Archives de catégorie : Commentaires d’ouvrages

Déclassement économique, déclassement spatial

(Ce post mobilise un certain nombre de cartes de façon peu rigoureuse. Les notions mesurées et comparées ne sont pas toujours similaires, et donc sont critiquables. Je n’ai pas forcément toujours trouvé toutes les cartes que je cherchais pour les rendre comparable. Il ne me semble pas cependant que d’autres cartes altéreraient le propos. Je suis évidemment preneur d’autres liens)

La série d’ouvrages du géographe Christophe Guilluy (La France périphérique, Factures françaises etc.) a connu un intérêt médiatique important depuis une quinzaine d’années. Il pointe notamment la fracturation du pays entre des zones urbaines et très gentrifiées à qui profitent la mondialisation et une France périphérique qui n’en bénéficient pas. Cette opposition fondatrice lui permet notamment de rendre compte de la montée du populisme comme un retour aux sources. Et de plaider dans Fractures françaises tant pour un retour du peuple qu’à une limitation du multicuturalisme.

Les thèses de Guilluy ont fait l’objet de critiques sur plusieurs points : d’abord sur son assimilation entre classe et race qui laissait suggérer une ambiguïté autour du racisme. La défense des classes populaire se ferait contre le multiculturalisme. Une autre critique, moins politique et plus scientifique vient de l’unité de la catégorie même de France périphérique. Cette dernière regroupe aussi bien des campagnes éloignées de cette mondialisation que des banlieues (au sens où le terme est utilisé dans l’espace public). Reprenant cette critique à son compte, Benoît Coquard (2019) note ironiquement : « la promotion sans précédent dont a bénéficié cette thèse dans les grands médias a contribué à en faire un mot fourre-tout pour désigner tous les endroits qui, vus de Paris ou des grandes métropoles régionales sont perçus comme des « coins paumés » (p.7). La catégorie de France périphérique, se voulant être du côté des catégories populaires, est habilement renvoyé ainsi à une catégorie attrape-tout qui fait d’abord sens pour des catégories privilégiées que pour la France périphérique.

Un des intérêts de la catégorie de Guilluy est de porter le regard sur les perdants et de voir l’espace (national) différemment. Il permet notamment d’articuler le déclassement social et le déclassement spatial en les liant, le déclassement spatial redoublant le déclassement économique. Un éclairage historique permet de montrer que les espaces où il faut être (ou inversement, ceux caractérisant un déclassement) change dans le temps.

Repartons ainsi du XIXe siècle (source Twitter Gallica) :

Image

Presque un siècle plus tard, un article d’Abel Chatelain en 1955 sur la richesse des populations en France confirme le constat : si les villes (Paris et Lyon notamment) sont déjà le lieu de la au-dessus de la moyenne nationale, le nord-est du pays exerce une attraction qu’il conserve encore dans les Trente Glorieuses. L’industrie sidérugique lorraine, le textile vosgien, la bonneterie troyenne, autant de spécialisations qui donnaient à ses espaces une attractivité. Pascal Raggi (2019) rappelle ainsi que l’on parlait du Texas français à propos de la Lorraine de la sidérurgie pour bien symboliser son attractivité dans les années 1950.

Il n’est guère besoin de poser le contraste avec aujourd’hui pour le même nord-est. Le poids de la désindustrialisation sur des territoires entiers ne peut qu’apparaître impressionnant. Les nombreuses cartes disponibles montrent le déclin du nord-est (hors Alsace et zone frontalière avec la Suisse et l’Allemagne) dans cette dynamique spatiale :

Carte effectuée à partir des données INSEE.

Les zones déclassées (et reclassées réciproquement) sont historiquement mouvantes. La Bretagne fut ainsi longtemps cet espace pauvre dont il fallait s’enfuir pour fournir à la bonne bourgeoisie parisienne les bonnes recherchées et qu’incarna notamment l’image de Becassine. Si le constat ne paraît pas révolutionnaire, son intégration permet de souligner que les effets sociaux de mutations économiques (la désindustrialisation du nord est du pays) sont redoublés par la spatialité de ce phénomène. Ceux qui vivent dans ces régions ne vivent pas seulement un déclassement économique individuel, mais aussi un déclassement spatial.

Ce lien (déclassement économiqueet déclassement spatial) que des géographes ou sociologues ont ainsi souligné à l’échelle du territoire mérite d’être revu à l’échelle de l’histoire des pratiques managériales et comptables. A l’image d’Edwards et Walker (2010), dans le cas des comptables britanniques de la fin du XIXe siècle, l’espace peut participer d’une stratégie d’élévation sociale en copiant un mode de vie pour incarner ce que l’on veut être. A l’inverse, le déclassement peut s’incarner à travers une relégation spatiale, le décloisonnement des espaces et la surveillance. Le cas des comptables de Pont-à-Mousson traités comme de simples ouvriers d’une chaîne de production (Labardin, 2014).

L’histoire économique a souvent cherché à utiliser des séries de salaires pour mesurer ce phénomène de déclassement à l’image du débat entre Heller (2008) et Seltzer (2010) sur les salaires des employés de bureau au tournant du XXe siècle. Le déclassement est alorsréduit à un déclassement économique que l’on quantifie au moyen des salaires.

Des approches par l’espace permettraient d’enrichir cette notion de déclassement. Le sentiment de déclassement (dont peut témoigner une histoire culturelle par exemple) peut ne pas être confirmé par les séries de salaire. Cela ne signifie pas que ce déclassement n’a pas existé. Mais peut-être qu’il passe par d’autres moyens comme les espaces.

Pierre Labardin

Références

Chatelain, A. (1955). La répartition de la richesse des populations en France. Géocarrefour30(4), 291-308.

Coquard, B. (2019). Ceux qui restent: faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte.

Edwards, J. R., & Walker, S. P. (2010). Lifestyle, status and occupational differentiation in Victorian accountancy. Accounting, Organizations and Society35(1), 2-22.

Guilluy, C. (2010). Fractures françaises. Flammarion.

Guilluy, C. (2014). La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Flammarion.

Heller, M. (2008). Work, income and stability: The late Victorian and Edwardian London male clerk revisited. Business History50(3), 253-271.

Labardin, P. (2014). The spatial downgrading of accounting clerks: the case of Pont-à-Mousson. Accounting History Review24(1), 27-45.

Raggi, P. (2019). La Désindustrialisation de la Lorraine du fer. Classiques Garnier.

Seltzer, A. J. (2010). Salaries and promotion opportunities in the English banking industry, 1890–1936. Business History52(5), 737-759.

De la réception de l’ouvrage de Chapoutot, « Libres d’obéir. Le Management du nazisme à aujourd’hui ».

Ce petit texte n’est pas une chronique du livre de Chapoutot. Ses interventions à la radio, dans la presse ou les chroniques de son livre dessinent une réception qui est ici discutée.

Johann Chapoutot continue une œuvre où il revisite les différentes dimensions du nazisme pour s’attaquer à la question managériale. Il en définit tant la conception chez les nazis que sa postérité jusqu’à aujourd’hui dans les différents modèles managériaux contemporains.

En cela, dans une société actuelle imprégnée de management et un occident construit sur le rejet du nazisme, il pointe une contradiction majeure de nos sociétés. Il se situe ainsi dans une tradition des sciences sociales qui voit dans le management une cause majeure des maux qui nous affecte. Il définit un management éloigné de l’Etat qui doit être « pulvérisé » en lui substituant un ensemble d’agences et un management du consentement des individus (https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites). La joie au travail, le culte de la performance (et l’exclusion de ceux qui ne s’y intègrent pas) sont aussi mis en avant.

Dans l’intérêt que suscite l’ouvrage, on peut de prime abord être étonné par l’étonnement. Si La mort est mon métier de Robert Merle est une œuvre de fiction déjà ancienne, elle est précédée d’un travail documentaire important et mettait déjà en évidence la question du management chez les nazis. De même, la traque des nazis et les protections dont ils bénéficièrent de la part de la RFA après-guerre, ont porté à l’attention du plus grand nombre la tardive dénazification.

La contribution de Chapoutot est ici plutôt de sortir l’impact de la faiblesse de la dénazification du champ du politique pour le porter vers le management.

L’interdisciplinarité est souvent présentée comme une exigence en sciences sociales de façon trop rhétorique et on ne peut que se réjouir d’entendre parler autrement de management. Elle soulève quatre types de questions et de risques que je voulais ici souligner.

Un projet intellectuel contre le management ?

A la simple lecture du sujet du livre, certains collègues de gestion pourraient s’émouvoir d’un tel livre, procédant à une assimilation entre nazisme et management. Cette critique est refusée d’entrée par l’auteur. Avec une certaine distance à l’écrit, dans son prologue, l’auteur rappelle qu’il ne s’agit pas ici d’attaquer les managers ou le management[1] (p.18).

Cette distance paraît néanmoins s’effacer à l’oral, quand un exemple d’happiness manager lui est donné à entendre (entre 15ème minute et 18ème minute, https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites), la happiness manager est qualifiée d’ « aimable » et évoque « sa langue à elle, cette langue atroce ».

Entre ces deux lectures, on devine un management émancipé de ces pratiques que l’auteur appelle (implicitement) de ses vœux. Plutôt que d’attaquer une discipline, il utilise l’histoire pour dresser des parallèles, mettant en débat des idées. Aux chercheurs en management de les discuter hors des anathèmes.

L’oubli de l’histoire en management

Paradoxalement, cet ouvrage peut se lire non pas comme une critique du management, mais révèle à rebours l’exclusion de l’histoire du management de la discipline. Dit plus brutalement, les chercheurs en management font peu de recherches sur leur histoire et cette histoire ne s’enseigne pas ou rarement (peu d’établissements le font et des universités comme Dauphine ou Nantes sont des exceptions en la matière). Le management reste en cela une discipline singulière : l’histoire du droit, de la sociologie, de l’économie fait partie de ces disciplines, sans que l’on renvoie ces questions à la discipline historique. Ou si nous ne connaissons rien à notre histoire, sur quelle base critiquer ces ouvrages ?

En cela, le management recouvre les propos de Miquel (cité par Nikitin, 2006) : « La caractéristique première de toutes les sciences humaines tient à ce que leur objet est toujours englobé par celui de l’étude historique. … Leur caractéristique seconde, c’est qu’elles se forment le plus souvent en refoulant cette présupposition ». Le management, au nom d’une science qui se voudrait pratique, utile aux managers, a largement négligé sa propre histoire.

Il existe de tels travaux en histoire du management qui donne à voir comment les pratiques managériales ou comptables s’inventent dans des moments historiques très particuliers qui suscitent aujourd’hui notre réprobation morale. Et comment tant les circonstances matérielles que l’idéologie qui la sous-tend contribuent à forger une pratique. Ainsi, la thèse d’Antoine Fabre soutenue en 2019 sur l’introduction de la comptabilité des bagnes en Guyane sous Napoléon III laisse entrevoir d’autres origines possibles dans un management de l’horreur. Mais les travaux sur la traite négrière ou le management des plantations sudistes pourraient tout aussi bien susciter le même intérêt.

Finalement, l’ouvrage de Chapoutot, plutôt que d’être une attaque contre le management peut se lire comme un miroir tendu aux chercheurs en management : celui du manque de recherches historiques (et particulièrement en France) au sein de la discipline.

Des origines nazies du management

Un des attraits qu’exerce le livre de Chapoutot porte sur la question des origines. Ainsi, sur Mediapart (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170120/les-nazis-pionniers-du-management), l’article est intitulé les nazis, pionniers du management, le titre paraissant trahir les propos de l’auteur. Sur France Culture (https://www.franceculture.fr/histoire/johann-chapoutot-le-nazisme-une-multitude-de-centres-de-pouvoir-qui-sont-autant-de-petites), la question lui est posée. Chapoutot indique le nom de Fayol (qu’il préfère à Taylor ou Weber) sans véritablement expliquer pourquoi. A défaut de dire que le nazisme est l’origine du management, l’auteur renvoie à une notion de matrice (https://www.liberation.fr/debats/2020/01/05/johann-chapoutot-le-nazisme-a-ete-une-matrice-du-management-moderne_1771724) dont le flou lui permet de naviguer entre deux écueils potentiels : soit le management contemporain est assimilé au nazisme (et la thèse apparaît exagérée), soit le nazisme n’a qu’un lien lointain (et l’ouvrage n’a pas de sens).

Le nazisme serait une « matrice » avec des caractéristiques particulières que les différents articles reprennent (pulvérisation de l’Etat, développement d’agences, célébration de la joie au travail, exaltation de la performance etc.). On voit mal ici dans cette quête des origines pourquoi le nazisme est une matrice plus importante que d’autres. Et le lien invoqué passant par Reinhard Höhn paraît ici ténu : fonder une académie des cadres dans les années 1950 amène-t-il à voir un lien entre les pratiques managériales actuelles et le nazisme (https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/du-crime-nazi-au-management-moderne-une-histoire-commune). Un tel risque est souligné dans Le Monde (https://www.lemonde.fr/livres/article/2020/01/16/libres-d-obeir-de-johann-chapoutot-le-nazisme-est-il-soluble-dans-le-management-d-entreprise_6026052_3260.html).

En soulignant les prolongements entre le nazisme et l’après-guerre, la dénazification inachevée, le consentement des allemands au régime nazi et des carrières étonnantes marquées par la non dénazification, il rappelle néanmoins que la date de 1945 (comme pour tout évènement historique) ne fonctionne pas comme une date imperméable séparant le bien du mal. En cela, le nazisme n’est pas un évènement isolé et déborde de son temps. Et que le management, inscrit dans le monde social, ne change pas radicalement entre avant et après 1945. En procédant ainsi, il contribue à une réflexion sur le modèle managérial allemand. Le débordement du nazisme dans la vie économique d’après-guerre présente suffisamment d’intérêt en soi pour le management pour ne pas en exagérer la portée.

Mais aligner des similitudes entre ce management et le management actuel semble au contraire comme surdimensionné. D’autres matrices du management moderne sont évidemment possibles, y compris parmi des expériences que nous jugeons aujourd’hui moralement et collectivement répréhensibles (les bagnes, la traite négrière, les plantations esclavagistes etc.). C’est peut-être là où la réception de Chapoutot accentue l’ambiguïté initiale : de quel management parle-t-il ? Du management en général (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170120/les-nazis-pionniers-du-management), du management moderne (https://www.liberation.fr/debats/2020/01/05/johann-chapoutot-le-nazisme-a-ete-une-matrice-du-management-moderne_1771724), du new public management (https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/le-nazisme-un-laboratoire-du-new-public-management) ? C’est là le point faible de la thèse : à trop manier les catégories de matrices et de management de manière floue, il laisse la réception de son ouvrage accentuer les ambiguïtés initiales.

Même si la thèse peut sembler excessive de par sa généralité, elle tend encore une fois un miroir aux chercheurs en gestion. Combien de collègues gestionnaires français ont eu le courage de s’attaquer à ces questions ? Citons ici les travaux de Yannick Lemarchand dans son travail sur la traite négrière et la récente thèse d’Antoine Fabre sur les bagnes. Deux collègues en histoire de la comptabilité.

Le risque d’une vie de saint

Ce flou présente un risque. Les sciences de gestion, via les théories des organisations ont fréquemment mobilisé un triptyque d’origine flatteuse (Taylor, Fayol, Weber). Un ingénieur américain, un dirigeant français et un sociologue allemand fournissaient un bel arbre généalogique à une discipline en recherche de légitimité. Les disciplines scientifiques attendent plus ou moins implicitement de leurs historiens (et de leur passé) une vision glorifiante. Cette conception datée de l’histoire se retrouvait déjà dans les vies de saint au Moyen-Âge ou de façon plus contemporaine dans les biographies de complaisance de dirigeant d’entreprise. Le passé est convoqué pour expliquer le présent. Ce petit documentaire sur Bernard Arnault par Guillaume Durand en est un exemple (ce point n’enlève rien à l’intérêt du documentaire d’un point de vue factuel) :

L’ouvrage de Chapoutot, par les ambiguïtés notées au-dessus, présente ce risque à rebours : il n’écrit pas une vie de saint venant légitimer le management. Il écrit une vie de diable, offrant un raccourci facile (dont lui-même se garde à l’écrit fermement). Et cette vie de diable devient pour celles et ceux qui veulent la lire ainsi l’occasion d’assimiler management et nazisme dans une entreprise de disqualification du management dont se défend pourtant l’auteur. C’est pour cela qu’on ne peut que déplorer le flou des catégories de matrices et du management telles qu’il les utilise.

Les ambiguïtés soulevées ci-dessus n’enlèvent pas l’intérêt du livre et notamment celui du débordement du nazisme au-delà du régime politique, de sa pénétration des Trente Glorieuses allemandes, au coeur d’une Europe qui se construisait contre ce même modèle nazi. Cette thèse moins accrocheuse a déjà de quoi faire réfléchir collectivement, sans besoin de convoquer des pratiques contemporaines.

Fabre, A. (2019). Quantification comptable et limites du gouvernement à distance : le cas de la comptabilité dans les bagnes coloniaux de Guyane. Thèse de doctorat. Université Paris-Dauphine.

McWatters, C. S., & Lemarchand, Y. (2009). Accounting for triangular trade. Accounting, Business & Financial History19(2), 189-212.

Nikitin, M. (2006). Qu’est-ce qu’une problématique en science de gestion et comment l’enseigner?. Comptabilité-contrôle-audit12(3), 87-100.


[1] « Ce livre n’est pas non plus un réquisitoire contre les managers, le management, les DRH ou les auditeurs des cabinets de conseil : il y en a d’atroces, mais beaucoup ont embrassé la carrière par goût de l’humain et font de leur mieux pour apaiser la souffrance au travail des employés qu’ils dirigent ou conseillent ».