Le coût de la médaille

On a pu voir surgir ces derniers jours une curieuse initiative de la part du gouvernement : distribuer des médailles aux soignants pour les remercier de leurs efforts. Derrière ce geste, on peut évidemment voir la tentative de ressusciter les vieilles traditions de la Troisième République qui gouvernait par les honneurs les individus en distinguant les bons citoyens pour leur mérite (Ihl, 2004).

Cette proposition a vite suscité soit l’opposition, soit l’ironie. Chacun devine bien l’intention de remerciement que peut porter la médaille, mais l’absence d’accompagnement de ladite médaille d’autres mesures concrètes donne un autre sens : celui d’une réponse purement symbolique à une demande monétaire, mettant en balance la reconnaissance symbolique (pour les hospitaliers) et financière (pour les banques et les marchés financiers).

L’histoire des médailles du travail permet de comprendre les mécanismes à l’oeuvre et la contestation qu’engendre cette mesure (Floquet et Labardin, 2013 et 2015).

Les médailles du travail, du paternalisme à la désindustrialisation

La mise en place des médailles du travail en 1886 s’accompagne dans la sidérurgie notamment d’un débordement du cadre républicain. Dans certaines entreprises (Schneider au Creusot ou De Wendel en Lorraine), la médaille est remise par l’entreprise dans une certaine confusion des genres. Les patrons desdites entreprises étaient aussi des élus locaux et ces entreprises disposaient d’un ancrage local souvent fort.

La remise de la médaille du travail devient un véritable rite. Réunion dans une salle ou un stade, discours du dirigeant, mais aussi cadeaux de l’entreprise (cigare, petite enveloppe payée par l’entreprise etc.). Et, pendant les guerres, c’est par exemple le lieu où les familles viennent réclamer un emploi quand le mari, ouvrier ou mineur, est emprisonné en Allemagne.

La technicisation du discours qui explique les difficultés du secteur dès les années 1960 rompt cette efficacité : l’ouvrier participait au rite, non pour être informé, mais pour participer à la célébration d’un succès individuel (la récompense de sa carrière) à travers son incarnation symbolique et monétaire (les cadeaux, le serrement de main etc.). La substitution du dirigeant historique par des dirigeants anonymes et changeant casse la symbolique. Finalement, les médailles du travail deviennent dans les années 1970 un lieu de contestation : elles sont renvoyées par les syndicalistes dans des petits tombeaux au Président de la République.

Les médailles et l’efficacité symbolique

Bourdieu (1982) a probablement le mieux expliqué l’efficacité des rites et ce qui suit en est largement inspiré. La remise de la médaille à un fonctionnaire, un salarié est un acte d’acceptation de du récipiendaire au remettant. Soit, cet acte va de soi parce que le récipiendaire est convaincu et nous sommes dans le cas des médailles militaires. Soit, cet acte ne va pas de soi, mais le remettant accompagne la médaille de gestes matériels et humains qui correspondent à ce que les récipiendaires souhaitent. Les gestes sont là pour incarner physiquement une reconnaissance et leur absence signifie au contraire une forme de mépris. Le récipiendaire accepte alors, dans le cadre d’une forme d’échange, la hiérarchie.

La disparition de la symbolique des remises de médaille du travail dans la sidérurgie dans les années 1970, la remise de médailles au personnel soignant aujourd’hui illustrent le même piège : en tentant de se réapproprier un rite qui donne au patron une place centrale (et donc une légitimité qui leur fait défaut), les dirigeants de la sidérurgie hier, le pouvoir politique aujourd’hui, oublient les conditions de l’efficacité symbolique du rite. La remise de médailles implique une reconnaissance préalable de la légitimité du remettant au récipiendaire : une fois seulement cette légitimité acquise (ou conquise), la médaille produit son effet, à savoir perpétuer une relation de pouvoir. Sans cette reconnaissance, elle n’est qu’un outil de contestation. Gouverner par la médaille a donc un coût autre que celui de sa fabrication : soit celui de donner des avantages matériels comme le faisaient les patrons paternalistes, soit celui d’en supporter la contestation.

Le refus pour s’émanciper

Je voulais finir ce petit texte par un souvenir personnel. Recevoir une médaille, c’est d’abord pour le récipiendaire reconnaître la légitimité du remettant. La refuser peut donc devenir un acte d’émancipation.

En 1989, ma mère travaillait aux impôts et le président François Mitterrand fit éditer une médaille du Bicentenaire. Dans la plupart des cas, la médaille était envoyée au domicile. Mais dans son cas, son directeur (elle était cadre) demanda à chacun de ces adjoints de venir dans son bureau recevoir sa médaille. Ma mère refusa, considérant que si elle méritait cette distinction, elle n’avait pas à faire une telle démarche. Elle fut une des rares à faire ce geste, ce qui, encore enfant, m’impressionna.

Bourdieu, P. (1982). Langage et pouvoir symbolique. Édition du Seuil.

Floquet, M., & Labardin, P. (2013). Les prémices de la diffusion d’information aux salariés. Les discours des médailles du travail chez trois sidérurgistes français (1934-1977). Economies et sociétés (Paris), (8), 1287-1314.

Floquet, M., & Labardin, P. (2015). The Emergence and Decline of a Rite: Speeches Given at the Award of Work Medals in the French Iron Industry from the 1930s to the 1970s. Business and Economic History On-Line13.

Ihl, O. (2004). Gouverner par les honneurs. Genèses, (2), 4-26.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.