégories imposées par l’Europe au reste du monde pendant longtemps (capitalisme, civilisation etc.) et celles imposées par les anglo-saxons sur notre histoire du néo-libéralisme ? Dit plus brutalement, en écrivant une histoire du néo-libéralisme calquée sur le modèle anglo-saxon avec nos figures nationales (Fabius remplaçant Mauroy comme Reagan avait remplacé Carter et Thatcher les travaillistes), ne consentons-nous pas à nous faire voler notre histoire comme d’autres peuples colonisés dont nous avons volé l’histoire ? Et si la réappropriation de notre histoire était le début de l’émancipation ?

Angeletti, T., Deluermoz, Q., & Galonnier, J. (2019). Qu’est-ce qu’une époque?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 7-25. https://journals.openedition.org/traces/9628

Denord (2014). Préface à la Brève histoire du néolibéralisme, Les prairies ordinaires.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Descamps, F. (2018). Les technocrates du ministère des Finances et le tournant de la rigueur de 1983. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 33-47.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138) 5-15.

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Goody, J. (2006). The theft of history. Cambridge University Press. Traduction de 2010 sous le titre Le vol de l’histoire, Folio.

Harvey, D. (2005). A brief history of neoliberalism. Oxford University Press, USA. Traduction de 2014 sous le titre Brève histoire du néo-libéralisme, Les prairies ordinaires.

Laval, C. (2018). Foucault, Bourdieu et la question néolibérale. La Découverte.

Quennouëlle-Corre, L. (2018). Les réformes financières de 1982 à 1985. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 65-78.

Ravelli, Q. (2019). Le capitalisme a-t-il une date de naissance?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 29-57. https://journals.openedition.org/traces/9428

Le coût de la médaille

On a pu voir surgir ces derniers jours une curieuse initiative de la part du gouvernement : distribuer des médailles aux soignants pour les remercier de leurs efforts. Derrière ce geste, on peut évidemment voir la tentative de ressusciter les vieilles traditions de la Troisième République qui gouvernait par les honneurs les individus en distinguant les bons citoyens pour leur mérite (Ihl, 2004).

Cette proposition a vite suscité soit l’opposition, soit l’ironie. Chacun devine bien l’intention de remerciement que peut porter la médaille, mais l’absence d’accompagnement de ladite médaille d’autres mesures concrètes donne un autre sens : celui d’une réponse purement symbolique à une demande monétaire, mettant en balance la reconnaissance symbolique (pour les hospitaliers) et financière (pour les banques et les marchés financiers).

L’histoire des médailles du travail permet de comprendre les mécanismes à l’oeuvre et la contestation qu’engendre cette mesure (Floquet et Labardin, 2013 et 2015).

Les médailles du travail, du paternalisme à la désindustrialisation

La mise en place des médailles du travail en 1886 s’accompagne dans la sidérurgie notamment d’un débordement du cadre républicain. Dans certaines entreprises (Schneider au Creusot ou De Wendel en Lorraine), la médaille est remise par l’entreprise dans une certaine confusion des genres. Les patrons desdites entreprises étaient aussi des élus locaux et ces entreprises disposaient d’un ancrage local souvent fort.

La remise de la médaille du travail devient un véritable rite. Réunion dans une salle ou un stade, discours du dirigeant, mais aussi cadeaux de l’entreprise (cigare, petite enveloppe payée par l’entreprise etc.). Et, pendant les guerres, c’est par exemple le lieu où les familles viennent réclamer un emploi quand le mari, ouvrier ou mineur, est emprisonné en Allemagne.

La technicisation du discours qui explique les difficultés du secteur dès les années 1960 rompt cette efficacité : l’ouvrier participait au rite, non pour être informé, mais pour participer à la célébration d’un succès individuel (la récompense de sa carrière) à travers son incarnation symbolique et monétaire (les cadeaux, le serrement de main etc.). La substitution du dirigeant historique par des dirigeants anonymes et changeant casse la symbolique. Finalement, les médailles du travail deviennent dans les années 1970 un lieu de contestation : elles sont renvoyées par les syndicalistes dans des petits tombeaux au Président de la République.

Les médailles et l’efficacité symbolique

Bourdieu (1982) a probablement le mieux expliqué l’efficacité des rites et ce qui suit en est largement inspiré. La remise de la médaille à un fonctionnaire, un salarié est un acte d’acceptation de du récipiendaire au remettant. Soit, cet acte va de soi parce que le récipiendaire est convaincu et nous sommes dans le cas des médailles militaires. Soit, cet acte ne va pas de soi, mais le remettant accompagne la médaille de gestes matériels et humains qui correspondent à ce que les récipiendaires souhaitent. Les gestes sont là pour incarner physiquement une reconnaissance et leur absence signifie au contraire une forme de mépris. Le récipiendaire accepte alors, dans le cadre d’une forme d’échange, la hiérarchie.

La disparition de la symbolique des remises de médaille du travail dans la sidérurgie dans les années 1970, la remise de médailles au personnel soignant aujourd’hui illustrent le même piège : en tentant de se réapproprier un rite qui donne au patron une place centrale (et donc une légitimité qui leur fait défaut), les dirigeants de la sidérurgie hier, le pouvoir politique aujourd’hui, oublient les conditions de l’efficacité symbolique du rite. La remise de médailles implique une reconnaissance préalable de la légitimité du remettant au récipiendaire : une fois seulement cette légitimité acquise (ou conquise), la médaille produit son effet, à savoir perpétuer une relation de pouvoir. Sans cette reconnaissance, elle n’est qu’un outil de contestation. Gouverner par la médaille a donc un coût autre que celui de sa fabrication : soit celui de donner des avantages matériels comme le faisaient les patrons paternalistes, soit celui d’en supporter la contestation.

Le refus pour s’émanciper

Je voulais finir ce petit texte par un souvenir personnel. Recevoir une médaille, c’est d’abord pour le récipiendaire reconnaître la légitimité du remettant. La refuser peut donc devenir un acte d’émancipation.

En 1989, ma mère travaillait aux impôts et le président François Mitterrand fit éditer une médaille du Bicentenaire. Dans la plupart des cas, la médaille était envoyée au domicile. Mais dans son cas, son directeur (elle était cadre) demanda à chacun de ces adjoints de venir dans son bureau recevoir sa médaille. Ma mère refusa, considérant que si elle méritait cette distinction, elle n’avait pas à faire une telle démarche. Elle fut une des rares à faire ce geste, ce qui, encore enfant, m’impressionna.

Bourdieu, P. (1982). Langage et pouvoir symbolique. Édition du Seuil.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Ihl, O. (2004). Gouverner par les honneurs. Genèses, (2), 4-26.

Pourquoi vivons-nous dans un monde de chiffres (2) Le chiffre vu d’en bas

Ce billet constitue une suite du précédent qui essayait d’esquisser brièvement comment s’était construit un monde de chiffres en insistant sur son poids pour l’Etat et les entreprises pour appréhender le réel et diriger. La conscience de la fonction de gouvernance par le chiffre tend à générer un discours contestataire qui pointe la gouvernance comptable responsable des maux que nous vivons.

La faiblesse de cette lecture est de percevoir le chiffre comme une contrainte imposée d’en haut. De Trip advisor pour les restaurants à Yuka pour l’alimentaire, comme consommateur, chacun de nous prescrit et subit tout à la fois le chiffre dans son quotidien (Jeacle et Carter 2011) dans un mouvement schizophrénique. Les limites d’un tel discours ont pu être soulignées récemment par Clarence Bluntz dans le cadre de son travail de thèse en cours (ici et ici). Et un discours contestataire définissant toujours autrui comme oppresseur dit à la fois une partie du réel, tout en en masquant une autre : nous basculons facilement comme individu d’un rôle à un autre.

La montée en puissance du chiffre et de ses usages relève certes d’une dynamique historique vue d’en haut (cf. billet précédent) mais aussi vue d’en bas et ceci est plus rarement souligné. La mobilisation des chiffres n’est pas seulement une pratique descendante du pouvoir : ce n’est pas une élite qui l’imposerait à une société contre son gré. C’est aussi l’histoire d’une société qui s’est construite autour du chiffre pour représenter le réel. Ce chiffre va bien au-delà de la seule comptabilité ou statistique, et influe par exemple sur le droit, même s’il est ici essentiellement question de comptabilité.

Le chiffre, une production progressivement déclassée

La première façon de comprendre le chiffre est de souligner qu’il a d’abord été longtemps l’apanage d’une élite, celle qui savait lire, écrire et compter.

Les femmes de négociant, leurs enfants et quelques commis sont ceux qui y travaillent dès le Moyen-Âge (Favier, 1987) et à l’époque moderne (Labardin, 2007). Le commis (l’employé du bureau plus tard, l’administratif ou la fonction support aujourd’hui) est rare et très bien payé dans l’échelle des salaires. Cette proximité des producteurs du chiffre avec ceux qui décident est d’abord une proximité sociale : celui qui tient les comptes est payé cher pas uniquement pour sa rareté dans un rapport d’offre et de demande. Il est payé cher parce que son salaire exprime un statut social.

Le grand changement s’amorce dans la deuxième moitié du XIXe siècle dans l’entreprise : les emplois de bureau se multiplient, se spécialisent. La littérature d’histoire sociale a fourni de nombreux ouvrages éclairant cette période: Gardey (2001) en France, Wilson (1998) à Glasgow ou Heller (2011) à Londres. On y retrouve des caractéristiques communes : une même augmentation numérique du nombre d’emplois de bureau et un déclassement progressif même s’il a été relativisé (Heller, 2008), cette relativisation ayant été elle-même contestée (Seltzer, 2010).

La massification des services comptables (Labardin, 2007) a généré une structuration d’une véritable fonction d’entreprise avec sa hiérarchie (aide-comptable, comptable, chef-comptable) et sa division du travail. Cette massification passe aussi par la multiplication de postes nécessitant essentiellement des compétences de lecture, écriture et calcul qui, avec l’instruction, peuvent être plus largement pourvus.

Ce déclassement n’est pas chose négligeable : il va de pair avec l’objet sur lequel travaille une partie de ce personnel administratif déclassé, le chiffre. Une partie importante de la population participe désormais de son élaboration: Chenu (2005), en reprenant les recensements de 1982 et 1999 dénombre à près d’un demi-million en France en 1999 (53) : une grande partie (337 000 en 1999) sont de simples aides-comptables, traduisant ce déclassement.

On se tromperait profondément en déconnectant le lent déclassement du producteur de chiffres et la croyance populaire dans le même chiffre. A force d’avoir déclassé un métier et pas seulement au travers du salaire (Labardin, 2014), on déclasse la croyance de la société dans le chiffre. On peut voir dans cette mutation la même dynamique que traduit, par exemple, l’effondrement de la croyance religieuse et des rites traditionnels que Bourdieu éclaire notamment dans Langage et pouvoir symbolique. Une des conséquences est l’émergence de contestation du chiffre dans les espaces sociaux où on le présente. Par exemple, les discours de remise de médailles du travail où l’on parlait aussi de la santé financière de l’entreprise (Floquet et Labardin, 2015) sont devenus des espaces de contestation à partir des années 70.

Cette imbrication entre les conditions de production du chiffre et la croyance en son efficacité ne concerne pas la seule croyance dans la comptabilité des entreprises. Des travaux de Desrosières (2008) ou de Touchelay (1993) permettent par exemple de réinterroger les mutations de production de la statistique publique.

Les producteurs de chiffre dans la culture populaire

Une autre dimension de cette popularisation du chiffre tient à son inscription dans la culture populaire. Le comptable devient une figure commune, un français moyen, souvent associée à des caractéristiques ambiguës : d’un côté, il est fidèle, méticuleux et précis, mais, de l’autre, il est comme émanté par le passé dans un métier fait de lenteur et d’archaïsme ou parfois même de médiocrité. Il n’est plus, loin s’en faut, le personnage privilégié qu’il était. Plusieurs recherches ont mis en évidence dans le cas français ces éléments que ce soit dans le roman (Labardin, 2010), les représentations graphiques (Lamendour et Lemarchand, 2012) ou la bande dessinée et notamment le personnage de Gaston Lagaffe (Rocher, 2019). Le travail de Czarniawska (2012) sur les romans policiers américains des années 1940 reprend ces caractéristiques.

Gaston Lagaffe, le jeune de soixante ans - Le Blog de Sylvain ...

Si produire du chiffre n’est plus au XXe siècle une activité extra-ordinaire ou prestigieuse dans la société, l’imaginaire social véhiculé par la culture est également déclassé.

Le chiffre, une injonction sociale et une lente imprégnation

Le déclassement des producteurs de chiffre n’est pas la seule raison de la diffusion du chiffre à l’ensemble de la société. Son usage s’est également diffusé à l’ensemble de la société parce qu’il pouvait servir à orienter les comportements.

Ainsi, dans une France encore largement rurale, dès le début du XIXe siècle, apparaissent des mouvements visant à utiliser la comptabilité pour rationaliser la production agricole (Depecker et Joly, 2015). Le travail de Joly (2016) met notamment en évidence le rôle des manuels dans la formation d’un paysan idéal qui intégrerait ces dimensions. Notons au passage que ce mouvement n’est pas seulement français comme le montrent Lampe et Sharp (2017) à propos de l’Allemagne et du Danemark. Fondamentalement, c’est la volonté d’introduire un calcul de coût sur le modèle de l’industrie qui apparaît comme la caractéristique du raisonnement économique que l’on cherche à introduire dans les comportements individuels (Lemarchand, 2019). C’est ce même raisonnement que ciblent les industriels dans le développement des engrais pour montrer l’intérêt du calcul économique (cf. ci-dessous). Il reste beaucoup à faire néanmoins pour identifier l’articulation entre cette volonté normalisatrice du raisonnement agricole et sa mise en oeuvre qui paraît plus tardive.

Societe de St. Gobain en 2020 | Engrais, Affiche vintage et Affiche

Cette injonction sociale dépasse d’ailleurs le seul cas de l’activité d’entreprise. Nombre de manuels préconisent l’usage de la comptabilité aux ouvriers pour se discipliner eux-mêmes au XIXe siècle et il ne manque pas d’ouvrages préconisant aux ménagères le même usage du chiffre (Le Texier 2012).

Ainsi en est-il de Christine Frédérick, femme au foyer américaine dont L’organisation ménagère moderne est traduit en 1927 chez Dunod. Parmi ces préconisations aux bonnes ménagères, on retrouve la comptabilité:

« J’entends d’ici une femme me dire: « Oh, mais c’est mon mari qui paie le loyer, et moi je ne m’occupe que de la nourriture, des vêtements et des dépenses du ménage; est-ce que cela n’embrouillera pas tout si je fais les comptes? » Certes non, il se trouve que c’est vous, la ménagère, qui faîtes les comptes, parce qu’il est plus commode qu’il en soit ainsi; mais les articles que dépense le mari devraient être portés sur le livre de comptes au même titre que ceux de la femme » (p.107).

On retrouve ici ces mêmes injonctions universalistes quant à l’usage de la comptabilité. Notons au passage l’ambiguïté du rôle de la comptabilité. D’un côté, l’argument naturel pour expliquer que c’est à la femme de faire cette tâche, vieille rengaine des discours de soumission de l’épouse ; mais, de l’autre, le pouvoir que donne la comptabilité à celle ou celui qui l’exerce. On retrouve ici la même répartition des tâches que dans le commerce (Labardin et Robic, 2008). Et, dans le cas des boulangères lyonnais du XIXe siècle, Angleraud (2000) avait montré le pouvoir que cette fonction donnait aux femmes dans les relations sociales, notamment via l’attribution ou nom du crédit dans le quartier. Tenir les comptes, connaître les chiffres est tout à la fois un instrument de soumission de la femme, en même temps qu’il peut être un outil d’émancipation.

Déclassement des comptables, démystification du chiffre

Depuis le XIXe siècle, de multiples façons (et ce texte n’a pas la prétention de les identifier toutes), le chiffre s’est diffusé dans la société et s’est imposé à tous les niveaux. D’une pratique d’élite, réservée à un petit nombre de privilégiés, il est devenu courant. Tout un chacun s’en empare désormais, là, où, le chiffre jouissait auparavant d’un prestige liée à la position sociale qu’occupaient ceux qui le maniaient.

Le chiffre a ainsi basculé d’un temps du savoir où il était rare et débattu entre spécialistes issus de l’élite et cru a priori par le reste de la population à un autre temps, celui de la démocratie : le chiffre est abondant, circule dans toutes les strates de la société. Il est cru ou décrié (on invoque alors sa manipulation). Il est surtout traité comme un objet démocratique (on le juge au travers de ce que l’on en pense) et plus seulement un objet de savoir (sa véracité et ses limites). D’une société où l’on cachait le chiffre, source de pouvoir, nous sommes entrés dans un monde où les chiffres sont démutipliés, chacun pouvant retenir celui qui convient le mieux à sa vision du monde.

Pierre Labardin

Angleraud B. (2000), « La boutique boulangère de quartier à Lyon au XIXe siècle », in Coquery N. (2000), La boutique et la ville, Tours, Publications de l’Université François Rabelais.

Bourdieu, P. (1982). Langage et pouvoir symbolique. Points Essais.

Chenu, A. (2005). Sociologie des employés. Repères.

Czarniawska, B. (2012). Accounting and detective stories: an excursion to the USA in the 1940s. Accounting, Auditing & Accountability Journal25(4), 659-672.

Depecker, T., & Joly, N. (2015). La terre et ses manufacturiers. L’introduction d’une raison gestionnaire dans les domaines agricoles (1800-1850). Entreprises et histoire, (2), 12-23.

Desrosières, A. (2008). L’argument statistique I et II. Presses des Mines via OpenEdition. https://books.openedition.org/pressesmines/341 et https://books.openedition.org/pressesmines/901

Favier, J. (1987). De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’Affaires au Moyen-Âge. Pluriel.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Gardey, D. (2001). La Dactylographe et l’expéditionnaire: histoire des employés de bureau 1890-1930. Belin.

Heller, M. (2008). Work, income and stability: The late Victorian and Edwardian London male clerk revisited. Business History50(3), 253-271.

Heller, M. (2011). London clerical workers, 1880–1914: development of the labour market. Pickering & Chatto.

Jeacle, I., & Carter, C. (2011). In TripAdvisor we trust: Rankings, calculative regimes and abstract systems. Accounting, Organizations and Society36(4-5), 293-309.

Joly, N. (2016). Educating in economic calculus: the invention of the enlightened peasant via manuals of agriculture, 1830–1870. Accounting History Review26(2), 131-160.

Labardin, P. (2007) La surveillance des comptables en France (fin du XVIIIe siècle – Entre-deux-guerres) : le passé d’une nécessité illusoire. Gérer et Comprendre 88 : 36-46.

Labardin, P. (2010). Du teneur de livres au comptable–Le regard de quelques écrivains européens. Comptabilité-Contrôle-Audit16(2), 49-68.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Labardin, P., & Robic, P. (2008). Epouses et petites entreprises. Revue française de gestion, (8), 97-117.

Lamendour, E., & Lemarchand, Y. (2012). L’image des comptables. 33 ème Congrès de l’Association francophone de comptabilité.

Le Texier, T. (2012). Homemade Economics : The Managerial Rationalization of Women’s Everyday Life in America, 1820-1920. Working paper. http://www.letexier.org/article.php3?id_article=107

Lemarchand, Y. (2019). The birth of industrial accounting in France: some curious paradoxes. Accounting History Review29(2), 221-241.

Lampe, M., & Sharp, P. (2017). A quest for useful knowledge: the early development of agricultural accounting in Denmark and Northern Germany. Accounting History Review27(1), 73-99.

Rocher, S. (2019). L’expert-comptable dans la culture populaire: une image ambiguë. ACCRA, (1), 65-88.

Seltzer, A. J. (2010). Salaries and promotion opportunities in the English banking industry, 1890–1936. Business History52(5), 737-759.

Touchelay, B. (1993). L’INSEE des origines à 1961: évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale (Doctoral dissertation, Paris 12).

Wilson, R. G. (1998). Disillusionment or New Opportunities?. The Changing Nature of Work in Offices, Glasgow, 1880–1914, Ashgate.

Pourquoi vivons-nous dans un monde de chiffres ?

La crise que nous vivons est aussi une crise du chiffre. Rarement il aura été aussi présent dans la sphère publique (nombre de masques, capacité des hôpitaux, milliards annoncés etc.) pour appuyer et crédibiliser les discours. Rarement, il n’aura aussi incarné la contestation tant les chiffres et les moyens mobilisés paraissent en décalage avec la réalité que certaines images ou certains témoignages nous donnent à voir. Voir avec le chiffre a ainsi incarné depuis plusieurs siècles une lente montée en puissance qui n’a cessé de se renforcer.

Son importance, sa mobilisation systématique que ce soit pour supporter ou attaquer les décisions prises reflètent notre incapacité à argumenter hors du chiffre, manifestant une dépendance qui s’est elle-même construite historiquement. Quelques éléments de compréhension historique permettent de documenter ce phénomène.

Le chiffre pour étendre le regard

Goody (1986) rappelle que dès les premières sociétés, l’écriture et l’enregistrement comptable (même sommaire) étaient déjà des tâches importantes, l’auteur dressant un parallèle avec la « magie » (p.105). C’est cette importance qui explique par exemple que la charge de la tenue des comptes soit longtemps prestigieuse, au Moyen-Âge (Favier, 1987) comme à l’époque moderne (Labardin, 2007). Celui qui tient les comptes détient déjà le pouvoir.

Le fait de mesurer s’inscrit dans une logique qui vise à voir là où le regard ne peut pas (encore) voir. Les négociants peuvent ainsi gérer à distance et gérer ce qu’ils ne voient pas (c’est le cas notamment des négociants effectuant du commerce international). Une des caractéristiques de cet usage de la comptabilité est l’oubli de la fonction synthétique de la comptabilité : comme le résume Gervais (2014), le profit et les pertes importent peu dans cet usage de la comptabilité.

Le cas américain et la construction des chemins de fer à travers le pays au XIXe siècle paraît s’inscrire dans cette logique : les chiffres et les innovations techniques (télégraphe etc.) permettent de construire de grandes compagnies en voyant à travers le chiffre (Yates, 1989).

Mais quand on peut voir, on préfère une vision physique et la croyance dans le chiffre est longtemps réservée à une minorité. L’obligation de tenue des livres porté par Colbert en France dès 1673 connaît ainsi un succès très limité au XVIIIe siècle (Lemarchand, 1994) mais aussi au XIXe siècle (Labardin, 2011) chez la plupart des commerçants.

Dans cette première conception, le chiffre comptable agit comme une simple prolongation du visible, il ne contribue qu’à étendre vers ce que le regard ne peut voir physiquement. En regardant la lithographie reproduite au début du Manuel du Commerce de Ricard en 1723, on peut y voir une métaphore du chiffre : d’un côté ce que le négociant peut voir physiquement, la place grouillant de monde à travers la fenêtre, de l’autre ce qu’il peut voir en regardant les livres.

Samuel Ricard (1723) Traité général du commerce...
Reproduction de gravure figurant au début de l’ouvrage

Le chiffre pour simplifier le regard

Le chiffre, un projet d’Etat parcellaire

Le projet de voir avec le chiffre ce qu’on ne peut voir avec les yeux prend corps au niveau du pays au XIXe siècle avec le développement de statistiques nationales. On produit par exemple des statistiques de faillites (Hautcoeur, 2008), judiciaires ou pénitentiaires (Génard et Simioni, 2018) pour n’en reprendre que quelques exemples documentés. Il ne s’agit plus de voir ce qu’on ne voit pas avec les yeux, mais de résumer à quelques chiffres la complexité du monde. Et particulièrement des espaces physiques ou sociaux (la prison, les faillis) qui font l’objet d’une réprobation sociale : en les mettant en chiffre, le citoyen, l’homme politique peut ainsi se dispenser du regard physique pour lui substituer le chiffre. Les mêmes travaux historiques notent les difficultés que rencontrent la construction de ces statistiques.

Plusieurs raisons permettent de rendre compte de cette dynamique. D’abord parce que ceux qui sont vus par les chiffres n’ont pas forcément envie d’être vus. On trouve ici des effets de catégorisation qui abritent ces calculs individuels, comme par exemple ceux des morts de la silicose au XXe siècle (Rosental et Devinck, 2007). La peur d’être vu à travers les chiffres ne concerne d’ailleurs pas les seules populations que l’on voulait voir par le chiffre : ainsi la quantification comptable permet de mettre en évidence des stratégies opportunistes dans des populations censées conserver l’ordre social que ce soit dans les bagnes à travers l’administration (Fabre et Labardin, 2019) ou chez les syndics de faillite (Labardin, 2013)

Ensuite, parce que les chiffres ne s’intègrent pas dans la demande sociale des décennies qui suivent leur mise en œuvre. La quantification des prisonniers renvoie à la question de la récidive, et donc aux statistiques judiciaires faisant l’objet d’une autre quantification difficilement corrélable (Génard et Simioni 2018, 912-915). Se joue aussi parfois une concurrence entre statistiques, l’une apparaissant noble (la statistique judiciaire) quand l’autre (la statistique pénitentiaire) le semble moins.

Les historiens du politique et de l’Etat ont souvent questionné la capacité du chiffre à représenter le réel (et donc à être une source fiable pour des travaux historiques). Mais cette volonté de quantifier produit également des effets : dans les bagnes, l’introduction de logiques de rentabilité augmente par exemple la mortalité ou la corruption (Fabre et Labardin, 2019). Le chiffre n’est pas seulement une manière imparfaite de représenter le réel. Il produit des effets sur ce qui est mesuré. Or celui qui voit le chiffre ignore souvent cette mécanique, ne voyant dans le chiffre qu’un miroir du réel : dans le cas des bagnes, le chiffre incitait ainsi à envoyer les bagnards sur des tâches présentant un risque sanitaire important. La métrique utilisée en ne quantifiant pas ce risque, l’invisibilise aux yeux des décideurs.

Le chiffre acquiert une deuxième fonction pour voir : il ne voit pas seulement ce que le regard ne pouvait atteindre. Il synthétise le réel comme dans le tableau ci-dessous où les statistiques de production des bagnes sont envoyées en métropole dans les années 1860.

Exemple de statistique remontée des bagnes de Guyane en métropole (reproduit dans Fabre et Labardin,, 2019, 36).

Le chiffre, un projet managérial en structuration

La mise en chiffre n’a donc pas qu’une fonction de représentation (même imparfaite) du réel. Elle modifie le comportement des individus en incitant ou décourageant des comportements. C’est notamment cette fonction que vont utiliser les fondateurs du management (Taylor, Fayol, Ford etc.) en misant sur l’incitation que le chiffre peut entraîner sur les comportements individuels.

Bouquin (1994) rappelait déjà l’usage que prend le chiffre dans les grandes entreprises américaines industrielles du début du XXe siècle : General Motors transforme sa décision de production pour calculer un ROI (retour sur investissement) qui permet de choisir ce qu’il faut produire de ce qu’il ne faut pas produire. Comme au XIXe siècle dans les statistiques publiques, le ROI résume le réel à un chiffre. Cette fonction s’accompagne d’un découpage de l’organisation où les moyens visent à assurer à chaque responsable les moyens d’obtenir les résultats escomptés.

Le corollaire de cette évolution est la montée de la bureaucratie d’entreprise dès la fin du XIXe siècle. Aux Etats-Unis (Zunz, 1991), en France (Gardey, 2001), se développent les métiers de bureau et du chiffre. L’entreprise se résume en chiffres. Les différentes fonctions apparaissent : si le nombre de comptables explose (Labardin, 2007), le personnel devient aussi un objet de mesure (Fombonne, 2001), comme la vente (Cochoy, 1997) et évidemment les directions financières (Berland, Legallais et Redon, 2019). Le mouvement est plus ancien qu’on ne le croit souvent et vise à fournir à des directions générales une vision synthétique sur des groupes de plus en plus important que le seul regard physique n’offre plus. L’histoire des outils de gestion et notamment des tableaux de bord français (Pezet, 2009) confirme cette mutation.

La montée du pouvoir du chiffre influe sur la conception même de l’entreprise. La réduction progressive de l’entreprise à une vision en termes de profit accompagne cette logique très américaine. Comme le montre Cook (2017), le profit devient aux Etats-Unis la mesure du progrès dès le XIXe siècle. Cette logique plus tardive en France arrive avec la désindustrialisation des années 1970 et 1980 et l’arrivée de ce nouveau discours porté notamment par Bernard Tapie (relire ici et ici) : le profit mesure la bonne santé des entreprises. Souvent hâtivement prêté à Milton Friedmann pour discréditer cette vision, cet argument résume le projet des entreprises aux chiffres qui se substitue au sens. Avec cette désindustrialisation, le profit se suffit à lui-même, faisant disparaître les nombreux rites qui donnaient le sens au profit comme les discours aux médaillés du travail (Floquet et Labardin, 2013).

Le chiffre, un projet d’Etat structuré

Parallèlement à cette mise en chiffre de l’entreprise, l’Etat fait de même dans un mouvement parallèle. En France, une administration (l’INSEE) et un corps prestigieux (l’ENSAE) ont contribué à la fabrication et à la production de ces chiffres (Touchelay, 1993). L’importance croissante du chiffre traduit un même changement que dans l’entreprise : les dirigeants voient à travers le chiffre, nous croyons dans les chiffres (trust in numbers) pour reprendre le titre de l’ouvrage de Porter (1996).

Très tôt, les travaux de Desrosières (1993, 2008) et de Desrosières et Thévenot (1992) ont souligné la difficulté du chiffre à représenter le réel. Si la critique a reçu un intérêt académique certain, son impact sociétal semble avoir été moindre.

Le XXe siècle apparaît ainsi rétrospectivement comme celui de la mise en ordre progressif de bureaucraties publiques et privées où la collecte du chiffre est un domaine en perpétuel expansion. En cela, il nous habitue comme salarié, comme citoyen à voir le chiffre mobilisé pour appuyer un argument. Et, il contribue à nous transformer en consommateur de chiffres.

Mais le monde de l’entreprise d’un côté et celui de l’Etat de l’autre sont jusqu’aux années 1980 dans des couloirs parallèles, chacune des mises en chiffre du monde obéissant à des logiques différentes : pour l’un, il s’agit de créer de la richesse et pour l’autre de défendre un intérêt collectif qui s’articule notamment autour des questions de sécurité d’abord puis progressivement d’éducation et de protection sociale.

Le chiffre pour demain

Dans l’entreprise comme du côté de l’Etat, des bureaucraties du chiffre se sont donc structurées. L’apparition du NPM à partir des années 1980 apparaît comme l’importance des logiques managériales dans l’Etat au nom de l’efficience. Sa contestation n’a pas manqué, mais ce détour par le chiffre permet d’en comprendre un ressort : comme nos sociétés ne voient plus que par le chiffre, c’est ce dernier qui hypnotise les décideurs et rend invisible le non quantifiable. Dit autrement, la contestation des effets dévastateurs du NPM se heurte perpétuellement aux chiffres qui relativisent perpétuellement sa portée.

Dans cette lignée, beaucoup d’interventions depuis un mois ont souligné le poids du néo-libéralisme à l’oeuvre dans cette crise : diminution des moyens (financiers, humains etc.) des hôpitaux, désindustralisation etc. Il est ainsi évident que des pays ayant préservé leur secteur hospitalier et leur industrie (l’Allemagne) affrontent plus aisément plus que nous la crise en cours. Mais cette crise est peut-être d’abord une crise du chiffre, de l’incapacité à avoir vu au-delà (comme l’illustre les risques prévus par le rapport 2020 du World Economic Forum Global Risk). Les décideurs n’ont pas vu le risque au-delà de ce que le chiffre pouvait mesurer. Beaucoup de tribunes voient ainsi (un peu rapidement de mon point de vue) dans cette crise, une crise du néo-libéralisme, appelant ainsi à changer l’après. Nous avons essayé de l’inscrire dans des dynamiques de plus long terme pour l’éclairer différemment.

Le chiffre ne doit plus nous hypnotiser en tant que tel : il doit nous amener à nous interroger sur ce que nous quantifions et ce que nous ne quantifions pas, ce que nous pouvons quantifier et ce que nous ne pouvons quantifier, ce que la quantification produit sur chacun de nous et la pertinence des catégories utilisées pour quantifier. L’enjeu n’est plus alors le seul chiffre mais bien son sens : le chiffre n’est pas inutile pour autant. Nous ne sommes pas dans une époque qui manque de chiffres, mais dans une époque qui en est submergé et qui manque souvent de le questionner en imaginant qu’il reflète (même à peu près) le réel. Pas sûr que tous les zélateurs des potentialités insoupçonnées offertes par le Big Data, l’Intelligence Artificielle ou la Blockchain n’aient vu ce risque.

Berland, N., Legalais, L., & Redon, M. (2019). L’évolution du métier de directeur financier: origines, compétences, trajectoires. Entreprises et histoire, (2), 55-71.

Bouquin, H. (1994). Les fondements du contrôle de gestion. Presses universitaires de France.

Cochoy, F. (1997). Une histoire du marketing: discipliner l’économie de marché. La découverte.

Cook, E. (2017). The pricing of progress: economic indicators and the capitalization of American life. Harvard University Press.

Desrosieres, A., & Thevenot, L. (1992). Les catégories socioprofessionnelles, coll. La Découverte, éd. Repères.

Desrosières, A. (1993). La politique des grands nombres: histoire de la raison statistique. La découverte.

Desrosières, A. (2008). L’argument statistique I et II. Presses des Mines via OpenEdition. https://books.openedition.org/pressesmines/341 et https://books.openedition.org/pressesmines/901

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Favier, J. (1987). De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’Affaires au Moyen-Âge. Pluriel.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Fombonne, J. (2001). Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction personnel (France, 1830-1990), Vuibert.

Gardey, D. (2001). La Dactylographe et l’expéditionnaire: histoire des employés de bureau 1890-1930. Belin.

Génard, E. & Simioni, M. (2018). Une histoire politique des chiffres de la prison: Conception, production et usages de la Statistique pénitentiaire (1852-1939). Annales: Histoire, Sciences Sociales (Vol. 73, No. 4, pp. 891-922). Cambridge University Press.

Gervais, P. (2014). Why profit and loss didn’t matter: the historicized rationality of early modern merchant accounting. Merchants and profits in the age of commerce, 1680-1830, Pickering.

Guenoun, M. & Matyjasik, N. (2019). La fin de l’histoire du NPM. In En finir avec le NPM. https://books.openedition.org/igpde/5790

Goody, J. (1986). La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines. Armand Colin.

Hautcoeur, P.-C. (2008). Produire des statistiques: pour quoi faire?. L’échec de la statistique des faillites en France au XIXe siècle. Histoire & mesure23(XXIII-1), 85-136.

Labardin, P. (2007) La surveillance des comptables en France (fin du XVIIIe siècle – Entre-deux-guerres) : le passé d’une nécessité illusoire. Gérer et Comprendre 88 : 36-46.

Labardin, P. (2011). Accounting prescription and practice in nineteenth-century France. An analysis of bankruptcy cases. Accounting History Review21(3), 263-283.

Labardin, P. (2013). Accounting valuation in nineteenth-century French bankruptcies. Accounting History18(3), 391-414.

Lemarchand, Y. (1994). A propos des dispositions comptables de l’Ordonnance de 1673. Revue de droit comptable3, 17-37.

Pezet, A. (2009). The history of the french tableau de bord (1885–1975): evidence from the archives. Accounting, Business & Financial History19(2), 103-125.

Porter, T. M. (1996). Trust in numbers: The pursuit of objectivity in science and public life. Princeton University Press.

Rosental, P.-A. & Devinck, J.-C. (2007). Statistique et mort industrielle. Vingtième siècle. Revue d’histoire, (3), 75-91.

Touchelay, B. (1993). L’INSEE des origines à 1961: évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale (Doctoral dissertation, Paris 12).

Yates, J. (1989). Control Through Communication: The Rise of System in American Management.

Zunz, O., (1991). L’Amérique en col blanc: l’invention du tertiaire: 1870-1920. Belin.

Des (mauvaises) raisons de critiquer l’utilité de l’histoire de la comptabilité

Il y a quelques années, un professeur de management à la notoriété certaine affirmait d’un ton qui ne souffrait la contestation et dans un contexte qui n’appelait pas de réponses : « Je ne vois vraiment pas à quoi cela sert de faire des recherches sur les comptables au XVIIe siècle ». Si ce type de discours n’est pas très agréable à entendre pour un historien de la comptabilité (ni d’ailleurs très constructif), il a longtemps constitué un poncif sur l’inutilité de l’histoire en management (et donc en comptabilité). Loin de servir la discipline du management, il a contribué à sortir de son champ les recherches sur l’histoire de notre discipline, cette dernière s’indignant ensuite que des historiens la fassent à notre place (cf. par exemple ce type de critique de l’ouvrage de Chapoutot). Comme sur beaucoup de problématiques, l’historicisation de ce type de discours permet d’en comprendre les ressorts et les contradictions.

Le postulat de ce discours repose sur la séparation apparemment claire entre un passé et un présent. Ainsi, le passé n’aurait rien à nous apprendre d’aujourd’hui : un élément de contexte radicalement nouveau voire plusieurs (la mondialisation, l’Intelligence artificielle, la fair value, la concurrence etc.) est ainsi convoqué rhétoriquement par celui qui veut invalider l’histoire pour montrer que la situation d’aujourd’hui diffèrerait radicalement du passé, renvoyant l’étude de ce même passé aux seuls historiens. Ainsi, la comptabilité du XVIIe siècle est un sujet d’historiens, non de gestionnaires.

Hors de la discipline gestionnaire, ce raisonnement apparaît déjà curieux. Les disciplines connexes ont toutes intégré en leur sein leur propre histoire. On fait de l’histoire de l’économie en économie, de l’histoire du droit en droit, de l’histoire de la sociologie en sociologie. Mais on ne ferait pas d’histoire du management en management.

Cette conception semble en fait relever d’une conception du savoir gestionnaire datée : la gestion devrait être une discipline pratique, formulant des préconisations managériales. En suivant l’héritage d’un Taylor ou d’un Fayol, ces universitaires se voient en successeur de praticiens, capable d’une forme d’abstraction. En cela, le savoir gestionnaire serait, non une science sociale, mais une science d’ingénieurs. On voit mal néanmoins dans quel corpus de savoir il tirerait une telle théorie générale, le savoir établi paraissant instable : il n’est guère besoin d’avoir suivi beaucoup de course de théorie des organisations pour voir la critique de Mayo des biais tayloriens, faisant douter de la scientificité d’un tel savoir.

L’histoire même de la recherche comptable confirme de tels doutes. Dans le cours sur les courants de la recherche en comptabilité financière qu’il donna jusqu’à sa retraite en Master 124, Bernard Colasse distinguait trois courants principaux[1] : le courant descriptif (Littleton en fournissant un bon exemple[2]), le courant normatif ou prescriptif (Chambers en fournissant un exemple[3]) et le courant cognitif (ayant pour visée l’explication de la pratique comptable) ; ce dernier courant se subdivisant lui-même en deux courants : l’un, positiviste, inspiré par l’économie classique, l’autre, socio-organisationnel inspiré par les sciences sociales. La victoire du courant cognitif sur ceux qui l’ont précédé se trouve matérialisée par les revues dominantes dès les années 1980. Les revues aujourd’hui adoptent une telle visée explicative, les éventuelles implications managériales n’en étant que la conséquence.

La domination d’une visée explicative remet-elle en cause la place de l’histoire dans les recherches en comptabilité ? Ce n’est évidemment pas le cas des études socio-organisationnelles dont certaines empruntent explicitement à l’histoire ou à la socio-histoire. La place de l’histoire n’est pas moins importante dans les revues d’inspiration économique. Ainsi, Watts et Zimmermann[4] (1979) mobilisent l’histoire de la comptabilité pour attaquer les conceptions de Chambers et prôner un savoir visant à expliquer le réel plutôt qu’à le prescrire. Néanmoins, l’usage du passé semble davantage relever de la justification que de l’interrogation historique telle que des recherches ultérieures le requestionnèrent avec plus de précisions[5]. Et, on trouve plus récemment des concepts comme le conservatisme comptable réinterroger dans leur historicité[6].

Les principales revues d’histoire de la comptabilité se mettent d’ailleurs en place pendant la période d’émergence de ce courant (Accounting Historians Journal en 1976, Accounting Business and Financial History en 1990 devenu Accounting History Review en 2011, Accounting History en 1996). Elles contribuent à ancrer l’idée que la connaissance du passé est légitime en soi dans une discipline. L’AFC et la revue Comptabilité Contrôle Audit en France ont d’ailleurs suivi très tôt cette option, matérialisant un flair certain : le premier numéro de la revue est un article d’histoire de la comptabilité[7]. Faut-il s’étonner que le rédacteur en chef de l’époque ait été Bernard Colasse ?

Les débats autour de la New Accounting History dans les années 1990 montrent la vigueur de tels débats. Cette interrogation sur les mécanismes à l’œuvre peut déboucher dans certains cas sur des préconisations normatives. Watts et Holthausen[8] (2001) ont défendu cette articulation entre explications et préconisations. A certains égards d’ailleurs, la thèse de Watts et Holthausen (2001) peut s’analyser comme un retour au marché aux excuses au sens de Watts et Zimmermann (1979).

Ces différents éléments nous ramènent à l’inanité de cette distinction apparemment évidente entre passé et présent. La discipline comptable n’a pas de méthode propre : elle emprunte à d’autres sciences sociales ses méthodes et l’histoire (comme l’économie, la sociologie etc.) y contribuent. Le passé nous offre deux façons de repenser le réel aujourd’hui : soit, dans une tradition économique, en mettant en évidence des configurations qui ont existé (et qui n’existent plus aujourd’hui) pour mettre en évidence leur efficacité ou leur inefficacité ; soit, dans une tradition sociologique, en montrant comment le passé a contribué à forger les structures actuelles.

Pierre Labardin

PS : un grand merci à Bernard Colasse pour sa relecture et ses commentaires. L’opinion et les erreurs pouvant subsister reste de mon seul fait.


[1] On retrouve cette distinction notamment dans l’introduction générale de : Chantiri R., Colasse B. (2019). Normaliser la comptabilité des entreprises : enjeux socio-organisationnels et jeux d’acteurs. Editions EMS : 12-24.

[2] Littleton, A. C. (1933). Accounting evolution to 1900. University of Alabama Press.

[3] Chambers, R. J. (1955). Blueprint for a Theory of Accounting. Accounting research, 6(1), 17-25.

[4] Watts, R. L., & Zimmerman, J. L. (1979). The demand for and supply of accounting theories: The market for excuses. Accounting Review, 273-305.

[5] Edwards, J. R. (1986). Depreciation and fixed asset valuation in British railway company accounts to 1911. Accounting and Business Research16(63), 251-263. Bryer, R. A. (1993). The late nineteenth-century revolution in financial reporting: Accounting for the rise of investor or managerial capitalism?. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 649-690.

[6]Francis, J., & Schipper, K. (1999). Have financial statements lost their relevance?. Journal of accounting Research, 37(2), 319-352. Balachandran, S., & Mohanram, P. (2011). Is the decline in the value relevance of accounting driven by increased conservatism?. Review of Accounting studies, 16(2), 272-301.

[7] Lemarchand, Y. (1995). 1880-1914, l’échec de l’unification des bilans. Le rendez-vous manqué de la normalisation. Comptabilité-Contrôle-Audit1(1), 7-24.

[8] Holthausen, R. W., & Watts, R. L. (2001). The relevance of the value-relevance literature for financial accounting standard setting. Journal of accounting and economics, 31(1-3), 3-75.

Déclassement économique, déclassement spatial

(Ce post mobilise un certain nombre de cartes de façon peu rigoureuse. Les notions mesurées et comparées ne sont pas toujours similaires, et donc sont critiquables. Je n’ai pas forcément toujours trouvé toutes les cartes que je cherchais pour les rendre comparable. Il ne me semble pas cependant que d’autres cartes altéreraient le propos. Je suis évidemment preneur d’autres liens)

La série d’ouvrages du géographe Christophe Guilluy (La France périphérique, Factures françaises etc.) a connu un intérêt médiatique important depuis une quinzaine d’années. Il pointe notamment la fracturation du pays entre des zones urbaines et très gentrifiées à qui profitent la mondialisation et une France périphérique qui n’en bénéficient pas. Cette opposition fondatrice lui permet notamment de rendre compte de la montée du populisme comme un retour aux sources. Et de plaider dans Fractures françaises tant pour un retour du peuple qu’à une limitation du multicuturalisme.

Les thèses de Guilluy ont fait l’objet de critiques sur plusieurs points : d’abord sur son assimilation entre classe et race qui laissait suggérer une ambiguïté autour du racisme. La défense des classes populaire se ferait contre le multiculturalisme. Une autre critique, moins politique et plus scientifique vient de l’unité de la catégorie même de France périphérique. Cette dernière regroupe aussi bien des campagnes éloignées de cette mondialisation que des banlieues (au sens où le terme est utilisé dans l’espace public). Reprenant cette critique à son compte, Benoît Coquard (2019) note ironiquement : « la promotion sans précédent dont a bénéficié cette thèse dans les grands médias a contribué à en faire un mot fourre-tout pour désigner tous les endroits qui, vus de Paris ou des grandes métropoles régionales sont perçus comme des « coins paumés » (p.7). La catégorie de France périphérique, se voulant être du côté des catégories populaires, est habilement renvoyé ainsi à une catégorie attrape-tout qui fait d’abord sens pour des catégories privilégiées que pour la France périphérique.

Un des intérêts de la catégorie de Guilluy est de porter le regard sur les perdants et de voir l’espace (national) différemment. Il permet notamment d’articuler le déclassement social et le déclassement spatial en les liant, le déclassement spatial redoublant le déclassement économique. Un éclairage historique permet de montrer que les espaces où il faut être (ou inversement, ceux caractérisant un déclassement) change dans le temps.

Repartons ainsi du XIXe siècle (source Twitter Gallica) :

Image

Presque un siècle plus tard, un article d’Abel Chatelain en 1955 sur la richesse des populations en France confirme le constat : si les villes (Paris et Lyon notamment) sont déjà le lieu de la au-dessus de la moyenne nationale, le nord-est du pays exerce une attraction qu’il conserve encore dans les Trente Glorieuses. L’industrie sidérugique lorraine, le textile vosgien, la bonneterie troyenne, autant de spécialisations qui donnaient à ses espaces une attractivité. Pascal Raggi (2019) rappelle ainsi que l’on parlait du Texas français à propos de la Lorraine de la sidérurgie pour bien symboliser son attractivité dans les années 1950.

Il n’est guère besoin de poser le contraste avec aujourd’hui pour le même nord-est. Le poids de la désindustrialisation sur des territoires entiers ne peut qu’apparaître impressionnant. Les nombreuses cartes disponibles montrent le déclin du nord-est (hors Alsace et zone frontalière avec la Suisse et l’Allemagne) dans cette dynamique spatiale :

Carte effectuée à partir des données INSEE.

Les zones déclassées (et reclassées réciproquement) sont historiquement mouvantes. La Bretagne fut ainsi longtemps cet espace pauvre dont il fallait s’enfuir pour fournir à la bonne bourgeoisie parisienne les bonnes recherchées et qu’incarna notamment l’image de Becassine. Si le constat ne paraît pas révolutionnaire, son intégration permet de souligner que les effets sociaux de mutations économiques (la désindustrialisation du nord est du pays) sont redoublés par la spatialité de ce phénomène. Ceux qui vivent dans ces régions ne vivent pas seulement un déclassement économique individuel, mais aussi un déclassement spatial.

Ce lien (déclassement économiqueet déclassement spatial) que des géographes ou sociologues ont ainsi souligné à l’échelle du territoire mérite d’être revu à l’échelle de l’histoire des pratiques managériales et comptables. A l’image d’Edwards et Walker (2010), dans le cas des comptables britanniques de la fin du XIXe siècle, l’espace peut participer d’une stratégie d’élévation sociale en copiant un mode de vie pour incarner ce que l’on veut être. A l’inverse, le déclassement peut s’incarner à travers une relégation spatiale, le décloisonnement des espaces et la surveillance. Le cas des comptables de Pont-à-Mousson traités comme de simples ouvriers d’une chaîne de production (Labardin, 2014).

L’histoire économique a souvent cherché à utiliser des séries de salaires pour mesurer ce phénomène de déclassement à l’image du débat entre Heller (2008) et Seltzer (2010) sur les salaires des employés de bureau au tournant du XXe siècle. Le déclassement est alorsréduit à un déclassement économique que l’on quantifie au moyen des salaires.

Des approches par l’espace permettraient d’enrichir cette notion de déclassement. Le sentiment de déclassement (dont peut témoigner une histoire culturelle par exemple) peut ne pas être confirmé par les séries de salaire. Cela ne signifie pas que ce déclassement n’a pas existé. Mais peut-être qu’il passe par d’autres moyens comme les espaces.

Pierre Labardin

Références

Chatelain, A. (1955). La répartition de la richesse des populations en France. Géocarrefour30(4), 291-308.

Coquard, B. (2019). Ceux qui restent: faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte.

Edwards, J. R., & Walker, S. P. (2010). Lifestyle, status and occupational differentiation in Victorian accountancy. Accounting, Organizations and Society35(1), 2-22.

Guilluy, C. (2010). Fractures françaises. Flammarion.

Guilluy, C. (2014). La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Flammarion.

Heller, M. (2008). Work, income and stability: The late Victorian and Edwardian London male clerk revisited. Business History50(3), 253-271.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Raggi, P. (2019). La Désindustrialisation de la Lorraine du fer. Classiques Garnier.

Seltzer, A. J. (2010). Salaries and promotion opportunities in the English banking industry, 1890–1936. Business History52(5), 737-759.

De la réception de l’ouvrage de Chapoutot, « Libres d’obéir. Le Management du nazisme à aujourd’hui ».

Ce petit texte n’est pas une chronique du livre de Chapoutot. Ses interventions à la radio, dans la presse ou les chroniques de son livre dessinent une réception qui est ici discutée.

Johann Chapoutot continue une œuvre où il revisite les différentes dimensions du nazisme pour s’attaquer à la question managériale. Il en définit tant la conception chez les nazis que sa postérité jusqu’à aujourd’hui dans les différents modèles managériaux contemporains.

En cela, dans une société actuelle imprégnée de management et un occident construit sur le rejet du nazisme, il pointe une contradiction majeure de nos sociétés. Il se situe ainsi dans une tradition des sciences sociales qui voit dans le management une cause majeure des maux qui nous affecte. Il définit un management éloigné de l’Etat qui doit être « pulvérisé » en lui substituant un ensemble d’agences et un management du consentement des individus (https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites). La joie au travail, le culte de la performance (et l’exclusion de ceux qui ne s’y intègrent pas) sont aussi mis en avant.

Dans l’intérêt que suscite l’ouvrage, on peut de prime abord être étonné par l’étonnement. Si La mort est mon métier de Robert Merle est une œuvre de fiction déjà ancienne, elle est précédée d’un travail documentaire important et mettait déjà en évidence la question du management chez les nazis. De même, la traque des nazis et les protections dont ils bénéficièrent de la part de la RFA après-guerre, ont porté à l’attention du plus grand nombre la tardive dénazification.

La contribution de Chapoutot est ici plutôt de sortir l’impact de la faiblesse de la dénazification du champ du politique pour le porter vers le management.

L’interdisciplinarité est souvent présentée comme une exigence en sciences sociales de façon trop rhétorique et on ne peut que se réjouir d’entendre parler autrement de management. Elle soulève quatre types de questions et de risques que je voulais ici souligner.

Un projet intellectuel contre le management ?

A la simple lecture du sujet du livre, certains collègues de gestion pourraient s’émouvoir d’un tel livre, procédant à une assimilation entre nazisme et management. Cette critique est refusée d’entrée par l’auteur. Avec une certaine distance à l’écrit, dans son prologue, l’auteur rappelle qu’il ne s’agit pas ici d’attaquer les managers ou le management[1] (p.18).

Cette distance paraît néanmoins s’effacer à l’oral, quand un exemple d’happiness manager lui est donné à entendre (entre 15ème minute et 18ème minute, https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites), la happiness manager est qualifiée d’ « aimable » et évoque « sa langue à elle, cette langue atroce ».

Entre ces deux lectures, on devine un management émancipé de ces pratiques que l’auteur appelle (implicitement) de ses vœux. Plutôt que d’attaquer une discipline, il utilise l’histoire pour dresser des parallèles, mettant en débat des idées. Aux chercheurs en management de les discuter hors des anathèmes.

L’oubli de l’histoire en management

Paradoxalement, cet ouvrage peut se lire non pas comme une critique du management, mais révèle à rebours l’exclusion de l’histoire du management de la discipline. Dit plus brutalement, les chercheurs en management font peu de recherches sur leur histoire et cette histoire ne s’enseigne pas ou rarement (peu d’établissements le font et des universités comme Dauphine ou Nantes sont des exceptions en la matière). Le management reste en cela une discipline singulière : l’histoire du droit, de la sociologie, de l’économie fait partie de ces disciplines, sans que l’on renvoie ces questions à la discipline historique. Ou si nous ne connaissons rien à notre histoire, sur quelle base critiquer ces ouvrages ?

En cela, le management recouvre les propos de Miquel (cité par Nikitin, 2006) : « La caractéristique première de toutes les sciences humaines tient à ce que leur objet est toujours englobé par celui de l’étude historique. … Leur caractéristique seconde, c’est qu’elles se forment le plus souvent en refoulant cette présupposition ». Le management, au nom d’une science qui se voudrait pratique, utile aux managers, a largement négligé sa propre histoire.

Il existe de tels travaux en histoire du management qui donne à voir comment les pratiques managériales ou comptables s’inventent dans des moments historiques très particuliers qui suscitent aujourd’hui notre réprobation morale. Et comment tant les circonstances matérielles que l’idéologie qui la sous-tend contribuent à forger une pratique. Ainsi, la thèse d’Antoine Fabre soutenue en 2019 sur l’introduction de la comptabilité des bagnes en Guyane sous Napoléon III laisse entrevoir d’autres origines possibles dans un management de l’horreur. Mais les travaux sur la traite négrière ou le management des plantations sudistes pourraient tout aussi bien susciter le même intérêt.

Finalement, l’ouvrage de Chapoutot, plutôt que d’être une attaque contre le management peut se lire comme un miroir tendu aux chercheurs en management : celui du manque de recherches historiques (et particulièrement en France) au sein de la discipline.

Des origines nazies du management

Un des attraits qu’exerce le livre de Chapoutot porte sur la question des origines. Ainsi, sur Mediapart (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170120/les-nazis-pionniers-du-management), l’article est intitulé les nazis, pionniers du management, le titre paraissant trahir les propos de l’auteur. Sur France Culture (https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites), la question lui est posée. Chapoutot indique le nom de Fayol (qu’il préfère à Taylor ou Weber) sans véritablement expliquer pourquoi. A défaut de dire que le nazisme est l’origine du management, l’auteur renvoie à une notion de matrice (https://www.liberation.fr/debats/2020/01/05/johann-chapoutot-le-nazisme-a-ete-une-matrice-du-management-moderne_1771724) dont le flou lui permet de naviguer entre deux écueils potentiels : soit le management contemporain est assimilé au nazisme (et la thèse apparaît exagérée), soit le nazisme n’a qu’un lien lointain (et l’ouvrage n’a pas de sens).

Le nazisme serait une « matrice » avec des caractéristiques particulières que les différents articles reprennent (pulvérisation de l’Etat, développement d’agences, célébration de la joie au travail, exaltation de la performance etc.). On voit mal ici dans cette quête des origines pourquoi le nazisme est une matrice plus importante que d’autres. Et le lien invoqué passant par Reinhard Höhn paraît ici ténu : fonder une académie des cadres dans les années 1950 amène-t-il à voir un lien entre les pratiques managériales actuelles et le nazisme (https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/du-crime-nazi-au-management-moderne-une-histoire-commune). Un tel risque est souligné dans Le Monde (https://www.lemonde.fr/livres/article/2020/01/16/libres-d-obeir-de-johann-chapoutot-le-nazisme-est-il-soluble-dans-le-management-d-entreprise_6026052_3260.html).

En soulignant les prolongements entre le nazisme et l’après-guerre, la dénazification inachevée, le consentement des allemands au régime nazi et des carrières étonnantes marquées par la non dénazification, il rappelle néanmoins que la date de 1945 (comme pour tout évènement historique) ne fonctionne pas comme une date imperméable séparant le bien du mal. En cela, le nazisme n’est pas un évènement isolé et déborde de son temps. Et que le management, inscrit dans le monde social, ne change pas radicalement entre avant et après 1945. En procédant ainsi, il contribue à une réflexion sur le modèle managérial allemand. Le débordement du nazisme dans la vie économique d’après-guerre présente suffisamment d’intérêt en soi pour le management pour ne pas en exagérer la portée.

Mais aligner des similitudes entre ce management et le management actuel semble au contraire comme surdimensionné. D’autres matrices du management moderne sont évidemment possibles, y compris parmi des expériences que nous jugeons aujourd’hui moralement et collectivement répréhensibles (les bagnes, la traite négrière, les plantations esclavagistes etc.). C’est peut-être là où la réception de Chapoutot accentue l’ambiguïté initiale : de quel management parle-t-il ? Du management en général (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170120/les-nazis-pionniers-du-management), du management moderne (https://www.liberation.fr/debats/2020/01/05/johann-chapoutot-le-nazisme-a-ete-une-matrice-du-management-moderne_1771724), du new public management (https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/le-nazisme-un-laboratoire-du-new-public-management) ? C’est là le point faible de la thèse : à trop manier les catégories de matrices et de management de manière floue, il laisse la réception de son ouvrage accentuer les ambiguïtés initiales.

Même si la thèse peut sembler excessive de par sa généralité, elle tend encore une fois un miroir aux chercheurs en gestion. Combien de collègues gestionnaires français ont eu le courage de s’attaquer à ces questions ? Citons ici les travaux de Yannick Lemarchand dans son travail sur la traite négrière et la récente thèse d’Antoine Fabre sur les bagnes. Deux collègues en histoire de la comptabilité.

Le risque d’une vie de saint

Ce flou présente un risque. Les sciences de gestion, via les théories des organisations ont fréquemment mobilisé un triptyque d’origine flatteuse (Taylor, Fayol, Weber). Un ingénieur américain, un dirigeant français et un sociologue allemand fournissaient un bel arbre généalogique à une discipline en recherche de légitimité. Les disciplines scientifiques attendent plus ou moins implicitement de leurs historiens (et de leur passé) une vision glorifiante. Cette conception datée de l’histoire se retrouvait déjà dans les vies de saint au Moyen-Âge ou de façon plus contemporaine dans les biographies de complaisance de dirigeant d’entreprise. Le passé est convoqué pour expliquer le présent. Ce petit documentaire sur Bernard Arnault par Guillaume Durand en est un exemple (ce point n’enlève rien à l’intérêt du documentaire d’un point de vue factuel) :

L’ouvrage de Chapoutot, par les ambiguïtés notées au-dessus, présente ce risque à rebours : il n’écrit pas une vie de saint venant légitimer le management. Il écrit une vie de diable, offrant un raccourci facile (dont lui-même se garde à l’écrit fermement). Et cette vie de diable devient pour celles et ceux qui veulent la lire ainsi l’occasion d’assimiler management et nazisme dans une entreprise de disqualification du management dont se défend pourtant l’auteur. C’est pour cela qu’on ne peut que déplorer le flou des catégories de matrices et du management telles qu’il les utilise.

Les ambiguïtés soulevées ci-dessus n’enlèvent pas l’intérêt du livre et notamment celui du débordement du nazisme au-delà du régime politique, de sa pénétration des Trente Glorieuses allemandes, au coeur d’une Europe qui se construisait contre ce même modèle nazi. Cette thèse moins accrocheuse a déjà de quoi faire réfléchir collectivement, sans besoin de convoquer des pratiques contemporaines.

Fabre, A. (2019). Quantification comptable et limites du gouvernement à distance : le cas de la comptabilité dans les bagnes coloniaux de Guyane. Thèse de doctorat. Université Paris-Dauphine.

McWatters, C. S., & Lemarchand, Y. (2009). Accounting for triangular trade. Accounting, Business & Financial History19(2), 189-212.

Nikitin, M. (2006). Qu’est-ce qu’une problématique en science de gestion et comment l’enseigner?. Comptabilité-contrôle-audit12(3), 87-100.


[1] « Ce livre n’est pas non plus un réquisitoire contre les managers, le management, les DRH ou les auditeurs des cabinets de conseil : il y en a d’atroces, mais beaucoup ont embrassé la carrière par goût de l’humain et font de leur mieux pour apaiser la souffrance au travail des employés qu’ils dirigent ou conseillent ».

La mort des comptables ?

L’arrivée de l’intelligence artificielle et ses potentialités suscitent nombre d’articles suggérant un déclin des métiers autour de la comptabilité. On oscille entre des articles annonçant la disparition des comptables que la presse relaie complaisamment ou des articles plus nuancés annonçant les mutations du métier.

Beaucoup d’étudiants s’interrogent sur l’intérêt d’une orientation professionnelle autour des métiers de la comptabilité, du contrôle et de l’audit, imaginant une disparition de ces métiers et donc freinant l’attractivité de ces métiers, perçu comme n’ayant plus d’intérêt à l’avenir. Les choses paraissent plus compliquées : l’apparition de nouvelles technologies ne signifient pas la disparition de tous les emplois mais plutôt des mutations : délocalisation des emplois moins qualifiés (mais aussi de nouvelles coordinations à mettre en œuvre), nécessité d’adapter les métiers et les outils existants à la digitalisation etc.

Assez curieusement, le phénomène apparaît radicalement nouveau, comme si ce changement technologique était le premier alors que la comptabilité s’est déjà largement transformée au cours du seul XXe siècle[1]. Des grands livres de plusieurs kilos que l’on déplaçait entre les pupitres, la technique est passée par des livres à feuillets mobiles et à décalque au début du XXe siècle, puis à des machines à écrire et des machines comptables dans l’Entre-deux-guerres, à des ordinateurs à partir des années 1980[2].

Service comptable de Guillot-Pelletier (1909)

Service comptable de Goulet-Turpin (non daté, probablement années 1930 à 1950)

Des recherches menées depuis une trentaine d’années ont contribué à documenter un tel processus : aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne[3] ou en France[4]. Au-delà de ces changements et de ce qu’ils disent des mutations du travail comptable, on retrouve une matrice de discours entourant le changement technologique dans les métiers de la comptabilité.

Chacun de ces changements paraît tout d’abord exercer une fascination réelle où la technologie apparaît comme un mirage : aujourd’hui l’intelligence artificielle fait rêver à obtenir davantage d’informations à moindre coût comme hier la mécanisation à la réduction des frais généraux. Si les dirigeants d’entreprise ou de cabinets en rêvent, les salariés le redoutent. Les dynamiques historiques relativisent sensiblement un tel raisonnement : la technologie semble dans un premier temps générer une attraction très forte et la publicité fut utilisée comme outil de promotion de ces nouvelles techniques révolutionnaires mais qui n’ont guère laissée de traces.

Les nouvelles méthodes si efficaces apparaissent largement fantasmer un avenir qui n’existera jamais. Ces innovations n’ont guère eu de retentissements au-delà de ces seules publicités. Des changements sont certes apparus, mais loin des espoirs chimériques et idéalisés. Evidemment, l’histoire ne se répète pas, mais il y a fort à parier que l’apparition de l’intelligence artificielle n’entraîne pas une disparition totale des emplois de la comptabilité, mais plutôt leur mutation.

Aux jeunes qui hésitent à venir faire de la comptabilité : venez, il y aura du travail, mais ce ne sera pas le même ! Comme celui de vos parents différaient de celui de vos grands-parents. Et laissez derrière vous les mythes de la fin de la comptabilité. Un vieux fantasme ou une vieille peur selon le point de vue !

Pierre Labardin

Remerciement : un grand merci à Yannick Lemarchand pour les deux dernières images.


[1] Gardey, D. (2008), Ecrire, classer, compter. La Découverte.

[2] Labardin, P. (2012), Une histoire des bureaux comptables in Mélanges en l’honneur du Professeur Yannick Lemarchand, L’Harmattan, 207-225.

[3] On peut ainsi citer : Wootton, C. W., & Kemmerer, B. E. (2007). The emergence of mechanical accounting in the US, 1880–1930. Accounting Historians Journal34(1), 91-124 ;  Parker, L. D., & Jeacle, I. (2019). The Construction of the Efficient Office: Scientific Management, Accountability and the Neo‐Liberal State. Contemporary Accounting Research.

[4] Bonin, H. (2004). The development of accounting machines in French banks from the 1920s to the 1960s. Accounting, Business & Financial History14(3), 257-276.

De quoi l’archive comptable est-elle le nom ?

Suite au premier billet, un collègue m’interrogeait sur le poids que Bernard Tapie a pu exercer dans les années 1980 en général et dans le cas de Manufrance en particulier. Cette interrogation rejoint les échanges sympathiques que j’avais eu avec Jean-Paul Benetière sur la fin de Manufrance dans le cas de son travail de thèse sur l’union départementale CFDT de la Loire et sa curiosité autour de la fin de Manufrance[1].

Dans les deux cas, on attend de l’archive comptable qu’elle permette de trancher la responsabilité de Bernard Tapie et d’un historien de la comptabilité qu’il attribue les (bons et mauvais) points dans une quantification aussi bien morale qu’économique. On perçoit bien dans les conflits sociaux, restructurations, fermetures d’usine depuis les années 1970 que la question de la rentabilité ou non est un enjeu rhétorique central : pour les dirigeants ou actionnaires, il s’agit de légitimer une décision, quand il s’agit pour les syndicats de la contester. L’archive comptable peut apparaître ainsi comme une ressource pour dire qui dit vrai ou faux et l’historien de la comptabilité peut devenir une forme de juge a posteriori.

Le cas de Manufrance fournit (malheureusement) une illustration des difficultés à apporter une réponse simple à une question simple. Devant les volontés de démembrement de Tapie, la CGT majoritaire, avec l’appui de la mairie communiste, crée une coopérative qui reprend les seules activités de production déficitaire en juin 1981. La coopérative fait faillite en avril 1985. A certains égards, la demande que l’on peut faire à un historien de la comptabilité peut se lire dans l’opposition des deux reportages.

On retrouve ici deux lectures de la désindustrialisation : d’un côté, celui de l’absence de calcul de coût, de pratiques marketing déficientes, bref celui de la nécessité de la restructuration qui précède la désindustrialisation. Et, de l’autre celui des conséquences de la désindustrialisation. En caricaturant, on pourrait écrire un reportage de droite et un de gauche.

Aucune de ces thèses n’apparaît fausse et l’histoire de la comptabilité ne tranche pas entre ses lectures. Elle aide plutôt à les comprendre et à les resituer.

D’un côté, le reportage de Michel Chevalet, dans son style déjà caractéristique, reprend le rapport de la CEGOS de 1971 sur Manufrance[2]. Pris isolément, l’exemple du prix de revient non calculé et des produits peu adaptés corroborent ce rapport. Le rapport fait ressortir les disparités de rentabilité entre les secteurs que vient illustrer le reportage. Ce que le journaliste n’indique pas est la dimension sociale (et potentiellement explosive) derrière ses questions : la mairie est un actionnaire important et les usines sont localisées à Saint-Etienne[3]. Diminuer le coût, c’est délocaliser et donc fermer les usines. Et demander à la mairie de le porter est impensable, a fortiori pour un maire communiste.

D’un autre côté, la thèse défendue (et qui n’est pas fausse non plus) est la suivante : la réussite de Bernard Tapie se fait largement aux dépens des ouvriers licenciés. Certaines opérations (la revente des magasins), une pratique (des transports en jet privé) apparaissent au spectateur moralement (voire légalement) discutables. On retrouve trace de ces éléments en archives. Au-delà d’une certaine imprécision de vocabulaire (mais qui vise à une vulgarisation de sujets techniques), on peut valider ces points. La revente de l’immobilier a été documenté plus précisément, via la création d’une foncière ex-nihilo dont le gain a pu être quantifié[4]. L’opération garde une part d’opacité, car on ignore si le dirigeant de la foncière, qui avait bénéficié d’une caution de 50 millions de francs, n’effectuait pas une opération de portage pour une banque (le reportage cite le Crédit Lyonnais, ce qui n’est pas impossible). On retrouve également en archives la facturation des vols en jet privé[5].

Ce n’est finalement pas le détail des faits cités qui pose ici question. C’est la lecture qu’il induit et ce qu’il dissimule. En historicisant cette lutte sociale sous l’angle de l’action de Tapie, les journalistes dissimulent le rôle des acteurs et choisissent des témoins (l’ancien maire communiste, les syndicalistes CGT) ayant eux-mêmes des choses à cacher. Le maire, Joseph Sanguedolce peut déclarer toute la méfiance que lui inspire Tapie, il n’avait pas les mêmes prévenances en juillet 1980 quand ce dernier arrive à Saint-Etienne (Le Monde, 24 et 30 juillet 1980). Nulle critique du nouveau dirigeant et même l’approbation du transfert de propriété qui permet ensuite à Bernard Tapie de déployer sa stratégie. Rétrospectivement, il paraît avoir été berné, ce qui est évidemment peu avouable. Que dire de la CGT à l’initiative d’une coopérative qui se fonde sur des aides publiques et les économies des salariés licenciés ? Lourdement épinglé à la faillite de la coopérative de 1985 dans un rapport de commissaires aux comptes (il est question de « gestion hasardeuse » et de « survie artificielle » pour expliquer leur faillite[6]), il leur est plus facile de témoigner sur les roublardises de Bernard Tapie (ce qui ne signifie pas que cela soit faux) que sur leur responsabilité dans l’hasardeuse opération coopérative. Cette dernière apparaît a posteriori davantage une initiative politique qu’économique qui n’a survécu que grâce aux subventions publiques[7].

En fait, l’angle de ce type de reportage permet de nourrir des thèses apparemment contradictoires : on peut tout à la fois souligner avec justesse l’écart entre le nombre de licenciements et le train de vie fastueux de Bernard Tapie ou ses transferts d’actifs douteux[8]. On peut tout aussi bien souligner les erreurs de gestion nombreuses de la coopérative ouvrière et l’utilité de l’épouvantail Tapie pour dédouaner les syndicats de leurs propres responsabilités. Au final, plutôt que de répondre à la question simple (c’est la faute à qui ?), il est probablement plus juste de juxtaposer ces dimensions pour donner à voir le fait dans sa totalité.

A défaut de répondre à la question de la responsabilité de Tapie ou des syndicats, il y a peut-être plus intéressant : montrer comment le comportement de Tapie a participé à une historicisation victimaire de la désindustrialisation et comment l’échec de la coopérative ouvrière a construit une historicisation de l’efficacité de Tapie (qui n’a plus guère de défenseur aujourd’hui). L’archive comptable s’avère ainsi un redoutable contrepoint aux récits ainsi véhiculés[9].

Pierre Labardin


[1] Benetière, Jean-Paul (2016). L’Union Départementale de la Loire de la CFTC-CFDT de la Loire : mutation, développement et crise d’une organisation syndicale (1944-1988), thèse de doctorat, Rennes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01262484

[2] Rapport disponible aux Archives de la Loire. 63J290

[3] Joly, Hervé (2011). Manufrance: une société anonyme trop fermée?, L’épopée Manufrance (1885-1985) : Que reste-t-il de nos amours ?. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00750964

[4] Jerman, L., & Labardin, P. (2018). D’une instrumentalisation de la prudence. La revente du parc immobilier de Manufrance (années 1970-années 1980). Entreprises et histoire, (3), 59-72.

[5] Archives de la Loire. 236J40. Le 17 février 1981, Bernard Tapie demande le remboursement de 355 534 francs facturés par sa propre société pour les transports du 26 juin 1980 à fin décembre. Les syndics refuseront la prise en compte de 104 949 francs (les vols ayant lieu avant la prise de fonction). Devant les montants, les syndics refuseront ensuite la prise en charge de plusieurs vols le 19 juin 1981 suite à une demande de remboursement de 219 743,67 francs. Les demandes seront rares ensuite, mis à part un remboursement au cabinet Borloo le 14 novembre 1983 de 77 621,62 francs. Ces sommes, pour être importantes, demeurent largement inférieures aux dettes de l’entreprise. Elles paraissent ici plus choquantes moralement que décisives dans l’explication de la fin de Manufrance.

[6] Rapport synthétique au Tribunal de Commerce de Philippe Maillard et Robert Priouret le 18 juillet 1986. Disponible aux Archives de la Loire. 236J44.

[7] Dans le même rapport, Maillard et Priouret notent qu’avec « les concours financiers externes auxquels ont normalement accès les entreprises », la coopérative n’aurait pas survécu au-delà de 1982 (sachant que son activité commence en juin 1981).

[8] Le mot douteux traduit la frustration que peut fournir l’archive. Prenons l’observation de la société foncière. On peut légitimement s’interroger sur les garanties conséquentes (50 millions de francs de caution) dont dispose le fondateur. Elle semble traduire un entregent certain ou une affaire de portage qui, n’ayant pas été indiqué au tribunal de commerce, serait illégal. Mais prouver ce point est évidemment illusoire à moins d’une chance inouïe : si l’affaire est illégale, les archives ne seront évidemment pas au tribunal et encore moins dans les archives bancaires.

[9] Ce texte développe ces idées en les détaillant. Labardin, P. (2019), « Le visible et l’invisible. Une histoire de la fin de Manufrance », Revue du Rhin Supérieur, 1, 105-116.

Le venin dans la plaie (industrielle)

 

Le dernier ouvrage de Gérard Noiriel[1] sur le parallèle entre l’islamophobie d’Eric Zemmour et l’antisémitisme d’Edouard Drumont à la fin du XIXe siècle connaît un succès médiatique. En proposant une historicisation du discours porté par Eric Zemmour, il montre tout à la fois les effets sociaux de son discours, en même temps qu’il rappelle les nombreuses inexactitudes et postulats idéologiques sur lequel il est fondé.

L’ouvrage de Noiriel interroge indirectement son lecteur sur la responsabilité d’une catégorie professionnelle (dénommés selon les moments pamphlétaires, éditorialistes, journalistes d’opinion etc.) vis-à-vis de la société. Assez étrangement, cette interrogation demeure largement cantonnée au champ politique, comme si la responsabilité de celle ou celui qui écrit dans la presse économique n’existait pas. Ce petit texte voudrait explorer cette question en interrogeant les effets que produit ce type de discours d’une part et le rapport du journalisme aux faits.

Il est ici question de la fin d’une entreprise emblématique, Manufrance. Au même titre que la sidérurgie ou le textile, Manufrance se trouve en difficultés dès les années 1970. Les dirigeants se succèdent, et, finalement Bernard Tapie est nommé PDG.

Durant les années qui suivent, il liquide les actifs de l’entreprise, entraînant une réaction ouvrière faite de grèves, d’occupation d’usines et finalement la création d’une coopérative qui tente de reprendre la production. Cette dernière tentative aboutit à une faillite en 1985 en dépit d’un soutien public.

Dans ce contexte, paraissent une multitude d’articles traitant du conflit social, des licenciements, mais aussi du repreneur Bernard Tapie. Deux quotidiens locaux (La Tribune Le Progrès et Loire-Matin) traitent largement cette actualité : au milieu des années 1970, Manufrance a compté jusqu’à 4000 salariés dont une partie importante sur la ville de Saint-Etienne.

Prenons ici l’article d’Hélène Pilichowski, intitulé « Moi, je fais des bénéfices », le 9 décembre 1983, publié dans Loire-Matin. Cet article, annoncé en première page, relate une rencontre entre la journaliste et Bernard Tapie. Dès le début de l’article, le prix de la Rolls est rappelé au lecteur (1.250.000 francs) comme le montant des bénéfices (60 millions de francs) sans parler du jet privé. Et le ton continue sur un modèle qui évoque l’imaginaire d’un feuilleton américain : « l’allure plutôt sportive et l’air franchement décontracté, il lance un « salut belle dame » avant de nous inviter à monter en toute simplicité dans sa corvette personnelle ». On retrouve dans le style de la journaliste beaucoup d’appréciations personnelles (« il accepte de répondre, sans jouer la star, parce qu’il sait qu’il en est une », « son talent de gestionnaire et son ardeur à la tâche ») ou des descriptions mélioratives (« il travaille 20 heures par jour »). Et si l’on évoque les emplois supprimés, c’est pour en parler comme des « inévitables licenciements » pour « alléger les charges ». L’iconographie, une journaliste souriante posant à côté de Tapie, accompagne l’ensemble. Le 23 novembre 1984, dans le même journal, la même journaliste s’enthousiasme pour les œuvres de charité de Bernard Tapie : il « estime que toutes les petites Suzy ont droit au travail » parce que « le zorro de l’industrie a un grand cœur ».

Evidemment, ces deux articles ne véhiculent pas le même ressentiment identitaire qu’Eric Zemmour ou Edouard Drumont avant lui. Mais en héroïsant une figure (l’entrepreneur Tapie), il crée un spectaculaire contraste avec la réalité matérielle des ouvriers. Là où le discours réactionnaire de Zemmour choisit ses cibles pour les désigner d’abord et les exclure ensuite de sa société, le discours économique sur l’entrepreneur fonctionne à rebours : il crée un mythe (l’entrepreneur) et renvoie ceux qui ne s’y intègrent pas à leur déchéance matérielle. La victime n’est pas nommée et exclue, elle est ici ignorée et renvoyée au silence.

C’est ici que les travaux sur la désindustrialisation française sont d’un grand intérêt. Ils interrogent non seulement les mécanismes de la désindustrialisation, mais largement sa production politique, sociale et spatiale[2]. En exposant ainsi la réussite d’une seule personne face à des milliers de futurs chômeurs, ce type d’article contribue à la « stigmatisation sociale des vaincus » qu’évoquent Fontaine et Vigna[3]. Pendant que des ouvriers se retrouvent licenciés ou sur le point de l’être, le succès est mis en scène avec des sommes d’argent (le montant des bénéfices, le prix de la Rolls, le jet privé) que les ouvriers ne peuvent même rêver d’avoir. Argent facile contre chômage, vie de rêve contre misère, exhibition publique contre honte dissimulée. Ne demeure que la charité pour les « petites Suzy » présentée comme une alternative aux politiques publiques.

Le discours d’expertise économique qui envahit les années 80 a contribué à légitimer ce type d’articles de presse[4]. La bonne gestion se substituerait aux anciens errements et les licenciements seraient inévitables. Hélène Pilichowski en reprend les codes en présentant Tapie comme « le Zorro de l’industrie », un « bon capitaine d’équipe qui réunit ce qu’il y a de mieux dans le management actuel » ou en évoquant « son talent de gestionnaire » comme une évidence. Ses propos traduisent l’incompréhension profonde de ce que fait Tapie. Comme le montrent les archives, les profits dont parle Tapie sont liées à des artifices comptables qui traduisent une gestion liquidative des actifs[5]. Si l’on voulait comprendre ce qu’il se passait, il valait mieux lire La Tribune Le Progrès : « il ne s’agit pas là de bénéfices commerciaux, mais d’une simple gestion immobilière ou de contrats de location-gérance avec différentes entreprises » ainsi que le note Jérôme Buisson le 28 novembre 1984.

Trente-cinq ans plus tard, la société a livré son verdict pour paraphraser Didier Eribon[6] : Hélène Pilichowski est éditorialiste dans divers médias (RTL, France 5 etc.) et peut livrer à tout un chacun son opinion comme en 2015 sur les chercheurs grenoblois « sur les pistes de ski ou dans les clubs de tennis »[7] ou en 2017 sur les chiffres des viols « faux » ou « excessifs »[8]. Nous n’avons pas trouvé trace de Jérôme Buisson. Pas sûr qu’il soit dans une Rolls ou sur un plateau télé.

[1] Noiriel, G. (2019). Le venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République. La Découverte.

[2] La production récente témoigne de son intérêt. Cf. Pascal Raggi (2019). La désindustrialisation de la Lorraine du Fer. Classique Garnier. La revue 20&21 et la Revue du Rhin Supérieur consacrent chacun un numéro à la désindustrialisation cette année.

[3] Fontaine, M. & Vigna X. (2019). « La désindustrialisation, une histoire en cours ? », 20&21. Revue d’histoire, 144, 2-17.

[4] Cusset, F. (2013). La décennie: le grand cauchemar des années 1980. La Découverte.

[5] Jerman, L., & Labardin, P. (2018). D’une instrumentalisation de la prudence. La revente du parc immobilier de Manufrance (années 1970-années 1980). Entreprises et histoire, (3), 59-72. Labardin P. (2019), Le visible et l’invisible. Une histoire de la fin de Manufrance. Revue du Rhin Supérieur.

[6] Eribon, D. (2013). La société comme verdict. Fayard.

[7] http://www.genevieve-fioraso.com/2015/10/02/mon-indignation-apres-les-propos-infamants-tenus-dans-lemission-c-dans-lair-sur-les-chercheurs-grenoblois/

[8] https://www.lexpress.fr/actualite/medias/une-journaliste-cousine-de-hollande-minimise-le-nombre-de-viols-sur-itele_1872286.html