C’était quoi les années 1980 (pour l’entreprise) ? 1. Faire l’époque

Ce texte part d’un agacement de chercheur : celui de voir dans la sphère publique, chez des chercheurs critiques ou mainstream, l’idée de la prédominance indiscutable et sans nuance du modèle néo-libéral et financier anglo-saxon depuis les années 1980. Présenté comme acquis, il est devenu comme hors de l’histoire. Pensé comme souhaitable par les uns (il aurait réduit la pauvreté dans le monde) ou critiquable pour d’autres (il aurait augmenté les inégalités), il apparaît comme d’abord politique, Reagan et Thatcher ayant en quelques sorte enfanté partout à travers le monde une ribambelle de descendants ultra-libéraux dont les nuances ne seraient que peu de choses à côté de ce qui les unit. Je crois, au contraire, que ces différences sont moins négligeables qu’on ne le croit et ne concernent pas que des débats d’historiens pinailleurs.

L’époque vécue, l’époque nommée

La relecture du passé par les chercheurs consiste à caractériser a posteriori un moment comme un point de bascule historique pour beaucoup de travaux de sciences sociales. Cette opération de qualification historique s’intègre d’abord à un débat et aboutit à une forme de consensus historique. Les acteurs qui y ont participé ont une conscience partielle de leur fonction historique.

Un exemple de ce hiatus entre la dénomination d’une époque et sa conscience par celles et ceux qui la vivent, est celui de la Révolution Industrielle. Les acteurs n’ont pas forcément conscience du mouvement historique auquel ils participent et n’en voit qu’une partie : ainsi au XIXe siècle, la Révolution Industrielle n’apparaît qu’a posteriori aux historiens comme un phénomène global. Au contraire, les contemporains voient davantage les effets de mutations plus immédiates comme le développement des machines, le système usinier ou les mouvements sociaux de lutte. Comme le note Ravelli (2019), le premier usage du terme date de 1838, bien après de multiples mouvements sociaux résultat de lutte contre le capitalisme industriel. La qualification permet d’agréger des dimensions multiples pour en faire époque.

Le même phénomène opère pour les Trente Glorieuses comme le notent Angeletti, Deluermoz et Galonnier (2019) : en nommant une époque, on contribue à en façonner la mémoire (dans ce cas une histoire positive). En reprenant cette qualification de Trente Glorieuses, cette périodisation passe par exemple sous silence une histoire environnementale moins positive.

Les années 1980 comme époque

Les années 1980 constitue un changement programmatique vers des politiques néo-libérales : Thatcher en 1979 au Royaume-Uni et Reagan l’année suivante aux Etats-Unis fournissent ainsi le point de départ à la reconstruction historique d’une rupture. Cette lecture du passé est par exemple celle proposée par David Harvey (2005, traduction française de 2014) dans sa brève histoire du néo-libéralisme. Ce livre, cité au 16 juin 2020, 28634 fois, a de quoi faire envie à beaucoup de chercheurs par la reconnaissance dont il bénéficie.

La première phrase de l’introduction paraît ainsi anodine :  » les historiens de l’avenir regarderont sans doute les années 1970-80 comme un tournant révolutionnaire dans l’histoire économique et sociale du monde » (p.15). Lu ainsi par celles et ceux s’intéressant de loin à l’histoire, cette phrase peut paraître frappée du sceau de l’évidence. Mais, comme Blanqui en 1838 pour la Révolution Industrielle, cette phrase est aussi une façon de faire époque, de qualifier et délimiter un mouvement : donc simplement de dire ce qu’il faut voir et retenir de cette époque (et donc en oublier). Dès la page 15, suit un double mouvement qui définit le néo-libéralisme : politique avec l’arrivée de nouveaux dirigeants (Deng Xiao Ping, Thatcher, Reagan) articulée au primat des marchés et de la finance comme mode de régulation.

En une page, Harvey écrit un scénario simple de ce qui peut définir l’époque (les années 80), c’est-à-dire la conversion assez brutale à une nouvelle doctrine. Cette lecture, par la place laissée à des catégories sociales dominantes et aux mécanismes de pouvoir peut largement s’appuyer sur les pensées d’auteurs majeurs de sciences sociales comme Marx, Foucault ou Bourdieu (Laval, 2018).

Cette thèse simpliste et universaliste n’est pas nouvelle, et on peut malheureusement facilement réduire Harvey à cela (alors qu’il y a beaucoup plus). Son ouvrage apparaît comme une référence faisant consensus chez les auteurs critiques en sciences sociales, quinze ans après sa parution. La profondeur historique (vingt-cinq ans au moment de sa publication) que prend le néo-libéralisme, imprégnant progressivement de multiples strates de la société contribuent à réaliser l’importance des évènements des années 1980. Et d’une certaine façon, ce livre a contribué à faire l’époque.

Le poids du néolibéralisme universaliste, le choc des diversités nationales

Survolé ainsi, Harvey sert de référence à une vision simpliste : le néo-libéralisme serait d’abord une renonciation politique qui aurait donné sa force à un mouvement auquel il faut résister. Et en simplifiant le schéma historique, on prend le risque d’écrire des choses factuellement fausses.. Il ne manque pourtant pas de travaux ayant souligné les multiples formes du néo-libéralisme.

A commencer par Harvey lui-même, beaucoup de recherches ont montré que le schéma de diffusion du néo-libéralisme est plus complexe qu’il n’y paraît. La brillante préface de l’édition française de Denord (2014, 7-9) tord ainsi le cou à trois idées reçues :

  1. l’anti-étatisme du néo-libéralisme, alors que le néo-libéralisme consiste au contraire à (im)poser ses règles à l’Etat ;
  2. le primat anglo-saxon est relativisée à travers par exemple l’expérience chilienne des années 1970 ;
  3. la tendance à gommer les traditions nationales. Et particulièrement, la résistance d’un modèle allemand, japonais ou français.

Dans ce dernier cas que je connais mieux (la France), la complexité de la définition de l’époque renvoie à plusieurs questions. D’abord, l’histoire du néo-libéralisme est aussi une histoire intellectuelle qui remonte aux années 1930 (Denord, 2016). Faire époque des années 1980 autour du néo-libéralisme, c’est implicitement y rattacher d’autres évènements antérieurs. Dans le tournant néo-libéral daté des années 1980, il faut bien y voir une convention pour définir un mouvement par la période où il passe du monde des idées au monde social.

Assez étrangement, ce discours simplificateur se développe en revendiquant l’héritage d’auteurs comme Foucault. Pourtant, Foucault distinguait déjà entre l’ordolibéralisme allemand et le néolibéralisme américain (Laval 2018, 47-55), ce qu’oublient parfois celles et ceux qui le revendiquent. Ce risque d’une théorisation surplombante est bien de masquer le réel : le même problème s’était déjà posé pour la réception de Surveiller et Punir (Fabre et Labardin, 2019). Entre une sur-théorisation voyant le néo-libéralisme comme unique et une recherche restant au ras du terrain pour laquelle rien n’est généralisable, il existe un moyen terme mêlant approche globale et tradition locale.

La conséquence de cette sur-théorisation est d’étendre le néo-libéralisme et la financiarisation à un phénomène englobant et totalitaire au mépris des sources. C’est contre une telle emprise qu’on peut lire le numéro de Vingtième siècle dirigée par Florence Descamps et Laure Quenouëlle-Corre (et notamment son introduction, Descamps et Quenouelle-Corre, 2018) : 1983, le tournant de la rigueur ? En montrant que le fameux tournant de 1983 est moins évident qu’il n’y paraît chez les technocrates (Descamps, 2018), que les réformes financières de 1982 et 1985 inclient moins vers la finance que certains l’affirment (Quenouelle-Corre, 2018), ce numéro offre un regard à contre courant d’un néo-libéralisme universaliste.

Il permet une discussion originale montrant que le néo-libéralisme n’est pas passé par les mêmes voies en France que dans les pays anglo-saxons : dit simplement, ni Mitterrand, ni Fabius n’ont été Thatcher ou Reagan. Mais, plutôt qu’une négation du mouvement néo-libéral, il peut aussi se lire comme une invitation à creuser d’autres mécanismes de diffusion propres à chaque pays.

Le vol de l’histoire (du néo-libéralisme)

L’écriture d’une histoire calquée sur les périodisations anglo-saxonnes avec les mécanismes fondés sur les seuls cas anglo-saxons contribuant à une histoire simpliste du néo-libéralisme est un piège où s’enferment beaucoup de celles et ceux voulant porter un discours critique. En exagérant la force du néo-libéralisme anglo-saxon par une réduction du poids des histoires nationales, on accentue encore les mécanismes de soumission à un ordre anglo-saxon, perçu comme indépassable. Et il est paradoxal que certaines et certains posent la question de la résistance à un ordre qu’ils contribuent à forger.

Jack Goody (2006, traduction française de 2010) commence ainsi Le vol de l’histoire pour critiquer l’ethnocentrisme de l’histoire :

 » Le « vol de l’histoire » dont il est question dans le titre désigne la mainmise de l’Occident sur l’histoire. J’entends par là une manière de conceptualiser et de présenter le passé où l’on part des évènements qui se sont produits à l’échelle provinciale de l’Europe – occidentale, le plus souvent – pour les imposer au reste du monde » (p.13).

Ne peut-on voir ici un parallèle entre les catégories imposées par l’Europe au reste du monde pendant longtemps (capitalisme, civilisation etc.) et celles imposées par les anglo-saxons sur notre histoire du néo-libéralisme ? Dit plus brutalement, en écrivant une histoire du néo-libéralisme calquée sur le modèle anglo-saxon avec nos figures nationales (Fabius remplaçant Mauroy comme Reagan avait remplacé Carter et Thatcher les travaillistes), ne consentons-nous pas à nous faire voler notre histoire comme d’autres peuples colonisés dont nous avons volé l’histoire ? Et si la réappropriation de notre histoire était le début de l’émancipation ?

Angeletti, T., Deluermoz, Q., & Galonnier, J. (2019). Qu’est-ce qu’une époque?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 7-25. https://journals.openedition.org/traces/9628

Denord (2014). Préface à la Brève histoire du néolibéralisme, Les prairies ordinaires.

Denord, F. (2016). Le néo-libéralisme à la française: histoire d’une idéologie politique. Agone.

Descamps, F. (2018). Les technocrates du ministère des Finances et le tournant de la rigueur de 1983. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 33-47.

Descamps, F., & Quennouelle-Corre, L. (2018). 1983, un tournant libéral?. Vingtième siècle, (138) 5-15.

Fabre, A., & Labardin, P. (2019). Foucault and social and penal historians: the dual role of accounting in the French overseas penal colonies of the nineteenth century. Accounting History Review29(1), 1-37.

Goody, J. (2006). The theft of history. Cambridge University Press. Traduction de 2010 sous le titre Le vol de l’histoire, Folio.

Harvey, D. (2005). A brief history of neoliberalism. Oxford University Press, USA. Traduction de 2014 sous le titre Brève histoire du néo-libéralisme, Les prairies ordinaires.

Laval, C. (2018). Foucault, Bourdieu et la question néolibérale. La Découverte.

Quennouëlle-Corre, L. (2018). Les réformes financières de 1982 à 1985. Vingtieme Siecle. Revue d’histoire, (2), 65-78.

Ravelli, Q. (2019). Le capitalisme a-t-il une date de naissance?. Tracés. Revue de Sciences humaines, (36), 29-57. https://journals.openedition.org/traces/9428


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.