C’était quoi les années 80 pour l’entreprise (4) ? Le néo-libéralisme comme histoire de la pensée contre le néo-libéralisme comme histoire des faits. Et de quelques conséquences sur les comptabilités écologiques et sociales

Dans ce post, je voudrais juste revenir sur une notion utilisée implicitement par nombre de collègues critiques. Le néo-libéralisme et la financiarisation sont pensés comme un phénomène globalisant et procédant d’une pensée politique qui s’incarnerait dans un grand renversement conservateur correspondant à Reagan, Thatcher et Deng Xiao Ping (cf. ce précédent post de la série). A beaucoup d’égards, cette littérature met en évidence les origines essentiellement intellectuelles d’une pensée néo-libérale. De ce point de vue, c’est ce que je qualifierai ici d’une approche du type histoire de la pensée (même si le terme est simpliste) : une idée viendrait imprimer la sphère politique qui ensuite pénètrerait le champ de l’économie.

Ce schéma général a une influence importante en comptabilité : mutations des cadres conceptuels comptables, la diffusion de la fair value comme mode d’évaluation d’un nombre croissant d’actifs (e.g. Zhang et Andrew 2014, Richard 2015). Il présente l’avantage de donner un sens à ces mutations : le capitalisme comptable s’alignerait sur un tournant néo-libéral au profit des parties prenantes financières (et au détriment des autres).

Si l’on élargit un petit peu le spectre de cette réflexion, cette idée consiste à voir dans le déplacement de la création de valeur du monde industriel vers celui de la finance un choix politique qui passerait par la transformation des lois, des règles et des normes au profit de nouvelles parties prenantes. Je ne conteste ici nullement ce déplacement qui a été largement documenté par nombre de collègues.

Il me semble simplement que cette histoire des idées (pourtant souvent revendiqué par nombre de collègues critiques) se heurte à une critique déjà énoncée dans la critique (marxiste) de Bryer (2015) à propos des travaux de Richard (2015) : une définition du capitalisme comptable marxiste ne peut se faire sans référence à des classes sociales.

C’est ici que les historiens de la désindustrialisation (et donc l’histoire économique, sociale et des entreprises) ont des choses à nous dire : le récent travail de Tomlinson (2021) vient rappeler que la désindustrialisation anglaise commence avant l’arrivée de Thatcher. Les politiques néo-libérales souhaitaient résorber la désindustrialisation qu’elles n’ont fait qu’accélérer. Il me semble que ce point de départ est important (et pas forcément propre à l’Angleterre) : c’est d’abord une chute des rentabilités industrielles dans les années 1960 et 1970 dans les pays occidentaux qui amènent à reconfigurer un nouveau capitalisme, celui de la finance, à partir des années 1980. Dit aussi simplement, cela signifie qu’on ne peut voir le néo-libéralisme que comme un mouvement de règles, de normes qui contraindraient l’accumulation du capital. Le néo-libéralisme est peut-être d’abord la rencontre d’un épuisement de la profitabilité des rentabilités dans l’industrie et une vieille utopie politique qui prétendait pouvoir y répondre. Sans jamais atteindre ses objectifs, les idées néo-libérales ont pourtant forgé notre monde.

Ce débat pourrait sembler un simple débat d’historien de la comptabilité. Néanmoins, cette interprétation importe à l’heure où certains voient dans les comptabilités écologiques ou sociales une réponse au défi climatique : l’exemple historique des années 1980 et l’avènement d’une mondialisation qui crée de la valeur qui a pu circuler (même de façon inégalitaire) paraît comme le modèle historique implicite. Comme hier pour le capitalisme industriel, il me semble que le vrai moteur historique n’est pas le fait d’imposer de nouvelles normes mais bien le déclin de la profitabilité des activités financières qui sonnera le glas du capitalisme financier. Et pourrait alors surgir d’autres comptabilités.

Pourtant, il me semble qu’il y a un écart énorme auquel l’histoire permet de réfléchir : là où le capitalisme financier permettait de compter différemment pour enrichir rapidement des parties prenantes en les enrôlant, les comptabilités écologiques vont d’abord être le symbole d’un appauvrissement et d’un risque de déclassement. Il n’y a qu’à regarder l’histoire des mondes ouvriers désindustrialisés pour voir ce qui peut nous guetter.

Je ne suis pas sûr que changer notre façon de compter suffise à produire un système politique aussi stable que le néo-libéralisme a pu produire (ce qui ne m’empêche pas de le souhaiter à titre personnel) : le néo-libéralisme avait du capital à faire circuler pour enrôler de multiples actionnaires, managers etc. qui y ont trouvé même modestement leur place depuis une quarantaine d’années. Je vois mal aujourd’hui comment la comptabilité écologique et sociale fédèrera demain des classes sociales comme le capitalisme financier a su le faire : peut-être qu’elle surgira en échappant au matérialisme des générations qui l’ont précédé et en formant des classes autour d’idées et de valeurs plutôt que de richesse.

Je crains que l’histoire de la Virginie Occidentale, état ouvrier minier américain, longtemps bastion démocrate ne soit le modèle du risque à venir de ces comptabilités sans classe sociale. Le premier effet de l’introduction de normes environnementales fut l’appauvrissement massif des catégories sociales populaires. En 1980, à l’heure de la grande victoire de Reagan, c’est un des rares états (6 seulement) à voter Carter comme il l’avait fait depuis un siècle. En 2016, la Virginie Occidentale vota à 68,5% pour Trump, meilleur score pour ce dernier.

Bryer, R. (2015). For Marx: A critique of Jacques Richard’s ‘The dangerous dynamics of modern capitalism (From static to IFRS ’futuristic accounting)’. Critical Perspectives on Accounting, 30, 35-43.

Richard, J. (2015). The dangerous dynamics of modern capitalism (from static to IFRS’futuristic accounting). Critical Perspectives on Accounting, 30, 9-34.

Tomlinson, J. (2021). Deindustrialisation and ‘Thatcherism’: moral economy and unintended consequences. Contemporary British History, 35(4), 620-642.

Zhang, Y., & Andrew, J. (2014). Financialisation and the conceptual framework. Critical perspectives on accounting, 25(1), 17-26.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.