De quoi l’archive comptable est-elle le nom ?

Suite au premier billet, un collègue m’interrogeait sur le poids que Bernard Tapie a pu exercer dans les années 1980 en général et dans le cas de Manufrance en particulier. Cette interrogation rejoint les échanges sympathiques que j’avais eu avec Jean-Paul Benetière sur la fin de Manufrance dans le cas de son travail de thèse sur l’union départementale CFDT de la Loire et sa curiosité autour de la fin de Manufrance[1].

Dans les deux cas, on attend de l’archive comptable qu’elle permette de trancher la responsabilité de Bernard Tapie et d’un historien de la comptabilité qu’il attribue les (bons et mauvais) points dans une quantification aussi bien morale qu’économique. On perçoit bien dans les conflits sociaux, restructurations, fermetures d’usine depuis les années 1970 que la question de la rentabilité ou non est un enjeu rhétorique central : pour les dirigeants ou actionnaires, il s’agit de légitimer une décision, quand il s’agit pour les syndicats de la contester. L’archive comptable peut apparaître ainsi comme une ressource pour dire qui dit vrai ou faux et l’historien de la comptabilité peut devenir une forme de juge a posteriori.

Le cas de Manufrance fournit (malheureusement) une illustration des difficultés à apporter une réponse simple à une question simple. Devant les volontés de démembrement de Tapie, la CGT majoritaire, avec l’appui de la mairie communiste, crée une coopérative qui reprend les seules activités de production déficitaire en juin 1981. La coopérative fait faillite en avril 1985. A certains égards, la demande que l’on peut faire à un historien de la comptabilité peut se lire dans l’opposition des deux reportages.

On retrouve ici deux lectures de la désindustrialisation : d’un côté, celui de l’absence de calcul de coût, de pratiques marketing déficientes, bref celui de la nécessité de la restructuration qui précède la désindustrialisation. Et, de l’autre celui des conséquences de la désindustrialisation. En caricaturant, on pourrait écrire un reportage de droite et un de gauche.

Aucune de ces thèses n’apparaît fausse et l’histoire de la comptabilité ne tranche pas entre ses lectures. Elle aide plutôt à les comprendre et à les resituer.

D’un côté, le reportage de Michel Chevalet, dans son style déjà caractéristique, reprend le rapport de la CEGOS de 1971 sur Manufrance[2]. Pris isolément, l’exemple du prix de revient non calculé et des produits peu adaptés corroborent ce rapport. Le rapport fait ressortir les disparités de rentabilité entre les secteurs que vient illustrer le reportage. Ce que le journaliste n’indique pas est la dimension sociale (et potentiellement explosive) derrière ses questions : la mairie est un actionnaire important et les usines sont localisées à Saint-Etienne[3]. Diminuer le coût, c’est délocaliser et donc fermer les usines. Et demander à la mairie de le porter est impensable, a fortiori pour un maire communiste.

D’un autre côté, la thèse défendue (et qui n’est pas fausse non plus) est la suivante : la réussite de Bernard Tapie se fait largement aux dépens des ouvriers licenciés. Certaines opérations (la revente des magasins), une pratique (des transports en jet privé) apparaissent au spectateur moralement (voire légalement) discutables. On retrouve trace de ces éléments en archives. Au-delà d’une certaine imprécision de vocabulaire (mais qui vise à une vulgarisation de sujets techniques), on peut valider ces points. La revente de l’immobilier a été documenté plus précisément, via la création d’une foncière ex-nihilo dont le gain a pu être quantifié[4]. L’opération garde une part d’opacité, car on ignore si le dirigeant de la foncière, qui avait bénéficié d’une caution de 50 millions de francs, n’effectuait pas une opération de portage pour une banque (le reportage cite le Crédit Lyonnais, ce qui n’est pas impossible). On retrouve également en archives la facturation des vols en jet privé[5].

Ce n’est finalement pas le détail des faits cités qui pose ici question. C’est la lecture qu’il induit et ce qu’il dissimule. En historicisant cette lutte sociale sous l’angle de l’action de Tapie, les journalistes dissimulent le rôle des acteurs et choisissent des témoins (l’ancien maire communiste, les syndicalistes CGT) ayant eux-mêmes des choses à cacher. Le maire, Joseph Sanguedolce peut déclarer toute la méfiance que lui inspire Tapie, il n’avait pas les mêmes prévenances en juillet 1980 quand ce dernier arrive à Saint-Etienne (Le Monde, 24 et 30 juillet 1980). Nulle critique du nouveau dirigeant et même l’approbation du transfert de propriété qui permet ensuite à Bernard Tapie de déployer sa stratégie. Rétrospectivement, il paraît avoir été berné, ce qui est évidemment peu avouable. Que dire de la CGT à l’initiative d’une coopérative qui se fonde sur des aides publiques et les économies des salariés licenciés ? Lourdement épinglé à la faillite de la coopérative de 1985 dans un rapport de commissaires aux comptes (il est question de « gestion hasardeuse » et de « survie artificielle » pour expliquer leur faillite[6]), il leur est plus facile de témoigner sur les roublardises de Bernard Tapie (ce qui ne signifie pas que cela soit faux) que sur leur responsabilité dans l’hasardeuse opération coopérative. Cette dernière apparaît a posteriori davantage une initiative politique qu’économique qui n’a survécu que grâce aux subventions publiques[7].

En fait, l’angle de ce type de reportage permet de nourrir des thèses apparemment contradictoires : on peut tout à la fois souligner avec justesse l’écart entre le nombre de licenciements et le train de vie fastueux de Bernard Tapie ou ses transferts d’actifs douteux[8]. On peut tout aussi bien souligner les erreurs de gestion nombreuses de la coopérative ouvrière et l’utilité de l’épouvantail Tapie pour dédouaner les syndicats de leurs propres responsabilités. Au final, plutôt que de répondre à la question simple (c’est la faute à qui ?), il est probablement plus juste de juxtaposer ces dimensions pour donner à voir le fait dans sa totalité.

A défaut de répondre à la question de la responsabilité de Tapie ou des syndicats, il y a peut-être plus intéressant : montrer comment le comportement de Tapie a participé à une historicisation victimaire de la désindustrialisation et comment l’échec de la coopérative ouvrière a construit une historicisation de l’efficacité de Tapie (qui n’a plus guère de défenseur aujourd’hui). L’archive comptable s’avère ainsi un redoutable contrepoint aux récits ainsi véhiculés[9].

Pierre Labardin


[1] Benetière, Jean-Paul (2016). L’Union Départementale de la Loire de la CFTC-CFDT de la Loire : mutation, développement et crise d’une organisation syndicale (1944-1988), thèse de doctorat, Rennes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01262484

[2] Rapport disponible aux Archives de la Loire. 63J290

[3] Joly, Hervé (2011). Manufrance: une société anonyme trop fermée?, L’épopée Manufrance (1885-1985) : Que reste-t-il de nos amours ?. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00750964

[4] Jerman, L., & Labardin, P. (2018). D’une instrumentalisation de la prudence. La revente du parc immobilier de Manufrance (années 1970-années 1980). Entreprises et histoire, (3), 59-72.

[5] Archives de la Loire. 236J40. Le 17 février 1981, Bernard Tapie demande le remboursement de 355 534 francs facturés par sa propre société pour les transports du 26 juin 1980 à fin décembre. Les syndics refuseront la prise en compte de 104 949 francs (les vols ayant lieu avant la prise de fonction). Devant les montants, les syndics refuseront ensuite la prise en charge de plusieurs vols le 19 juin 1981 suite à une demande de remboursement de 219 743,67 francs. Les demandes seront rares ensuite, mis à part un remboursement au cabinet Borloo le 14 novembre 1983 de 77 621,62 francs. Ces sommes, pour être importantes, demeurent largement inférieures aux dettes de l’entreprise. Elles paraissent ici plus choquantes moralement que décisives dans l’explication de la fin de Manufrance.

[6] Rapport synthétique au Tribunal de Commerce de Philippe Maillard et Robert Priouret le 18 juillet 1986. Disponible aux Archives de la Loire. 236J44.

[7] Dans le même rapport, Maillard et Priouret notent qu’avec « les concours financiers externes auxquels ont normalement accès les entreprises », la coopérative n’aurait pas survécu au-delà de 1982 (sachant que son activité commence en juin 1981).

[8] Le mot douteux traduit la frustration que peut fournir l’archive. Prenons l’observation de la société foncière. On peut légitimement s’interroger sur les garanties conséquentes (50 millions de francs de caution) dont dispose le fondateur. Elle semble traduire un entregent certain ou une affaire de portage qui, n’ayant pas été indiqué au tribunal de commerce, serait illégal. Mais prouver ce point est évidemment illusoire à moins d’une chance inouïe : si l’affaire est illégale, les archives ne seront évidemment pas au tribunal et encore moins dans les archives bancaires.

[9] Ce texte développe ces idées en les détaillant. Labardin, P. (2019), « Le visible et l’invisible. Une histoire de la fin de Manufrance », Revue du Rhin Supérieur, 1, 105-116.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.