L’Entre-deux-guerres et la comptabilité en France (1) Penser aujourd’hui à partir d’hier

En ce début d’année, je voulais revenir sur un sujet plus lié à mes recherches actuelles sur l’Entre-deux-guerres, une période que je trouve particulièrement intéressante pour penser aujourd’hui. J’avais déjà évoqué ici la faiblesse des critiques envers l’histoire en gestion par certains collègues. Je voulais ici indiquer à l’inverse ce que l’histoire peut apporter.

Il me semble que l’on peut retrouver deux arguments de nature différente (qui reprend ce que Lemarchand et Nikitin (2014) un petit peu différemment).

La construction historique du management

Le premier consiste à considérer que les acteurs contemporains (managers, actionnaires, salariés, dirigeants etc.), les structures organisationnelles, les outils de gestion (comptables, RH etc.) sont des constructions sociales et que cette construction sociale pèse sur ce qu’ils sont aujourd’hui. Cet argument repose sur une position qui emprunte à la sociologie en affirmant le poids social (et donc historique) des pratiques de gestion.

Cet argument se retrouve assez facilement duplicable : un outil de gestion créé pour un usage se trouve comme emprisonné historiquement dans cet usage. Il n’est pas très compliqué d’imaginer que des personnes l’ayant utilisé des années durant avec un usage, un objectif aient du mal à en changer. C’est d’ailleurs me semble-t-il en faisant l’histoire de ces outils que l’on en comprend l’ambiguïté : de l’enthousiasme qui entoure son apparence, on passe rapidement aux critiques quant à sa lourdeur.

Je prendrai ici un exemple ici, celui de l’histoire du décloisonnement des espaces de travail (Labardin 2013, Labardin 2014). Historiciser cette question permet de montrer que la même pratique (le décloisonnement des bureaux) peut se faire pour des raisons très différentes : dans un moment tayloriste, la surveillance justifie le décloisonnement alors que la mise en place des open space (après les années 1960) visent des objectifs différents (circulation des informations, appropriation des espaces). Mais, le poids d’habitudes historiques prise au cours du tayloriste explique en grande partie la persistance ultérieure de pratiques de surveillance.

L’histoire comme expérience alternative

La deuxième est de nature différente : il considère les pratiques d’autrefois comme autant de configurations expérimentales, invitant à dresser un parallèle entre hier et aujourd’hui.

Une des façons de voir ce rapprochement est exprimé par Lemarchand et Nikitin (2014) qui y voient l’histoire de dilemme managériaux, le passé étant l’occasion d’observer des réponses à des problèmes très contemporains.

Cette conception n’est pas sans lien me semble-t-il avec l’ouvrage de Diamond et Robinson (2010) qui considère l’histoire comme l’occasion d’expérience sur le modèle de sciences dures ou de l’économie expérimentale. Cette conception a suscité des critiques en histoire devant le risque de décontextualisation de certaines configurations (Bourgeois-Gironde et Monnet, 2017).

Dans une autre tradition scientifique, il me semble que ces configurations expérimentales peuvent avoir quelques parentés avec une conception émancipatrice de l’histoire (de Cock, Larrère et Mazeau, 2019).

L’intérêt de l’histoire est alors de rechercher une proximité avec le présent pour interroger les points communs et les différences. Le travail sur archives peut permettre d’expérimenter des configurations que nous ignorons aujourd’hui (ou que nous avons oublié) ou par exemple de penser différemment des situations extrêmes. C’est ainsi que l’on peut comprendre l’appétence renaissante pour l’histoire économique à chaque crise.

Le papier récent de Baubeau et Riva (2020) sur l’articulation entre scandales financiers et faible régulation bancaire dans les années 1930 fournit ainsi un bon exemple de cet autre usage de l’histoire.

Cette seconde configuration me paraît bien convenir comme parallèle avec notre modernité. J’y vois au moins quatre parallèles :

  • la crise économique de 1929 qui nous renvoie à une crise financière mondialisée ;
  • la montée des populismes dans l’Entre-deux-guerres et l’articulation aux conditions économiques ;
  • la montée des technologies dans les entreprises (machines à écrire, pointeuses etc.) qui bouleverse le management comme aujourd’hui ;
  • l’existence de scandales à dimension nationale mêlant finance et politique.

Je ne veux pas en listant ces points construire l’idée que cette période est un miroir fidèle de ce que nous vivons aujourd’hui (ce serait absurde). D’autres éléments diffèrent sensiblement et des parallèles hâtifs seraient absurdes. Ils fournissent néanmoins des façons de penser différemment notre époque.

Bibliographie

Baubeau, P., & Riva, A. (2020). Au prisme du scandale: crise, faillites bancaires et régulation financière dans la France de l’entre-deux-guerres. Entreprises et histoire, (4), 44-63.

Bourgeois-Gironde, S., & Monnet, É. (2017). Expériences naturelles et causalité en histoire économique. In Annales. Histoire, Sciences Sociales (Vol. 72, No. 4, pp. 1087-1116). Éditions de l’EHESS.

De Cock, L., Larrère, M., & Mazeau, G. (2019). L’histoire comme émancipation. Agone.

Diamond, J., & Robinson, J. A. (Eds.). (2010). Natural experiments of history. Harvard University Press.

Labardin, P. (2013). Une histoire des bureaux comptables. In Mélanges en l’honneur de Yannick Lemarchand, L’harmattan.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Lemarchand, Y., & Nikitin, M. (2014). La méthode en histoire et l’histoire comme méthode.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.