C’était quoi les années 80 (pour l’entreprise) ? 3. Les années 80 vus des années 90

Je continue la série entamée ici et ici pour arriver à la perception que laissent les années 80 dans les années 90. Pour comprendre cette construction, il faut se rappeler le contraste entre les économies occidentales libérales d’une part et l’ancien monde communiste d’autre part. Ce qui n’est pas encore nommé néo-libéralisme apparaît ainsi par contraste comme la supériorité de l’ouest sur l’est. Les chercheurs sont tentés de chercher dans les années 80 ce qui a pu expliquer l’effondrement d’un système centralisé (le communisme) et au contraire la vitalité des économies occidentales.

Ecrire le passé pour définir l’avenir

J’avais expliqué ici en reprenant notamment le numéro spécial coordonné par Descamps et Quenouëlle-Corre (2018) la tentation de plaquer les périodisations américaines et anglaises sur le cas français. Cette redéfinition du passé n’est pas que querelle historique, elle permet également de définir ce qu’il faut faire à l’avenir. C’est ainsi que le courant Law and Finance (La Porta et alii, 1998) se développe à partir notamment de travaux historiques. Il s’agit de montrer que le cadre légal impacte l’efficacité économique et ces travaux mettent en évidence la supériorité d’un système de droit commun anglo-saxon.

Le nombre de citations (23048 pour ce seul article au 12/11/2020) démontre son influence. On se retrouve ici face à un paradoxe : des recherches historiques ultérieures ont largement contesté ces travaux (par exemple Musachio et Turner, 2013). Mais ces travaux n’empêchent pas l’idée de se répandre que le cadre légal impacte l’efficacité et justifie donc de modifier l’existant pour favoriser l’efficacité économique. On peut comprendre ainsi la mutation proposée par Holthausen et Watts (2001) de la théorie positive de la comptabilité (étudier les pratiques comptables) vers une théorie normative (tirer de ces résultats des prescriptions), le même mouvement historique.

Cette réécriture du passé rejoint la dimension organisatrice de l’histoire (Wadhwani et alii, 2018). Définir un passé auquel on donne un sens commun contribue non seulement à définir une identité (ici, nous sommes libéraux et non communistes), mais aussi un projet pour l’avenir (ici, nous voulons nous transformer pour ressembler aux anglo-saxons).

Les années 80 comme matrice de l’efficacité ou d’une autre forme de gouvernement ?

Un autre courant de recherche ancré autour des travaux de Michel Foucault donne une autre lecture de cette dynamique historique. Les travaux autour de Peter Miller (Miller et Rose, 1990, Miller et Napier, 1993) contribuent à développer l’idée de la force de cadrage de la comptabilité sur les pratiques, ce qui n’est pas sans rappeler les thèses de La Porta et alii (1998). On retrouve ici les parentés entre néo-libéraux et foucaldiens évoqués dans le dernier billet et que Dean et Zamora (2019) ont creusé.

Mais la différence qu’offre cette lecture est de ne pas discuter ce cadrage en terme d’efficacité, mais plutôt en terme de façon de gouverner. Dans ces mêmes années 90, se diffuse l’idée que les outils de gestion cadrent les comportements dans les organisations et sont construits historiquement (par exemple Miller, 1991 pour la VAN en Grande-Bretagne).

Cette lecture est riche. Elle permet de comprendre comment un champ de savoir par sa structuration, amène une idée à s’imposer comme vrai et à produire des effets tout à fait réel comme le néo-libéralisme. Et un petit peu comme la Révolution Française a contribué à créer une origine dans les Lumières (Chartier, 1989), le néo-libéralisme par ses effets, trouve à partir des années 2000, ses origines dans les années 80.

Il me semble que c’est ainsi que l’on peut comprendre le titre de Bernard Colasse sur la résistible ascension des IASC/IASB ou celui de Michel Capron sur les normes comptables, instrument du capitalisme financier. Selon où l’on se situe, on peut les lire comme l’histoire vus par les perdants ou par ceux qui contribuent à construire les fondements de futures résistances.

Pierre Labardin

Capron, M. (2005). Les normes comptables, instrument du capitalisme financier. La découverte.

Chartier, R. (1989). Les origines culturelles de la Révolution française. Seuil.

Colasse, B. (2004). Harmonisation comptable internationale. De la résistible ascension de l’IASC/IASB. Gérer et comprendre75, 30-40.

Dean, M. & Zamora, D. (2019). Le dernier homme et la fin de la révolution. Montréal, Lux Editions.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138).

Holthausen, R. W., & Watts, R. L. (2001). The relevance of the value-relevance literature for financial accounting standard setting. Journal of accounting and economics31(1-3), 3-75.

La Porta, R., Lopez-de-Silanes, F., Shleifer, A., & Vishny, R. W. (1998). Law and finance. Journal of political economy106(6), 1113-1155.

Miller, P. (1991). Accounting innovation beyond the enterprise: problematizing investment decisions and programming economic growth in the UK in the 1960s. Accounting, Organizations and Society16(8), 733-762.

Miller, P., & Napier, C. (1993). Genealogies of calculation. Accounting, Organizations and Society18(7-8), 631-647.

Miller, P., & Rose, N. (1990). Governing economic life. Economy and society19(1), 1-31.

Musacchio, A., & Turner, J. D. (2013). Does the law and finance hypothesis pass the test of history?. Business History55(4), 524-542.

Wadhwani, R. D., Suddaby, R., Mordhorst, M., & Popp, A. (2018). History as organizing: Uses of the past in organization studies, Organization Studies, 39(12), 1663-1683.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.