Vers une histoire (de la comptabilité) plus scientifique ?

Les termes d’un débat

Ce printemps, est apparue une controverse partant d’un débat public autour des manifestations du 6 janvier 2021 au Capitole. Un texte paru sur AOC (accès payant) de Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha et fondé sur un Working Paper proposait de construire un lien statistique entre les anciens combattants de la Première Guerre Mondiale et la collaboration sous Vichy. Ce travail a fait l’objet d’une critique (accès payant) de la fiabilité des sources par Anne-Sophie Anglaret, Tal Bruttmann, Sarah Gensburger, André Loez et Antoine Prost. La réponse (accès payant) à cette critique d’économistes portait sur l’importance du travail statistique et la rigueur qu’elle apporterait. Sur le blog Devenir historien, on trouvera une synthèse des critiques des historien.nes.

Un point apparaît à la lecture des deux critiques : chacun revendique une rigueur mais qui n’est pas située au même endroit. Les historien.nes attaquent la fiabilité des données et leur capacité à représenter la réalité que les économistes. Ils notent ainsi :

“Le problème est que ces chiffres, cette carte, et donc la variable « servi à Verdun sous Pétain », sont de purs artefacts qui n’ont aucun sens et aucun rapport avec la réalité observable durant la Grande Guerre. En effet, au fond de notre critique, et de notre désaccord avec nos collègues économistes, existe un sérieux malentendu sur la manière dont fonctionnent les régiments français de 1914-1918.”

Au contraire, les économistes regrettent “l’anti-économisme” des critiques et clament dès le sous-titre que “la statistique n’est pas une discipline facultative”.

Localiser la rigueur scientifique : la critique des sources ou leur traitement ?

Le débat porte en lui me semble-t-il deux localisations de la rigueur scientifique qui dépasse ce seul cas. D’un côté, certains économistes traitent les sources comme une donnée, c’est-à-dire une réalité qui est représentative du réel : des recensements, des bilans d’entreprise ou toute statistique sont traités comme une représentation du réel (comme le décalque d’un monde que nous ne pouvons plus observer puisque disparu). La donnée n’est pas critiquée et dans le meilleur des cas, une brève contextualisation permet d’en définir les limites. L’objectivation de ces données amène à la constitution de bases qui deviennent autant de boîtes noires résistant à toute critique.

A partir de ce postulat, la question de la rigueur est déplacée vers le traitement de la source et les outils d’analyse statistique que l’on peut déployer : économétrie, analyse lexicographique sont autant d’outils qui font ressortir des régularités statistiques. Se constitue ainsi un modèle très opérationnel des sources historiques qui dépasse largement le cadre des seuls économistes : de plus en plus de revues de comptabilité ou de management publient des articles à partir de corpus historiques décontextualisés. En construisant des corpus fondés sur l’observation de mots dans une base de données, les conditions de production et de réception ne sont plus interrogés. L’existence de la source devient un fait suffisant.

A l’autre extrémité du spectre, on retrouve la position défendue par les historiens. Leur travail critique les amène à critiquer la capacité de la quantification à représenter la réalité que les économistes prétendent représenter. Les historiens de la comptabilité connaissent bien ce problème. Nombre de collègues d’autres disciplines viennent échanger pour rechercher dans le bilan cette représentation du réel. Et souvent les sources amènent au constat (frustrant pour les autres disciplines) de Billings et Capie (2001) :

“It is well known that banks in England did not publish their ‘true’ profits until 1969” (p.225)

La critique des sources est ainsi un exercice qui aboutit souvent à relativiser la capacité d’une source à mesurer la réalité. Une alternative à cette solution est de voir dans la quantification un outil de pouvoir, ce qu’elle est aussi : le choix des objets de quantification, les conventions de mesure, le choix de ce qui n’est pas quantifié, voici autant de points qui montrent l’exercice du pouvoir. Tiquet (2017) l’exprime clairement à propos des écrits administratifs coloniaux au Sénégal.

La difficulté de cette posture porte sur la question du réductionnisme de toute source à un unique outil de pouvoir : que les représentations soient déformées paraît tout à fait crédible dans nombre de cas et le lier semble naïf. Néanmoins, il semble difficile d’imaginer que dans toute opération de quantification, il n’y ait aucune proximité au réel. Par exemple, certains comptes paraissent plus susceptible que d’autres d’être manipulé : le profit, résultat de multiples opérations paraît ainsi plus manipulable qu’un compte de caisse. Mais peut-être est-ce à partir de ce compte de caisse qu’il faut travailler pour approcher le réel. La critique des sources doit donc aussi amener à identifier le crédible du moins crédible et ne peut éternellement être invoquée pour empêcher tout traitement statistique.

Les risques d’une histoire de la comptabilité décontextualisée

La réduction du nombre de postes en université en histoire (et particulièrement en histoire économique) et l’augmentation dans des disciplines comme l’économie ou les sciences de gestion au cours des quarante dernières années a une conséquence scientifique majeure : le savoir historique tend à être moins produit dans les départements d’histoire et davantage dans les départements d’économie et de gestion.

Un des intérêts de cette démarche est l’incorporation croissante des problématiques de ces disciplines à l’histoire. Il n’est pas sûr que beaucoup de collègues historiens se soient intéressés à l’histoire de la comptabilité sans l’émergence d’approches historiques en comptabilité. Et ce carnet hypothèses n’aurait pas existé.

Il existe néanmoins un risque à cette mutation : celui d’une histoire se focalisant sur le traitement des sources comme de simples données n’étant pas sujet à une critique. Ce risque est d’autant plus vif que la constitution de bases de données historiques offrent l’apparence de l’objectivité de la source. Nombre de disciplines académiques ne se focalisent plus sur la contextualisation d’un recensement par exemple : or, si on connaît (et encore…) les modes de production des données contemporaines, la fabrique de données anciennes est historiquement située, amenant à des biais qui faussent les résultats. Les processus de révision des revues anglo-saxonnes et une certaine américanisation des sciences sociales augmentent encore ce risque.

Derrière l’apparence de l’objectivité et la quête de scientificité, ces corpus décontextualisés font courir le risque de production de savoirs d’apparence propres mais finalement peu robustes. Si les méthodologies provoquent des agacements comme celles citées ci-dessus, c’est d’abord qu’elles consacrent des catégories faussement représentatives mais qui semblent l’être (recensements, comptabilité, revues etc.) et formant une (apparente) cohérence interne. A beaucoup d’égards, le chapitre Les unités du discours de l’archéologie du savoir de Foucault (1969) en reste une critique remarquable.

Capie, F., & Billings, M. (2001). Accounting issues and the measurement of profits-English banks 1920–68. Accounting, Business & Financial History11(2), 225-251.

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Paris, Tel.

Tiquet, R. (2017). Rendre compte pour ne pas avoir à rendre des comptes. Pour une réflexion sur l’écrit administratif en situation coloniale (Sénégal, années 1920-1950). Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, (137), 123-140.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.