Mesurer les progrès de la technique comptable ?

L’an dernier, le prestigieux Journal of Economic History publiait un article de Caitlin Rosenthal sur les pratiques comptables dans le Massachussets entre 1875 et 1895. Sur un échantillon de 713 entreprises, elle met en évidence les résultats suivants: une forte augmentation de l’équilibre des comptes (de 62% à 96%) et une plus légère augmentation des pratiques d’amortissements (18 à 24%). Elles constatent un lien entre les entreprises dont les comptes sont équilibrés et qui amortissent (ma traduction de depreciation) et leur durée de vie.

Ces résultats suggèrent un résultat important pour les liens entre capitalisme et comptabilité, un débat souvent repris depuis la thèse de Sombart: le développement de la partie double correspondrait au développement du capitalisme. Le travail de Carruthers et Espeland (1991) a souligné que la technique n’allait pas sans des valeurs et un discours qui contribuaient à cadrer le capitalisme.

Les données de Rosenthal (2020) semblent suggérer le lien suivant : une amélioration de la pratique comptable (mesurée par l’équilibre des comptes et la pratique de l’amortissement) aurait permis une meilleure gestion (mesurée par les moindres faillites). Si le résultat peut paraître intuitif, il est compliqué à mesurer historiquement. Discuter les outils de mesure me paraît ici ouvrir d’autres explications que celle envisagée par Rosenthal et complexifier la dynamique observée.

Mesurer les erreurs

Rosenthal choisit la question des erreurs de calcul pour capter cette amélioration des pratiques. Le constat n’est pas nouveau et Brief (1965) l’avait fait il y a plus de 50 ans, mais Rosenthal en donne une quantification à une période où, en l’absence de preuves, la façon d’opérationnaliser les progrès de la technique comptable n’est pas si évident.

Paradoxalement, l’histoire de la comptabilité anglo-saxonne largement plus développé qu’en Europe continentale souffre, en matière de sources, de l’absence de régulation sur la comptabilité, ce qui n’est pas le cas des comptabilités continentales européennes. En France depuis 1673 (Labardin 2011), à Bilbao dès le XVIIIe siècle (Hernandez-Esteve 1996), en Prusse en 1794 (Hoffman et Detzen 2013) et plus largement en Europe au XIXe siècle (Walton 1993). Ces régulations amènent à un contrôle au moment des faillites des pratiques comptables et les travaux qui mobilisent ces sources sont rares et à ma connaissance seulement français (Lemarchand 1994, Soula 2009, Labardin 2011 2013). Il présente un biais évident puisque seuls les faillis y figurent et donc qu’il n’est pas possible de questionner la durée de vie des entreprises en fonction de leur comptabilité (comme le fait Rosenthal).

Cette source permet de documenter le type de livres de comptabilité tenu. Les résultats d’un travail sur 500 dossiers de faillite entre 1847 et 1887 (Labardin 2011) ne font pas ressortir en France d’amélioration sensible des pratiques comptables chez les faillis, mais un lien clair selon la taille du passif (que l’on peut imaginer comme un proxy de la taille de l’entreprise) et les pratiques comptables : plus l’entreprise est importante, moins l’on trouve d’entreprise sans comptabilité.

Rosenthal (2020) utilise le même type d’artefact juridique comme source. Une obligation propre au Massachussets rend obligatoire la publication d’informations comptables auprès des autorités. Mais, même s’il s’agit d’une belle opportunité, il reste possible que ces déclarations soient différentes des comptabilités réellement tenues. Autre question qui plane sur le texte : les conditions de collecte (ou des changements dans les sanctions) ont-elles évolué et ne pourraient-elles pas expliquer de tels écarts ? Admettons qu’il n’en est rien.

Après Brief (1965), la question que pose Rosenthal (2020) porte finalement sur la signification de ces erreurs qui fait consensus dans la littérature. Elle note un progrès à la fin du XIXe siècle. Si le constat dépassait le Massachussets, une hypothèse serait de le lier à la bureaucratisation des entreprises et au développement des emplois de bureau à la fin du XIXe et début du XXe siècle qui font l’objet d’un relatif consensus aux Etats-Unis (Chandler 1977), en Grande-Bretagne (Wilson 1998, Heller 2011) ou en France (Labardin 2007). Le développement de services comptables d’une part et de l’enseignement du calcul d’autre part pourraient former une explication à ces évolutions.

Mesurer la diffusion de l’amortissement

Le deuxième outil de mesure des progrès de la comptabilité est la pratique d’un amortissement, d’une dépréciation du capital. Premier constat : l’évolution est beaucoup moins spectaculaire (18 à 24%) que pour les erreurs (62 à 96%). Un texte parfois oublié de Bryer (1993) fournit une explication à ce faible changement : la faible pratique de l’amortissement peut se lire comme une pratique rationnelle dans le contexte de l’époque.

Sans forcément se situer dans la filiation marxiste de Bryer, les travaux de Napier sur IPO en Grande-Bretagne (1990, 1991) avaient déjà souligné les pratiques de réserves occultes dans lesquels l’amortissement joue un rôle central. Plus récemment Edwards (2019) pour la sidérurgie et Boyns (2021) pour l’automobile et les cycles documentent un sur-amortissement qui est l’occasion de réserves occultes (et donc d’auto-financement). Le lien de ces pratiques avec la distribution de dividendes peut être interrogé (Pitts 1998). Les travaux envisagent une palette d’autres explications rationnelles aux comportements stratégiques qui entourent l’amortissement.

Dans ce contexte, l’absence d’amortissement peut tout simplement correspondre au passage intégral de l’acquisition des actifs en charge sur une année, ce que Lemarchand (1993) a documenté chez plusieurs entreprises françaises. Cette solution est un auto-financement déguisé qui permet de minorer le profit dans des entreprises où un profit trop important pourrait amener à des mouvements sociaux.

Evidemment, le fait que les sociétés soient cotées est un facteur important et il ne semble pas que ce soit le cas chez Rosenthal puisqu’il est question de sociétés déclarées à l’administration.

Ces différents travaux ne manquent pas d’interroger la portée des résultats de Rosenthal (2020) : si l’amortissement progresse légèrement dans son échantillon, que mesure-t-on finalement ? Le progrès des techniques comptables ou une adaptation à un certain type de capitalisme qui prévilégie l’autofinancement ?

Ce type de recherches me paraît à la fois intéressante et risquée : d’un côté, elles permettent de donner des ordres de grandeur, des dynamiques historiques intéressantes (et on a peu d’études même si certaines sortent en ce moment comme Masayochi et alii 2021 sur les pratiques comptables au Japon dans l’Entre-deux-guerres). Néanmoins, la mesure semble parfois capter des dynamiques historiques multiples.

Boyns, T. (2021). Depreciation during the second industrial revolution: the British cycle and motor vehicle industries, c. 1896–c. 1922. Accounting History Review, 31(1), 1-40.

Brief, R. P. (1965). Nineteenth century accounting error. Journal of Accounting Research, 12-31.

Bryer, R. A. (1993). The late nineteenth-century revolution in financial reporting: Accounting for the rise of investor or managerial capitalism?. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 649-690.

Carruthers, B. G., & Espeland, W. N. (1991). Accounting for rationality: Double-entry bookkeeping and the rhetoric of economic rationality. American journal of sociology97(1), 31-69.

Chandler, A. (1977). The visible hand. The managerial revolution in American business. Trad. La main visible des managers. Une histoire économique. Economica,(1988), Paris.

Edwards, J. R. (2019). Accounting for the erosion of fixed assets 1863–1900. A case study. Accounting History Review29(2), 287-304.

Heller, M. (2011). London clerical workers, 1880–1914: development of the labour market. Routledge.

Hernández-Esteve, E. (1996). Merchants’ organizations and accounting regulation in eighteenth-century Spain: the ordinances of the Tribunal of Commerce of Bilbao. Accounting, Business & Financial History6(3), 277-299.

Hoffmann, S., & Detzen, D. (2013). The regulation of asset valuation in Germany. Accounting History18(3), 367-389.

Labardin, P. (2007). La surveillance des comptables en France (fin du XVIIIe siècle–Entre-deux-guerres). In Gérer et Comprendre. Annales des Mines (No. 88, pp. 36-46).

Labardin, P. (2011). Accounting prescription and practice in nineteenth-century France. An analysis of bankruptcy cases. Accounting History Review21(3), 263-283.

Labardin, P. (2013). Accounting valuation in nineteenth-century French bankruptcies. Accounting History18(3), 391-414.

Lemarchand, Y. (1993). Du dépérissement à l’amortissement, enquête sur l’histoire d’un concept et de sa traduction comptable (Doctoral dissertation, Université Paris XII Val de Marne).

Lemarchand, Y. (1994). A propos des dispositions comptables de l’Ordonnance de 1673. Revue de droit comptable3, 17-37.

Masayoshi, N., Kitaura, T., Sumi, Y., & Shimizu, Y. (2021). Corporate governance in Japan in the 1930s and its impact on financial reporting practice. Accounting History Review31(2), 193-214.

Napier, C. J. (1990). Fixed asset accounting in the shipping industry: P&O 1840–1914. Accounting, Business & Financial History1(1), 23-50.

Napier, C. J. (1991). Secret accounting: the P&O Group in the inter-war years. Accounting, Business & Financial History1(3), 303-333.

Pitts, M. V. (1998). Did dividends dictate depreciation in British coal companies 1864-1914?. Accounting History3(2), 37-67.

Rosenthal, C. (2020). Balancing the Books: Convergence and Diversity of Accounting in Massachusetts, 1875–1895. The Journal of Economic History80(3), 782-812.

Soula, M. (2009). La banqueroute frauduleuse en Languedoc au XVIII e siècle: entre négociation et répression. Revue historique de droit français et étranger , 427-446.

Walton, P. (1993). Company law and accounting in nineteenth-century Europe. European Accounting Review2(2), 286-391.

Wilson, R. G. (1998). Disillusionment or New Opportunities?: The Changing Nature of Work in Offices, Glasgow 1880–1914. Routledge.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.