La mort des comptables ?

L’arrivée de l’intelligence artificielle et ses potentialités suscitent nombre d’articles suggérant un déclin des métiers autour de la comptabilité. On oscille entre des articles annonçant la disparition des comptables que la presse relaie complaisamment ou des articles plus nuancés annonçant les mutations du métier.

Beaucoup d’étudiants s’interrogent sur l’intérêt d’une orientation professionnelle autour des métiers de la comptabilité, du contrôle et de l’audit, imaginant une disparition de ces métiers et donc freinant l’attractivité de ces métiers, perçu comme n’ayant plus d’intérêt à l’avenir. Les choses paraissent plus compliquées : l’apparition de nouvelles technologies ne signifient pas la disparition de tous les emplois mais plutôt des mutations : délocalisation des emplois moins qualifiés (mais aussi de nouvelles coordinations à mettre en œuvre), nécessité d’adapter les métiers et les outils existants à la digitalisation etc.

Assez curieusement, le phénomène apparaît radicalement nouveau, comme si ce changement technologique était le premier alors que la comptabilité s’est déjà largement transformée au cours du seul XXe siècle[1]. Des grands livres de plusieurs kilos que l’on déplaçait entre les pupitres, la technique est passée par des livres à feuillets mobiles et à décalque au début du XXe siècle, puis à des machines à écrire et des machines comptables dans l’Entre-deux-guerres, à des ordinateurs à partir des années 1980[2].

Service comptable de Guillot-Pelletier (1909)

Service comptable de Goulet-Turpin (non daté, probablement années 1930 à 1950)

Des recherches menées depuis une trentaine d’années ont contribué à documenter un tel processus : aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne[3] ou en France[4]. Au-delà de ces changements et de ce qu’ils disent des mutations du travail comptable, on retrouve une matrice de discours entourant le changement technologique dans les métiers de la comptabilité.

Chacun de ces changements paraît tout d’abord exercer une fascination réelle où la technologie apparaît comme un mirage : aujourd’hui l’intelligence artificielle fait rêver à obtenir davantage d’informations à moindre coût comme hier la mécanisation à la réduction des frais généraux. Si les dirigeants d’entreprise ou de cabinets en rêvent, les salariés le redoutent. Les dynamiques historiques relativisent sensiblement un tel raisonnement : la technologie semble dans un premier temps générer une attraction très forte et la publicité fut utilisée comme outil de promotion de ces nouvelles techniques révolutionnaires mais qui n’ont guère laissée de traces.

Les nouvelles méthodes si efficaces apparaissent largement fantasmer un avenir qui n’existera jamais. Ces innovations n’ont guère eu de retentissements au-delà de ces seules publicités. Des changements sont certes apparus, mais loin des espoirs chimériques et idéalisés. Evidemment, l’histoire ne se répète pas, mais il y a fort à parier que l’apparition de l’intelligence artificielle n’entraîne pas une disparition totale des emplois de la comptabilité, mais plutôt leur mutation.

Aux jeunes qui hésitent à venir faire de la comptabilité : venez, il y aura du travail, mais ce ne sera pas le même ! Comme celui de vos parents différaient de celui de vos grands-parents. Et laissez derrière vous les mythes de la fin de la comptabilité. Un vieux fantasme ou une vieille peur selon le point de vue !

Pierre Labardin

Remerciement : un grand merci à Yannick Lemarchand pour les deux dernières images.


[1] Gardey, D. (2008), Ecrire, classer, compter. La Découverte.

[2] Labardin, P. (2012), Une histoire des bureaux comptables in Mélanges en l’honneur du Professeur Yannick Lemarchand, L’Harmattan, 207-225.

[3] On peut ainsi citer : Wootton, C. W., & Kemmerer, B. E. (2007). The emergence of mechanical accounting in the US, 1880–1930. Accounting Historians Journal34(1), 91-124 ;  Parker, L. D., & Jeacle, I. (2019). The Construction of the Efficient Office: Scientific Management, Accountability and the Neo‐Liberal State. Contemporary Accounting Research.

[4] Bonin, H. (2004). The development of accounting machines in French banks from the 1920s to the 1960s. Accounting, Business & Financial History14(3), 257-276.


1 réflexion sur « La mort des comptables ? »

  1. Tool Advisor

    Article et point de vue très intéressant !

    La technologie va faciliter le travail des “nouveaux” comptables mais une chose ne disparaitra pas : le besoin de conseils pour les entreprises. La vrai plus-value des experts comptables et des comptables se situent au niveau de l’accompagnement humain et des conseils en tout genre (comptabilité, fiscalité, social ou administratif).

    La technologie (et peut-être des lois mieux pensées..) va faciliter le travail des comptables et entrepreneurs mais on n’est loin de la “mort des comptables”.

    (Et c’est une personne qui conseille des logiciels de comptabilité ou des experts-comptables en ligne qui vous le dit 😉 )

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.